Cité de la santé

Information conseil et documentation

Toutes les questions-santé - janvier

Titre de la question SMTranscranienne et traitement des dépressions résistantes
Question Quel est l'état de développement de la technique de la Stimulation Magnétique Transcranienne, aujourd'hui en France ? La SMT ou TMS en anglais, et son application en rTMS (série d'une dizaine de séances) pour le traitement de dépressions résistantes, est-elle reconnue en France ? Où est-elle disponible (Quels établissements la pratiquent) ? Que peut-on dire de son efficacité (statistiques) ? Dans quels cas peut-elle être recommandée ? Est-elle à ce jour prise en charge par la Sécurité Sociale ? Quels en sont les inconvénients potentiels ? Quelles autres techniques alternatives existent en France pour le traitement des dépressions résistantes ?
Réponse

Bonjour,

Vous souhaitez avoir des informations sur la stimulation magnétique transcranienne (SMT ou TMS)

Voici tout d’abord les explications de la Société de neurophysiologie clinique de langue française sur la Stimulation magnétique transcrânienne.
http://www.snclf.net/La-Stimulation-magnetique-transcranienne_a44.html

Nous vous proposons ensuite plusieurs articles scientifiques sur cette thérapeutique :

- La stimulation magnétique transcrânienne dans le traitement de la dépression / M.A. Chaouachi, P. Verbanck et C. Kornreich.  In Revue médicale de Bruxelles (2013 ; 34 : 416-22)
« La stimulation magnétique transcrânienne répétée (rTMS) est un outil thérapeutique récent, non invasif, engendrant peu d’effets secondaires. Son principe repose sur la stimulation de réseaux corticaux par l’intermédiaire d’un champ magnétique appliqué sur le crâne. En 2008, la stimulation magnétique transcrânienne répétée a été validée comme une thérapeutique antidépressive en monothérapie par la FDA [Food and drug administration : Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux]. Cette technique pourrait donc venir compléter l’arsenal thérapeutique classique dans les troubles de l’humeur. Nous proposons de faire le point sur l’utilisation en pratique clinique de cette nouvelle approche thérapeutique dans la dépression.[…] »
https://www.google.com/url?q=http://www.amub.be/revue-medicale-bruxelles/download/950&sa=U&ved=0ahUKEwiNje_rtODRAhXDDMAKHR9bDCg4EBAWCAkwAg&client=internal-uds-cse&usg=AFQjCNGjRjsR2Eg7lSGC6-kHBqIV0SjbLg

- Dépression : prédire la réponse à la stimulation magnétique transcrânienne (Article de l’Inserm, 08 novembre 2011)
« La stimulation magnétique transcrânienne est une alternative thérapeutique possible pour les personnes souffrant de dépression sévère résistante à tous les médicaments. Elle n’est toutefois pas efficace dans tous les cas. Des chercheurs de l’Inserm et de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris ont mis en évidence des particularités anatomiques et fonctionnelles du cerveau chez certains patients, qui pourraient à terme devenir des marqueurs prédictifs de réponse à cette technique. […]»
http://www.inserm.fr/actualites/rubriques/actualites-recherche/depression-predire-la-reponse-a-la-stimulation-magnetique-transcranienne

- Recommandations françaises sur l’utilisation de la stimulation magnétique transcrânienne répétitive (rTMS) : règles de sécurité et indications thérapeutiques (10/12/11). In Neurophysiologie Clinique / Clinical Neurophysiology (Volume 41, numéro 5-6, pages 221-295, décembre 2011) :
«  […] Conclusion générale et perspectives
Ce travail fait pour la première fois la synthèse des possibilités d’application thérapeutique de la rTMS dans la totalité des pathologies neurologiques, ORL, ou psychiatriques qui ont déjà été concernées par cette technique. Il y a déjà pour certaines de ces pathologies (douleurs neuropathiques chroniques, épisodes dépressifs majeurs, hallucinations auditives), un niveau de preuves suffisant des études publiées, pour y retenir une indication thérapeutique de la rTMS en pratique clinique, comme cela est résumé dans le Tableau 21.
Ces indications devraient encore se développer dans les prochaines années, en parallèle à l’optimisation des paramètres de stimulation à utiliser. Les principales perspectives de développement technique reposent sur la production de nouvelles bobines et formes de champ magnétique délivré d’une part, et sur les progrès des techniques de neuronavigation, notamment dans le couplage avec les données d’imagerie fonctionnelle et d’EEG à haute résolution.
Cependant, dans tous les cas, il restera a priori une limite majeure à cette technique, qui est la relativement faible durée des effets cliniques produits. La répétition des séances et la mise en place de séances d’entretien peuvent pallier, au moins en partie, cet inconvénient. Mais cela ouvre la porte à d’autres techniques de stimulation corticale, comme la tDCS ou surtout la stimulation épidurale implantée, en vue du traitement de pathologies très chroniques. L’application de la rTMS dans ce cadre serait d’apporter des facteurs prédictifs préopératoires en vue de la sélection des candidats pour la chirurgie et de la validation d’une cible de stimulation où implanter des électrodes. Aussi, en tant que solution thérapeutique par elle-même, la rTMS pourrait être restreinte en pratique à traiter des pathologies non durables dans le temps ou des patients présentant une contre-indication à la chirurgie.
Il faut également envisager la rTMS comme une solution thérapeutique additionnelle à une prise en charge médicamenteuse ou physiothérapique dans le but d’améliorer ou d’accélérer l’efficacité de ces traitements plus « conventionnels ». Ce type de stratégie est déjà évalué dans certaines pathologies psychiatriques (traitement combiné de la dépression par  combinaison d’approche, en jouant notamment sur les phénomènes de plasticité corticale est tout à fait susceptible d’amplifier considérablement les effets propres de la rTMS.
Il est donc certain que ce texte de recommandation devra être actualisé très régulièrement compte tenu du large éventail de possibilités thérapeutiques qu’offre la rTMS comme technique isolée ou plus probablement associée à d’autres stratégies de prise en charge de pathologies neurologiques, ORL, ou psychiatriques. »
http://www.em-consulte.com/article/679352/article/recommandations-francaises-sur-lutilisation-de-la-
Vous pouvez consulter cet article dans son intégralité à la Cité de la santé. Voici les informations pratiques :
http://www.cite-sciences.fr/fr/au-programme/lieux-ressources/cite-de-la-sante/infos-pratiques/

