Je m'appelle Vincent Bontems, je suis philosophe des sciences et des techniques<br />au commissariat à l'énergie atomique (CEA), dans un laboratoire qui s'appelle le LARSIM.<br />Ma spécialité c'est de travailler sur les instruments scientifiques, sur l'évolution de la technologie<br />et sur les enjeux éthiques et sociétaux.<br />J'ai écrit un livre sur Gaston Bachelard dans la collection Figures du savoir aux Belles lettres<br />Donc Gaston Bachelard c'est un épistémologue du 20ème siècle et aussi un philosophe très attachant<br />qui a écrit sur la poésie et l'imaginaire. Et puis j'ai publié l'année dernière en 2016,<br />un petit livre avec l'astrophysicien Roland Lehoucq qui s'appelle les idées noires de la physique.<br />Et ça c'est un livre de réflexions alternées donc d'un scientifique et d'un philosophe sur les idées noires.<br />C'est à dire sur ces concepts qu'on qualifie de noir en physique : le corps noir, le trou noir, la matière noire,<br />l'énergie noire... A chaque fois Roland, avec mon aide mais c'est lui qui tient la plume, explique de quoi il s'agit,<br />comment ça a été introduit dans le vocabulaire scientifique et puis moi derrière je réfléchis au sens que<br />prend l'adjectif noir dans ce contexte et aux associations d'idées et d'images qui<br />surgissent immanquablement quand on évoque l'objet dont il s'agit et qui colore en quelque sorte en retour le concept scientifique lui-même et voilà donc c'est un livre<br />qui est très joli parce qu'il a été illustré par Scott Pennor's et donc voilà on en est très content Roland et moi.<br />On écrit effet pour des gens différents, pour différentes cibles, c'est assez juste sur ma pratique de philosophe.<br />Quand j'écris des articles, très clairement d'une certaine mesure, j'écris pour<br />moi parce que ça ne va pas être lu par beaucoup beaucoup d'autres gens...<br />Après quand on écrit un livre, il faut précisément se demander pour qui on<br />l'écrit et que ça vaille le coup à mon sens, ça sert pas à grand-chose d'écrire des livres pour écrire des livres...<br />donc chaque fois que j'ai eu un livre je l'ai fait avec une intention particulière.<br />Quand j'ai écrit Gaston, celui qui s'appelle Bachelard, qui est<br />une monographie sur Gaston Bachelard, c'était avec une attention très particulière qui était de toucher<br />deux publics, le premier c'est les étudiants dans la mesure où l'enseignement de la pensée de Gaston<br />Bachelard dans sa partie épistémologique était tombé en désuétude à l'époque où j'ai fait mes études<br />dans l'enseignement supérieur et je savais en quelque sorte que j'avais travaillé sous la direction de la dernière<br />génération formée à cette discipline de pensée et que<br />après mois les gens n'en auraient peut-être pas entendu parler, donc j'ai voulu écrire un livre qui serve de<br />jalons pour permettre une transmission. En sachant que moi je ne suis pas à l'université, je ne ferai pas cette<br />transmission directement. Et la deuxième chose c'est que Bachelard est l'un des rares philosophes qui<br />intéresse encore les gens au-delà justement de la sphère académique, du fait de sa<br />personnalité et du fait aussi du deuxième versant,&nbsp; ce qu'on appelle le versant nocturne de son œuvre,<br />qui est sur la poésie l'imaginaire avec des livres aussi connus que &quot;La politique de l'espace&quot;, &quot;L'eau et les<br />rêves&quot; et j'ai fait un livre qui était équilibré de ce point de vue, c'est à dire qu'il<br />traitait les deux Bachelard. Très souvent les gens n'en connaissent qu'un seul et donc c'est pour ça que c'est la<br />première monographie qui s'occupe de l'intégralité de l’œuvre de bachelardienne.<br />Et donc mon livre visait à servir de jalons, de manuel introductif pour des d'autres gens qui voudraient<br />développer cette orientation épistémologique, mais aussi en fait satisfaire l'honnête homme qui<br />s'intéresse à peut-être qu'à l'autre versant de Bachelard mais voilà qu'il veuille saisir l'unité d'une œuvre.