juin

Rhésus négatif

Question

Je suis de rhésus négatif, j'ai déjà fait un premier accouchement sans faire l'injection anti-D et l'enfant était O+, décédé à 4 ans après ça j'ai fait 2 avortements et actuellement suis enceinte de 7 semaine DC je me suis renseignée, on m'a dit que je dois faire l'injection anti-D sur cette grossesse maintenant je me suis rendue à l'hôpital ce matin, la sage femme me dit y a aucun risque, que c'est à l'accouchement que je dois faire l'injection, suis pas convaincue de ce qu'elle a dit, j'ai vraiment peu rde perdre ma grossesse. Aidez moi

Réponse

Bonjour,

Vous êtes de rhésus négatif. Vous avez eu un premier enfant de rhésus positif mais on ne vous a pas fait d’injection anti-D à l’époque. Vous avez également subi 2 avortements. Aujourd’hui enceinte de 7 semaines, vous souhaitez savoir si une injection anti-D doit être faite maintenant ou uniquement à l’accouchement. Vous êtes perdue car on vous a donné des informations contradictoires.

Nous vous proposons de lire les explications du site Ameli de l’Assurance maladie française au sujet de l’incompatibilité rhésus lors d’une grossesse :

L'incompatibilité rhésus et la grossesse
Le groupe sanguin de la future maman est déterminé dès le début de grossesse, s'il n'est pas déjà connu.
Le groupe sanguin comporte le système A, B et O (présence ou non des antigènes A et B à la surface des globules rouges) et le système rhésus.
La mère est de groupe sanguin rhésus positif lorsqu'elle possède sur ses globules rouges l'antigène Rh et de groupe sanguin rhésus négatif lorsqu'elle ne le possède pas.
Seules les femmes dont le groupe sanguin est rhésus négatif (A-, B-, AB-, O-) sont concernées par le problème d'incompatibilité, si l’enfant qu’elles portent est de rhésus positif.

Comment l'incompatibilité rhésus se constitue-t-elle ?
Lors d’une première grossesse, le sang du bébé et celui de sa mère sont parfaitement séparés par le placenta : il n’y a aucun risque pour le bébé.
Durant l'accouchement, lors d'une IVG, d'une IMG ou encore après une grossesse extra-utérine, des globules rouges du fœtus passent dans la circulation sanguine maternelle. Les globules blancs de la mère (rhésus négatif) identifient les globules rouges du bébé (rhésus positif) comme des cellules étrangères et fabriquent des anticorps dits "agglutinines irrégulières" contre ce facteur ou rhésus.
Lors d’une grossesse suivante, si le fœtus est de rhésus positif, les anticorps dont la mère est porteuse depuis le premier accouchement traversent le placenta, passent dans la circulation sanguine du fœtus et détruisent ses globules rouges entraînant une anémie hémolytique. Les conséquences sont graves pour le fœtus ; c’est pourquoi, chez les mères de rhésus négatif, la recherche d’agglutinines irrégulières par une prise de sang est réalisée régulièrement, durant toute la grossesse.
En pratique, si vous êtes rhésus négatif :
-
vous devez recevoir une injection de sérum anti-rhésus après chaque accouchement : ce sérum neutralisera les quelques globules rouges rhésus positif qui peuvent être présents dans votre sang, pour éviter la formation d’agglutinines irrégulières et protéger vos futurs bébés ;
- si la grossesse se termine par une fausse couche ou par une interruption de grossesse (IVG ou IMG), une injection de sérum anti-rhésus doit également être pratiquée.

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/grossesse-difficultes/pathologies-associees-incompatibilite-rh

En complément, le site Perinat France (association regroupant des professionnels de la périnatalité) précise :

Que faire si la recherche d'agglutinines irrégulières est positive ?
Une femme de rhésus négatif peut être porteuse d'agglutinines irrégulières (elle a pu s'immuniser lors d'une fausse couche ou d'une IVG après laquelle l'injection de sérum anti D n'a pas été faite). Pas de panique. La grossesse devra être surveillée, et un traitement entrepris pour réduire le risque de destruction des globules du foetus. L'efficacité de ce traitement est conditionnée par la précocité du diagnostic : c'est dès le début de la grossesse que les agglutinines irrégulières doivent être repérées. […]

https://www.perinat-france.org/article/lincompatibilit%C3%A9-rh%C3%A9sus-entre-p%C3%A8re-et-m%C3%A8re

Un suivi des agglutines irrégulières est donc nécessaire dès le début de la grossesse. Si le taux est positif, une injection est indispensable. En revanche si le taux est négatif, seule l’injection après l’accouchement est nécessaire de façon à prévenir les problèmes d’une future grossesse.

Nous espérons que ces informations vous seront utiles et vous conseillons d’en parler avec le médecin qui vous suit car lui seul pourra vous donner une explication pertinente en fonction de votre dossier médical.

Nous restons bien entendu à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe des documentalistes de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)

Retour à la liste des questions