Cité de la santé

Information conseil et documentation

Toutes les questions-santé - février

Titre de la question Vitamine B12
Question Opéré d'un cancer de la prostate il y a 14 ans, les médecins me disent que la vitamine B12 risquerait de réactiver des métastases. Votre avis. Merci.
Réponse

Bonjour,

Vous vous demandez si un apport de vitamine B12 risquerait de réactiver des métastases.

Sur le site québécois Passeport santé (offre au grand public de l’information pratique, fiable, objective et indépendante sur la prévention de la maladie et l’acquisition de saines habitudes de vie), le Dr Catherine Solano, médecin généraliste, répond à la question suivante :
« Un excès de vitamine B12 est-il cancérigène ?
Pas spécialement, c'est plutôt qu'une vitamine B12 trop élevée est parfois un signe de cancer.
Mais cela peut-être aussi tout autre chose (maladie du foie, des reins, grossesse, maladie autoimmune ou infectieuse...) »
http://www.passeportsante.net/fr/Communaute/ReponsesExpert/Question/vitamine-b12-et-cancer-18187

Ce que confirme cet article de La Presse Médicale (Volume 40, numéro 12P1, pages 1120-1127, décembre 2011) : Hypervitaminémie B12 : physiopathologie et intérêt en pratique clinique par Khalid Serraj  Mustapha Mecili, Ibrahim Housni, Emmanuel Andrès.
« L’hypervitaminémie B12 est une anomalie fréquente et sous-estimée.
[…]
Cliniquement, elle peut parfois s’accompagner paradoxalement de signes de carence traduisant en fait un déficit fonctionnel en rapport avec des anomalies qualitatives relatives à des défauts de captation et d’action tissulaires de la vitamine B12.
Le profil étiologique des hypervitaminémies B12 comporte majoritairement des entités pathologiques graves et pour lesquelles la précocité diagnostique est plus que déterminante au plan pronostique. Ces entités sont représentées essentiellement par les néoplasies solides, les hémopathies malignes et les hépatopathies.
Ceci rend compte de l’importance potentielle que pourrait avoir le dosage de la vitamine B12 comme marqueur précoce dans l’orientation diagnostique de ces affections.
Une approche codifiée est nécessaire afin de déterminer les indications potentielles de la recherche d’une hypervitaminémie B12 et la conduite à tenir pratique à adopter devant la découverte d’une hypervitaminémie B12. […] »
http://www.em-consulte.com/article/679419/article/hypervitaminemie-b12-physiopathologie-et-interet-e

On voit donc qu’un excès de vitamine B est souvent corrélé à la présence d’un cancer.

En revanche, rien n’assure qu’un apport raisonné de vitamine B12 ait un impact sur le développement d’un cancer. C’est ce qu’indique le Dr Marceau dans sa réponse à une question posée sur le forum de la Ligue contre le cancer :

« Femme 60 ans K du poumon NAPC inopérable, doit suivre une chimio ; préalablement, on doit lui injecter de la vit. B12, pour soutenir la moelle osseuse. Or, la notice précise comme 1ère contre-indication majeure : "en cas de tumeur, ne jamais injecter". Des oncologues d'Unicancer/Centre jean Perrin mettent en garde contre la B12 : "activité accélératrice des K". Cette contradiction n'est pas un cas isolé, quand l'un prescrit ceci, qu'un autre déconseille, y compris pour des compléments alimentaires (pamplemousse, gui, millepertuis,...) voire ail ou soja. Comment sortir de cette confusion ?
Bonjour,
A ma connaissance, il n'y pas de lien formellement établi entre un apport de vitamine B12 et le développement d’un cancer.
Quant aux avis parfois divergents rencontrés en médecine, ils tiennent au fait que la médecine est loin d'être une science exacte d'où la nécessité de poursuivre les recherches et de faire appel à des concertations pluridisciplinaires qui permettent de confronter connaissances et points de vue. 
»
https://www.ligue-cancer.net/forum/38231_vitamine-b12

Apparemment, il n’y a pas de consensus à ce sujet et nous n’avons pas trouvé d’informations plus précises.

De façon plus générale sur la prévention, le Réseau National Alimentation Cancer Recherche (NACRe) précise :
- Conseils généraux pour la prévention des seconds cancers
« La réduction des facteurs de risque modifiables de second cancer s’inscrit dans une démarche globale de prévention tertiaire visant à préserver à long terme la santé du patient. Le diagnostic d’un cancer est l'occasion pour le patient de faire le point sur les facteurs de risque avec l'équipe médicale. Au cours de la prise en charge, les professionnels de santé sont des acteurs clés pour encourager les patients à adopter des comportements plus favorables à la santé, et les accompagner dans cette démarche de prévention. […] »
http://www6.inra.fr/nacre/Apres-le-cancer/Vous-informer-sur/Prevention-des-seconds-cancers

- Facteurs nutritionnels associés au risque de second cancer : expertise des données disponibles
« Les données scientifiques disponibles permettent d’établir une association avec le risque de second cancer pour deux facteurs nutritionnels : la consommation de boissons alcoolisées et la surcharge pondérale.[…] »
http://www6.inra.fr/nacre/Apres-le-cancer/Vous-informer-sur/Facteurs-nutritionnels-et-second-cancer-donnees-scientifiques

Nous espérons que ces informations vous seront utiles pour mieux comprendre ce sujet complexe et vous permettront d’enrichir le dialogue avec vos médecins qui restent vos interlocuteurs privilégiés.

Nous nous tenons à votre disposition pour toute nouvelle recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)

Retour à la liste des questions
Retour en haut