Bibliothèque

Réparer les vivants / coup de cœur

Réparer les vivants

Maylis de Kerangal . Verticales, 2013. 280 p.

Le titre du livre est emprunté à une expression de Tchekhov : « Enterrer les morts et réparer les vivants ».  C’est  précisément ce qui est au cœur de ce roman : la mort d’un homme et la résurrection d’une femme grâce à une greffe cardiaque.  

Simon Limbres, dix-neuf ans, victime d’un accident de la route, sombre dans un coma irréversible. Il est déclaré en état de mort cérébrale, son cœur est prélevé et transplanté. Maylis de Kérangal fait le récit de cette aventure : le parcours minuté du cœur prélevé la nuit, au Havre, puis transporté à Paris à l’hôpital de la Pitié-Salpétrière pour être transplanté.

Voilà un roman magnifique, un hymne à la vie, un hommage au don d’organes, sans pathos. Un livre choral qui a pour cadre la vie et la mort, une tragédie avec unité de temps, de lieu et d’action, une chanson de geste qui fait affleurer les mythes et les rituels.

Réparer les vivants a été récompensé par 7 prix dont le Grand prix RTL Lire 2014 et le Prix Roman des étudiants France Culture-Télérama 2014.

Vous pouvez lire ou emprunter ce livre à la bibliothèque, à la cote H 3 74 KERAM.

Retour en haut