<br />Donc ça c'était assez évident, enfin le livre sur les idées noires de la physique avec Roland Lehoucq<br />alors là en revanche, on voulait viser, le grand public ça<br />veut rien dire, mais on voulait viser les gens qui peuvent s'intéresser d'une façon ou d'une autre à la science,<br />tous les gens qui s'intéressent à la science dans la mesure où même s'ils s'intéressent à la science<br />fiction ou à l'histoire des idées ou que dire à l'imaginaire scientifique ou aux controverses<br />scientifiques,&nbsp; il y avait un spectre très large, c'était très riche les idées noires, ça permettait de traverser<br />l'histoire des sciences tout en ayant un fil conducteur,<br />tout en convoquant tout un contexte historique, tout en ayant aussi cette<br />résonance avec la poésie, avec la culture, il y a la beauté de l'ouvrage qui tient pas tant à ses auteurs que en fait aux matériaux qui sont convoqués et<br />puis au travail fantastique de Scott Pennor's, donc là c'était un ouvrage qui a été fait pour avoir une plus<br />grande audience et d'ailleurs ça a marché, le premier tirage est épuisé et je crois que l'ambition c'était pas<br />la mienne, c'était aussi celle de Roland Lehoucq, finalement c'était de faire une sorte de classique,<br />c'est à dire de faire un petit livre qui correspond à la modernité de son époque mais qui est<br />relativement intemporel qui reste voilà, qui est un joli petit livre dans lequel<br />les gens peuvent lire par petites touches, apprendre des choses, être inspirés et que ça leur donne un objet<br />de réflexion et de rêverie et on est très heureux du travail qui a été fait par l'éditeur, par les Belles Lettres<br />et par l'illustrateur et par la mise en page. ça donne ce petit ouvrage qui n'est pas juste de la vulgarisation<br />mais qui est un mode d'exposition nouveau, très inspiré de Gaston Bachelard une fois de plus<br />puisque c'était lui qui a travaillé en parallèle sur les sciences et sur<br />l'imaginaire, nous on n'a pour ainsi dire mis en pratique cette méthode à notre époque et le résultat nous plaît<br />et on espère qu'il a plu à tous les gens qui l'ont acheté.<br /><br />
Françoise Combes est chercheuse en astrophysique, professeure au Collège de France et auteure de plusieurs livres disponibles à la Bibliothèque. <br /><br />Je suis Françoise Combes, je suis une chercheuse en astrophysique et je<br />m'intéresse en particulier à la formation et à l'évolution des galaxies<br />et puis à la formation de notre univers. J'ai écrit des livres pour les étudiants<br />donc assez spécialisé sur les galaxies, avec beaucoup d'équations,<br />sur l'état physique de cette formation de galaxie, le milieu interstellaire,<br />la physique du gaz, les raies spectroscopiques etc. ça c'est vraiment pour les étudiants.<br />Et puis d'autres livres que j'écris c'est vraiment pour tout le monde et il n'y a<br />pas beaucoup d'équations à ce moment-là et n'importe qui qui n'a même pas<br />fait de recherche dans ce domaine ou qui n'est pas scientifique peut le lire. Donc<br />on va essayer, évidemment ce n'est pas parfait, mais on a essayé de supprimer tout le jargon et<br />tout le vocabulaire spécifique à cette discipline.<br />Et puis essayer en termes courants de traiter de tous les problèmes et pourquoi, c'est très intéressant.<br />J'aime bien les livres par exemple de Jean pierre Luminet, qui écrit beaucoup<br />de livres, tout d'abord il a écrit sur les trous noirs au début, <br />ensuite il a écrit beaucoup de livres d'histoire de sciences, il a écrit sur Copernic, il<br />a écrit sur Newton, et c'est très vivant, c'est très divertissant et en même temps on<br />apprend beaucoup de choses sur le progrès de la science et comment Newton ou Copernic a eu ces idées-là.