(image avec légende)
©Universcience. Photo : E.Laurent

Assurer la sécurité des voyageurs à 320 km/h nécessite un personnel de bord (agent de conduite et contrôleurs) formé et des dispositifs de contrôle sophistiqués à bord des trains et sur les voies.

Lorsque le train est lancé à grande vitesse, le conducteur est incapable de lire les éléments de signalisation disposés sur la voie. Les informations lui sont donc transmises directement sur le pupitre de commande par la voie (European Train Control System) et par différents systèmes destinés à détecter les anomalies.

En plus d'un ensemble de mesures destinées à protéger les voies (clôtures, filets, voitures balais) et à prévenir les accidents (distance minimale entre deux TGV, contrôle et maintenance préventive du matériel roulant, etc), on utilise en France un TGV très spécial, l'Iris 320, qui ausculte régulièrement dans les moindres détails les 3600 km de ligne à grande vitesse. Dotée de 150 capteurs et de 20 caméras, cette rame de mesure à grande vitesse, qui s'insère dans le trafic commercial, collecte des données sur l'état des voies, de la signalisation, de l'alimentation électrique, des télécommunications, etc. qui sont transmises aux techniciens de maintenance. 

Ici, vous pourrez piloter un TGV grâce à un simulateur de conduite (à vous d'exploiter les informations reçues en cabine pour acheminer les voyageurs à destination sans incident!), inspecter un TGV sous toutes les coutures sur une table tactile 3D et en savoir plus sur les mesures de contrôle et de maintenance en regardant un film réalisé par la SNCF.