février

Différence entre leucoaraïse et Alzheimer ?

Question

Ma mère âgée de 76 ans a passé un IRM et en conclusion : Leucoaraïose, atrophie parenchymateuse marquée en bi-temporal. Pourriez-me donner une explication et le nom de cette maladie ?

Réponse

Bonjour,

Vous souhaitez savoir la différence entre leucoaraïose et maladie d’Alzheimer.

A titre d’information générale, le Larousse médical donne les définitions suivantes :
- parenchyme
« Tissu dont les cellules ont une activité physiologique, par opposition aux tissus de liaison et de soutien. »
http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/parenchyme/76976

- atrophie :
« Diminution de poids et de volume d'un organe, d'un tissu ou d'un membre à la suite d'une nutrition insuffisante des cellules ou d'une immobilisation.
Une atrophie provient d'une déficience ou d'une destruction de vaisseaux sanguins, de nerfs ou de substances nutritives. Elle peut être pathologique (atrophie du foie consécutive à une cirrhose), mais aussi physiologique (atrophie du thymus à l'adolescence et de l'utérus après la ménopause). Le traitement d'une atrophie n'est possible que dans la mesure où il persiste un peu d'organe ou de tissu normal susceptible de se multiplier. »
https://www.larousse.fr/encyclopedie/medical/atrophie/11419

Ensuite Futura-sciences, magazine scientifique en ligne, propose une définition de la leucoaraiose :
« La leucoaraiose (ou démence vasculaire sous-corticale) est une forme de démence vasculaire, c'est-à-dire une démence associée à des lésions vasculaires cérébrales.
Symptômes de la leucoaraiose.
La leucoaraiose se manifeste à un âge avancé, et serait favorisée par l'hypertension. Elle se caractérise tout d'abord par des troubles cognitifs (perte de mémoire, difficulté à suivre un raisonnement), puis par des troubles de l'humeur. »
http://www.futura-sciences.com/sante/definitions/medecine-leucoaraiose-6944/

Pour en savoir plus sur la leucoaraïose, nous vous invitons à parcourir cet article de la revue Le Clinicien (janv.- fév. 2010 ) intitulé La leucoaraïose : plus qu’une découverte fortuite ! présenté dans le cadre d’une conférence sur le cerveau lors de l’événement « La gériatrie » à l’Université Laval (Canada).
http://www.stacommunications.com/journals/leclinicien/2010/01-JanFev-2010/Laleucoara%C3%AFose.pdf

Concernant la maladie d’Alzheimer, on peut lire sur le site de l’Association France Alzheimer :
« C’est en 1906 qu’Aloïs Alzheimer découvre la maladie qui porte désormais son nom. Cette affection entraîne une disparition progressive des neurones dans les régions de notre cerveau qui gèrent certaines capacités comme la mémoire, le langage, le raisonnement ou encore l’attention.
[…]
La science nous en dit plus
La maladie entraîne deux types de lésions du système nerveux central :
- Le dysfonctionnement d’une protéine essentielle aux neurones appelée « Tau ».
- L’apparition de plaques dites « séniles » due à une autre protéine (bêta Amyloïde) qui se dépose à l’extérieur des neurones et plus dedans.
Peu à peu, ces lésions se multiplient et envahissent les régions supérieures du cerveau. La maladie devient alors de plus en plus visible.[…] »
http://www.francealzheimer.org/la-maladie-d-alzheimer/d%C3%A9finition-de-la-maladie-d-alzheimer/104

Vous trouverez également  sur le site de l’Association France Alzheimer une partie consacrée aux maladies proches : Maladie d’Alzheimer et maladies apparentées : quelles similitudes, quelles différences ?
https://www.francealzheimer.org/maladie-dalzheimer-maladies-apparentees-similitudes-differences/

On peut donc retenir que la leucoaraïose est une démence d’origine vasculaire alors que la maladie d’Alzheimer relève d’un processus neurodégénératif (altération des cellules nerveuses) mais comme il est précisé dans cet article de l’Académie de médecine, Les démences vasculaires (séance du 21 février 2012), ces pathologies peuvent être liées :
« Les concepts de démence dégénérative type Alzheimer et de démence vasculaire pourraient paraître simples, la perte neuronale qui sous-tend la démence étant primitive dans le premier cas et secondaire à une atteinte vasculaire dans le deuxième. Ce serait toutefois oublier que d’une part affections dégénératives et affections vasculaires cérébrales sont toutes deux à la fois fréquentes et liées à l’âge, donc souvent associées, et que, d’autre part, les neurones, les cellules gliales et les vaisseaux cérébraux — collectivement réunis au niveau de l’unité neuro-vasculaire — sont indissociables. En effet, cette unité neuro-vasculaire, qui est impliquée dans le maintien de l’homéostasie au niveau microenvironnement au sein du tissu cérébral apparaît profondément altérée dans sa structure et sa fonction, non seulement dans les DV mais aussi dans la MA [4-6]. Il résulte de ces deux facteurs une intrication entre altérations neuronales primitives et secondaires à l’atteinte vasculaire aboutissant à une démence qualifiée de « mixte », beaucoup plus fréquente, notamment chez les sujets âgés, que les formes dites « pures » de MA [maladie d’Alzheimer] et de DV [démence vasculaire]. »
http://www.academie-medecine.fr/les-demences-vasculaires/

Nous espérons que ces éléments vous permettront de mieux comprendre ces pathologies et enrichiront le dialogue avec les médecins.

Nous restons bien entendu à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe des documentalistes de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)

Retour à la liste des questions