Vous avez effectué ou allez effectuer un scanner et vous souhaitez avoir plus d’information.

Questions-santé en tant que service documentaire vous donne ici des éléments pour comprendre le fonctionnement d’un scanner. Pour toute interrogation sur votre santé ou sur l’interprétation de vos résultats nous vous conseillons de contacter votre médecin traitant.

Qu’est-ce qu’un scanner ?

Les rayons X sont-ils dangereux pour ma santé ?

J’ai effectué un scanner du rachis (colonne vertébrale), que veulent dire les termes du compte-rendu ?

Qu'est ce qu'un scanner ?

 Le scanner est un examen d’imagerie médicale. Pour comprendre son fonctionnement, nous vous invitons à consulter la fiche L’essentiel sur…L’imagerie médicale proposée par le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) disponible sur leur site dans l'espace de culture scientifique Découvrir & Comprendre.

« Le scanner repose sur le même principe que la radiologie, c’est-à-dire utilisation d’une source de rayons X et d’un détecteur de part et d’autre du corps étudié. Il permet d’obtenir des images 3D grâce à une rotation simultanée de la source émettrice de rayons X et du détecteur autour du corps. Les projections intermédiaires en 2D sont traitées par informatique afin d’obtenir des images 3D. […] »
«En effet, les rayons X « ont la propriété de traverser les tissus de manière plus ou moins importante selon leur densité. […] Les photons émis vont traverser le corps en étant plus ou moins absorbés par les tissus rencontrés sur leur chemin. Cela permet de différencier les os des muscles sur le cliché final. […] »

Vous trouverez également dans cette fiche un lien vers une animation sur le scanner, dont voici un extrait :
« Le scanner permet de visualiser des modifications de volume ainsi que des anomalies de structure au niveau des tissus ou des organes. […] Il est utilisé pour l’exploration des pathologies osseuses, articulaires et rachidiennes. Il est utile pour observer la plupart des régions du corps : thorax, abdomen et permet d’étudier des organes difficiles à visualiser en radiographie, comme le pancréas, le foie, les poumons, la rate, la vessie ou les reins. […] »
http://www.cea.fr/multimedia/Pages/videos/culture-scientifique/sante-sciences-du-vivant/fonctionnement-scanner-x.aspx

Les rayons X sont-ils dangereux pour ma santé ?

Un groupe de travail piloté par l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) et l’Association d’aide aux victimes d’accidents médicaux (AVIAM) a produit une brochure Radiographie & scanner : Posons-nous les bonnes questions (2012), dont voici un extrait :

« Vous allez passer une radiographie ou un scanner. Ces deux examens utilisent les rayons X à des fins de  diagnostic, pour visualiser les structures du corps humain. Ces techniques d’imagerie apportent des informations différentes et sont choisies par le médecin en fonction de l’objectif diagnostique. Elles constituent un outil irremplaçable de la médecine moderne.
Toutefois, l’accumulation de doses de rayons X peut accroître légèrement le risque de développer un cancer à long terme
. Ce risque augmente avec le niveau de dose de rayons X reçus et le nombre d’examens réalisés. Une radiographie ou un scanner doit dans tous les cas être demandé et justifié par un médecin après une consultation. Cette demande doit ensuite être validée par un radiologue, qui peut éventuellement la remplacer par un autre examen plus adapté et parfois moins irradiant.

Trop de radios, trop de scanners ?

Si ces examens constituent une source d’irradiation, leurs avantages l’emportent sur leurs risques, dès lors qu’ils sont justifiés sur le plan médical.
Les examens d’imagerie médicale constituent la source la plus importante de rayonnements ionisants reçus par la population, après le rayonnement d’origine naturelle. En France, l’utilisation du scanner s’accroît actuellement d’environ 5 % chaque année.