Sur le site de l’Union nationale de familles et d’amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques, voici un entretien avec le Dr. David Szekely du CHU de Grenoble intitulé Une technique prometteuse : la stimulation magnétique transcrânienne (UNAFAM, n°1, 2010) :  
« - Pour l’instant ce traitement n’a pas reçu d’agrément et de cotation de la part des autorités sanitaires. Ils ne sont donc pas remboursés par la Sécurité Sociale en France. La rTMS st encore considérée comme expérimentale et doit être effectuée dans un centre hospitalier. » (p.17)
http://www.unafam.info/87/img/UAR2010_1rtms0001.pdf

Un article plus récent précise que la TMS n’est toujours pas remboursée par l’Assurance maladie : Coût de production hospitalier de la stimulation magnétique transcrânienne répétée (rTMS) dans le traitement de la dépression. -  In Revue d'Epidémiologie et de Santé Publique (Volume 63, n° 4, pages 268-274, août 2015) :
« Conclusion
Cette estimation de coût est novatrice et résulte d’une démarche pragmatique et concertée. Ce coût est légèrement supérieur aux coûts estimés par les rares études internationales, moins exhaustives dans l’intégration des coûts. Plusieurs limites existent, inhérentes à l’établissement et à son activité. Notre travail peut servir de base à des travaux de réplication pour aboutir à une estimation plus générale, et à terme à la cotation d’un acte CCAM valorisant cette technique en France, ainsi qu’à son remboursement, en tenant compte des contraintes médico-économiques et des choix de santé publique de notre pays. »
http://www.em-consulte.com/en/article/993272
Vous pouvez consulter cet article dans son intégralité à la Cité de la santé

Voici les coordonnées des établissements parisiens recensés dans l’article de l’Unafam, précédemment cité :
- Hôpital Sainte-Anne :
Dr Marion Plaze (psychiatrie)
http://www.ch-sainte-anne.fr/Offres-de-soins/Psychiatrie/Psychiatrie-adulte/S.-H.-U.-Secteur-14/%28language%29/fre-FR
Dr Gueguen (Neurophysiologie)
http://www.ch-sainte-anne.fr/Accueil/Etablissement/Organisation-des-soins/Pole-NEUROSCIENCES-RAYMOND-GARCIN/%28language%29/fre-FR

- Hôpital de la Pitié-Salpétrière :
Dr Anthony Albou (Psychiatrie)
http://www.aphp.fr/offre-de-soin/consultation-3371
Vous pouvez également écouter une interview du Dr Vincent Krieger du Service de Psychiatrie Adulte
http://maladiessystemenerveux-psl.aphp.fr/la-stimulation-magnetique-transcranienne/

- CHU Saint-Antoine :
Pr Peretti (Psychiatrie)
http://saintantoine.aphp.fr/psychiatrie/

- Etablissement de Ville-Evrard :
Dr Dominique Januel
« […] L'URC a particulièrement développé l'axe thérapeutique de la TMS ( Transcrannial Magnetic Stimulation). L'URC participe à des colloques et séminaires et publie ses travaux de recherche tant au niveau national qu'international. Enfin, l'URC mène un travail de sensibilisation aux enjeux de la recherche auprès du personnel médical et non médical. »
http://www.eps-ville-evrard.fr/secteur/93g03/unite-de-recherche-clinique-urc/
A noter qu’il est possible de participer à des protocoles de recherche sur la TMS et la dépression résistante.

Il faut rajouter à cette liste non exhaustive, un centre privé créé par deux médecins : le Centre de la dépression (Paris).
http://www.centredeladepression.org/la-stimulation-magnetique-transcranienne/

Nous espérons que ces éléments enrichiront le dialogue avec votre médecin qui reste votre interlocuteur privilégié et restons à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)

Retour à la liste des questions
Retour en haut