juin

Anesthésie non générale (locale, loco-régionale, etc.) et ablation vésicule biliaire

Question

Bonjour, L'ablation de la vésicule biliaire suite à la présence de calculs s'opère habituellement sous anesthésie générale, selon le protocole en vigueur à ce jour. 1) Je voudrais savoir si cette opération serait physiquement douloureuse pour l'opéré s'il n'y avait aucune anesthésie. 2) Dans l'affirmative, est-il possible, techniquement parlant, d'obtenir une insensibilisation à la douleur pour l'opéré sans passer par une anesthésie générale ? En particulier, que fait-on pour les personnes devant subir une ablation de la vésicule et qui, pour des raisons diverses (âge, fragilité, etc.), ne peuvent supporter une anesthésie générale ? Je vous remercie d'avance vivement du soin que vous voudrez bien apporter aux réponses à ces deux questions.

Réponse

Bonjour,

Vous souhaitez savoir si l’ablation de la vésicule biliaire peut s’effectuer sans anesthésie générale.

En premier lieu sur le site du Figaro santé, voici les explications de Corinne Vons, chirurgien viscéral et digestif à l’hôpital universitaire Jean Verdier (Bondy) sur la cholécystectomie (ablation de la vésicule biliaire) :

Cette opération se fait maintenant par laparoscopie, c'est-à-dire que l'on ne réalise plus, pour atteindre la vésicule biliaire, qui est sous le foie, une grande incision de la paroi abdominale, mais des petits trous qui servent à introduire : premièrement, une caméra (orifice de 10 mm) ; deuxièmement, un instrument pour soulever le foie et exposer la vésicule biliaire (un orifice de 5 mm) ; troisièmement, des instruments servant pour la main droite et la main gauche (un orifice de 10 mm et un de 5 mm), et ainsi tenir et exposer les différents éléments à contrôler qui sont l'artère du canal biliaire de la vésicule et le canal biliaire. Ces éléments sont ensuite coupés à l'aide de ciseaux après avoir été l'une coagulée et l'autre noué. La vésicule est placée dans un sac et sortie par le nombril. Cette intervention, réalisée de manière programmée, est actuellement parfaitement standardisée et ses différents risques peuvent être gérés au mieux.

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2011/10/23/15008-peut-on-etre-opere-vesicule-biliaire-sans-etre-hospitalise

Lors de nos recherches nous n'avons pas trouvé d'information concernant une intervention sans anesthésie générale, qui semble nécessaire autant pour soulager la douleur que pour conserver une immobilité du patient indispensable.

Par ailleurs, nous vous proposons de consulter ce document destiné aux patients et réalisé par la Société Française d’Anesthésie et de Réanimation (SFAR) sur les différentes techniques d’anesthésie :

L’anesthésie générale est un état comparable au sommeil, dont la profondeur peut être adaptée, produit par l’injection de médicaments et/ou par la respiration de vapeurs anesthésiques.
L’anesthésie locorégionale permet de n’endormir que la partie du corps sur laquelle se déroulera l’opération. Son principe est de bloquer les nerfs de cette région en injectant à leur proximité un produit anesthésique local. Il est possible de prolonger l’insensibilisation plusieurs jours après l’opération en injectant ce produit par un dispositif (cathéter) placé à proximité des nerfs concernés.
La rachianesthésie et l’anesthésie péridurale sont deux formes particulières d’anesthésie locorégionale, où le produit anesthésique est injecté à proximité des nerfs qui sortent de la moelle épinière.
Une anesthésie générale peut être associée à une anesthésie locorégionale, soit en raison de particularités anesthésiques recherchées, soit devenir nécessaire en cas d’insuffisance ou d’échec de l’anesthésie locorégionale.
Certaines équipes peuvent, pour certains actes, proposer l’hypnose comme technique alternative. Elle est utilisée seule ou associée aux autres techniques d’anesthésie

https://sfar.org/wp-content/uploads/2016/09/SFAR_Info-patient-jan2016.pdf

Concernant l’anesthésie des personnes affaiblies ou âgées, voici les réponses du Dr. Gabriel Abitbol, gériatre à l'hôpital Broca (Paris) :

Il est évident que les seniors sont plus à risque. Ils ont des fonctions organiques altérées notamment l'insuffisance rénale, l'insuffisance hépatique... Certains produits anesthésiques sont mal éliminés mais ce n'est pas une raison pour ne pas les utiliser. Les anesthésistes ont des protocoles adaptés à la personne âgée. On démarre notamment à petite dose et on monte progressivement que ce soit pour les douleurs post-opératoires ou pour les produits anesthésiques. Il n'y a pas de contre-indication à utiliser des produits, mais il faut adapter ces produits à la personne âgée, pas tellement à son âge mais surtout à sa fonction.

https://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-les-seniors-sont-ils-plus-sensibles-aux-risques-lies-a-l-anesthesie-_9479.html

Ces informations sont générales et ne s’appliquent pas obligatoirement à toutes les situations. C’est pourquoi nous vous conseillons de contacter l’anesthésiste ou le chirurgien qui va opérer votre proche et de lui faire part de vos interrogations.

Nous restons bien entendu à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe des documentalistes de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)

Retour à la liste des questions