La dose de rayonnement reçue lors d’un scanner est de 100 à 200 fois plus élevée que celle reçue lors d’une radiographie pulmonaire […]. Toutefois, si ce scanner est justifié sur le plan médical, les avantages pour le patient l’emportent largement sur les risques éventuels.
Par ailleurs, les professionnels s’efforcent de réduire les doses de rayons X délivrés lors des examens. »
http://www.irsn.fr/FR/connaissances/Sante/Documents/Brochure_Radiographie-Scanner.pdf (p.2)

J'ai effectué un scanner du rachis (colonne vertébrale), que veulent dire les termes du compte-rendu ?

La vidéo Anatomie de la colonne vertébrale du site Blausen Medical (Bibliothèque d'animations en biologie), explique tout d’abord les termes de « rachis », « vertèbre », « disque » :
https://blausen.com/fr/video/anatomie-de-la-colonne-vertebrale/

La Société Française de Neurochirurgie explique de plus l'anatomie du rachis lombaire dans sa fiche d’information Chirurgie d’une Hernie Discale lombaire :

« Le rachis lombaire est constitué de 5 vertèbres. La dernière vertèbre lombaire (L5) s’articule avec le sacrum (S1). En arrière du corps vertébral se trouve le canal rachidien dans lequel passent les éléments nerveux. La moelle épinière s’arrête généralement à la fin du rachis dorsal (D12L1). Il n’y a donc plus, dans le canal vertébral lombaire, que les racines des nerfs, qui portent le nom de la vertèbre sus-jacente, L1, L2, L3 etc...[ …]. Entre deux vertèbres se trouve le disque, élément constitué au centre par le nucléus pulposus, entouré d’un anneau fibreux. Ce disque est essentiel à l’articulation entre les vertèbres, donnant toute sa souplesse à la colonne vertébrale. En avant et en arrière l’espace discal est fermé par un ligament (ligament commun vertébral antérieur et postérieur). »
http://www.neurochirurgie.fr/spip.php?article213

Figure 2 Protrusion discale
(image avec légende)
Figure 1 Disque intervertébral normal

La Société Française de rhumatologie explique les termes de « discopathie », « protrusion discale » et « hernie discale » dans son dossier Mal de dos : lombalgie (dernière mise à jour 07/12/2017) :

« Lombalgie commune

Le mal de dos est dans 99% des cas lié à un problème mécanique, en relation avec une atteinte d’une ou plusieurs structures de la colonne (articulation, ligaments, muscles, disques, …). […]. 

Les disques intervertébraux (figure 1)

Différents types d’anomalies peuvent être observées : pincement, protrusion.

Le pincement du disque, la discopathie, la dégénérescence discale, la fissure discale sont des synonymes pour évoquer un vieillissement du disque. Ces anomalies, associées au vieillissement de l’individu, peuvent se voir dès l'âge de 30 ans, à la radiographie, au scanner, à l’IRM, mais ne signifient pas forcément douleur. […]

La protrusion discale (figure 2) ne se voit qu’au scanner ou à l’IRM. Dans ce cas, le disque s'affaisse et devient plus large globalement que la vertèbre. Cela traduit également un vieillissement du disque. Cette anomalie peut être asymptomatique donc non douloureuse ou parfois entraîner des douleurs lombaires. […] »

« Lomboradiculalgie

La douleur du bas du dos peut s’accompagner d’une irritation d’une racine nerveuse, qui se traduit par une douleur dans le dos qui descend dans le membre inférieur. Il s’agit alors d’une lombo radiculalgie. […] Les causes d’irritation du nerf sont diverses : hernie discale, arthrose ou insuffisance d’apport sanguin par ralentissement de la circulation du sang. […]

La hernie discale

Elle ne se voit qu’au scanner ou à l’IRM. Le disque déborde par rapport à la vertèbre, mais de façon très localisé. Cette anomalie peut irriter un nerf et entraîner une lomboradiculalgie. Elle peut être aussi parfois indolore. On considère qu’après 50 ans une personne sur deux à une hernie discale sans douleur […] »

http://public.larhumatologie.fr/grandes-maladies/mal-de-dos-lombalgie/quest-ce-quune-lombalgie-lomboradiculalgie

Si vous pensez souffrir d’une hernie discale, nous vous conseillons de vous reporter à notre FAQ traitant de ce sujet.

Date de rédaction : avril 2018