février

Lyme ???

Question

J'ai été affectée par la borrélia suite à une piqûre de tique et pour cause, mon jardin étant fréquenté par des chevreuils porteurs de tiques. Très sensible aux agents infectieux, même une piqûre de guêpe doit être traitée chez moi par antibiotiques... Donc, suite aux conséquences très douloureuses de l'infection par la Borrélia détectée lors des analyses, j'ai été traitée par amoxicilline plus par lamaline pour les douleurs intolérables... J'espère à ce jour, en être complètement débarrassée, sachant que cette bactérie peut faire des dégâts jusqu'au cerveau... Mais ce qui m'amène à écrire ce courrier n'est pas mon cas, mais celui de mon mari qui se dégrade à une vitesse grand V.... Cela a commencé par des difficultés à trouver ses mots, même pour du contenu courant, puis, il a perdu la notion du temps et curieusement jamais la mémoire visuelle, ni l'orientation spatiale. Il peut tout à fait se débrouiller pour prendre un tram, un bus, savoir où il va et revenir sans problème. Mais brutalement, il y a à peu près 3 mois, sa tête a basculé d'un coup, au point que le menton touche le sternum, car il n'a plus de tonus sur la musculature arrière de la tête au point qu'il lui faut à présent une têtière avec mentonnière pour qu'il puisse garder la tête droite... De profil, le cou est "cassé" à 90°, et le regard tourné vers le bas, ce qui le gêne et pour manger, et pour regarder sa route quand il se déplace... Le diagnostic d'Alzheimer ayant été écarté, suite aux examens spécifiques, à ma demande, le médecin traitant a fait faire une analyse en laboratoire local pour une recherche de Maladie de Lyme et qui serait négative... Mais sachant que la borrélia pouvant avoir plusieurs caractéristiques, peut être résistante à certains tests, je me demande si le Centre des maladies infectieuses de Pellegrin ne pourrait pas faire plus d'investigations, car en attendant, mon mari n'est pas traité pour un agent pathogène spécifique puisqu'on ne l'a pas trouvé, et qu'il y a confirmation qu'il n'a pas d'Alzheimer... Son état est grave, puisqu'on envisage la prise en charge d'un sujet en direction progressive vers la démence. La question que je pose est donc la suivante: si l'on sait , et dans le cas où la Borrelia serait responsable de l'état de mon mari , et si elle continue ses dégâts qui sont irréversibles, la dépister et la traiter de façon spécifique permettrait d'arrêter des dégâts plus graves à l'avenir si cette guerrière continue son sale travail dans le cerveau de mon mari... Quelle est la personne sur Bordeaux, la plus apte à faire les recherches que je demande??? Merci de votre réponse.

Réponse

Bonjour,

Votre mari souffre de différents problèmes neurologiques et vous vous interrogez sur la possibilité d’un diagnostic de la maladie de Lyme, bien qu’une première analyse se soit révélée négative.

Tout d’abord et à titre d’information générale, nous vous proposons de lire la réponse que nous avons élaborée afin de répondre aux nombreuses questions sur cette pathologie.
http://www.cite-sciences.fr/fr/au-programme/lieux-ressources/cite-de-la-sante/questions-sante/questions-frequentes/maladie-de-lyme/#item-grid-22400

Vous pourrez notamment y voir que le service des maladies infectieuses et tropicales du CHU de Bordeaux semble bien qualifié sur la maladie de Lyme puisque deux médecins de ce service y sont interrogés.
« Bordeaux
Groupe hospitalier Pellegrin : Service de maladies infectieuses et tropicales
Un dossier sur la maladie de Lyme de la rubrique Santé Aquitaine sur France 3 Aquitaine (diffusion lundi 6 Octobre 2014 - Emission Midi Pile) propose une interview du Pr Michel Dupon, du service des maladies infectieuses et tropicales du CHU de Bordeaux, ainsi qu’un reportage comprenant une interview du Dr Hervé Dutronc appartenant au même service. »
http://france3-regions.francetvinfo.fr/aquitaine/2014/10/06/la-maladie-de-lyme-est-transmise-par-la-tique-565658.html

A noter dans le reportage de France 3  Aquitaine, des éléments d’information apportés par le Dr Dutronc :
« […] Le diagnostic doit être confirmé par un examen sanguin à la recherche d’anticorps dirigés contre la bactérie inoculée lors de la piqûre. Ils apparaissent, en moyenne, 4 à 6 semaines après la piqûre.
Cette recherche se fait habituellement en 2 étapes sous la forme d’un 1er test de dépistage qui doit, en cas de résultat douteux ou positif, toujours être confirmé par un 2ème test différent du 1er. Ces anticorps persisteront même après traitement et guérison de la maladie.
En cas de signes neurologiques, il faut réaliser une ponction lombaire pour chercher la présence d’anticorps à ce niveau. […] »
Coordonnées du CHU de Bordeaux
https://www.chu-bordeaux.fr/Les-services/Service-des-Maladies-infectieuses-et-tropicales/PATHOLOGIES/

En tant que service de documentation nous ne pouvons aller plus loin dans notre réponse. Nous espérons que ces éléments d’information vous permettront de trouver la prise en charge adaptée à la situation de votre mari et restons à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe des documentalistes de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)

Retour à la liste des questions