juin

Cryothérapie

Question

Bonjour je suis allée chez mon gynécologue, il m'a diagnostiqué des lésions précancéreuses, il m'a conseillé de faire la cryothérapie . Mais depuis ma cryothérapie, j'ai un liquide malodorant qui sort de mon vagin. J'aimerais savoir si cette coulée du liquide est normale?

Réponse

Bonjour,

Vous avez subi une cryothérapie pour des lésions gynécologiques précancéreuses. Depuis l’intervention, vous avez des pertes malodorantes et vous vous demandez si c’est normal.

L’Alliance pour la prévention du cancer cervical vous donne des explications dans un aide-mémoire intitulé « Prévention du cancer cervical » :
 

Dans quelle mesure le traitement va-t-il affecter ma vie quotidienne ?
Conseil : Faire une description précise des effets secondaires du traitement pour que la femme sache à quoi s’attendre et puisse s’y préparer. Si vous êtes traitée parce que vous avez des zones anormales du col utérin, il y a des choses que vous devez savoir pour que votre col puisse guérir correctement. La cryothérapie provoque des pertes vaginales aqueuses pendant deux à quatre semaines ; la RAD provoque des pertes avec du sang pendant un maximum de six semaines. Vous devrez éviter de porter des choses lourdes durant les premiers jours suivant le traitement, prendre des médicaments pour éviter tout risque d’infection, ne rien introduire dans votre vagin, vous abstenir de toute relation sexuelle durant 4 à 6 semaines.

http://rho.org/files/ACCP_questions_asked_fs_fr.pdf

Le Centre de recherche international du cancer émanant de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) confirme :

Effets secondaires, complications, et séquelles à long terme
[…] Dans les 3 à 4 semaines qui suivent l’intervention, la patiente se plaindra de pertes vaginales liquides. Les saignements vaginaux sont extrêmement rares. Quand il y en a, ils sont le plus probablement dus à une congélation trop agressive, si bien que la boule de glace a dépassé les 5 mm de profondeur. Le risque d’infection post-opératoire est très faible et peut vraisemblablement être encore réduit en retardant la cryothérapie chez les femmes souffrant d’une maladie inflammatoire pelvienne (MIP), d’une cervicite sexuellement transmise (par exemple, chlamydia ou gonorrhée), d’une trichomoniase vaginale ou d’une vaginose bactérienne. On procédera à la cryothérapie une fois ces affections correctement traitées et guéries. Quand une patiente se plaint après l’intervention de pertes malodorantes, de douleurs pelviennes et de fièvre, on réalisera une culture à partir des pertes et on prescrira de façon empirique un traitement antibiotique efficace contre les MIP.

http://screening.iarc.fr/colpochap.php?lang=2&chap=12.php

Nous vous conseillons toutefois de contacter votre gynécologue quil pourra vous donner des informations pertinentes au sujet de vos pertes après vous avoir examinée.

Nous restons bien entendu à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe des documentalistes de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.
Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)

Retour à la liste des questions