Cité de la santé

Information conseil et documentation

Questions-santé 2012 - mai

Titre de la question Tests de laboratoire
Question Y-a-t-il au niveau des laboratoires, un test ou des tests spécifiques pour les allergies et les poisons? Devrions-nous continuer à pratiquer le test de Widal pour le diagnostic de la fièvre typhoïde ? Quel est le meilleur système des unités qui doit être utilisé dans un laboratoire médical ?
Réponse

Bonjour,

Vous vous intéressez aux laboratoires d’analyses médicales et vous vous posez plusieurs questions.

Vous recherchez tout d’abord des tests pour déterminer des allergies et des poisons.

Le site Labtestonline, site spécifiquement conçu pour le patient français et rédigé notamment par des membres de la Société Française de Biologie Clinique, liste et explique les différents examens permettant de déterminer une allergie :
www.labtestsonline.fr/condition/Condition_Allergies.html

Quant à l’existence de tests pour les poisons, nous n’avons pas trouvé d’information mais il semble que selon le poison recherché, des analyses biologiques sont possibles. Nous vous communiquons un extrait du site grand public e-santé sur les Centres antipoison en France :
« Les centres anti-poison ont deux missions essentielles. Ils assurent un rôle d'information auprès du public et posent un diagnostic pour répondre à l'urgence de l'intoxication. Ils réalisent également un travail de vigilance pour prévenir les risques et surveiller les effets toxiques d'un produit sur l'homme. À destination du grand public mais également des professionnels de santé, les centres anti-poison sont à votre écoute 24 heures sur 24…
www.e-sante.fr/allo-centre-anti-poison/actualite/1597

A titre d’information générale sachez que diverses bases de données sur les intoxications ont été mises en place comme l’indique l’Arrêté du 18 juin 2002 relatif au système informatique commun des centres antipoison : « Art. 1er. - Le système informatique des centres antipoison, prévu à l'article D. 711-9-11 du code de la santé publique, comprend :
1. Dans chaque centre antipoison, un système informatique à usage local destiné à apporter une aide à la réponse à l'urgence, utilisant un logiciel commun à l'ensemble des centres antipoison.
Ce système informatique comprend également dans chacun des centres une base locale des produits et compositions (BLPC) constituant une base de données de référence des agents relatifs aux cas d'intoxications et aux demandes d'information et une base locale des cas d'intoxication et des demandes d'informations toxicologiques (BLCIT) recueillis par chaque centre antipoison. Il est géré par le centre antipoison, assisté par le service informatique de l'établissement dont il dépend.
2. Une base nationale des produits et compositions (BNPC) qui rassemble les informations validées utiles aux médecins des centres antipoison dans l'exercice de leurs activités de réponse téléphonique à l'urgence toxicologique, d'information et d'expertise toxicologique, de toxicovigilance, de prévention des intoxications. Elle constitue également la base nationale de référence des agents relatifs aux cas d'intoxications et aux demandes d'informations toxicologiques. Elle est gérée par un centre antipoison désigné à l'article 9 du présent arrêté. Le centre gestionnaire de la BNPC dispose d'un médecin administrateur de la base, correspondant des autres centres antipoison et du centre gestionnaire de la base nationale des cas d'intoxications et des demandes d'informations toxicologiques, définie à l'alinéa 3 du présent article. Chaque centre antipoison dispose d'une copie de la BNPC.
3. Une base nationale des cas d'intoxication et des demandes d'informations toxicologiques (BNCIT), contenant les informations, rendues anonymes, issues des bases locales des cas d'intoxications et d'informations toxicologiques constituées par chacun des centres antipoison. Elle constitue un outil de travail pour les enquêtes de toxicovigilance. Elle est gérée par un centre antipoison désigné à l'article 9 du présent arrêté. Le centre antipoison gestionnaire de la BNCIT dispose d'un médecin administrateur de la base, correspondant des autres centres antipoison et de la base nationale des produits et compositions. Chaque centre antipoison a accès aux données contenues dans la BNCIT. Le centre antipoison gestionnaire de la BNCIT assure également la coordination médicale et informatique du système informatique commun des centres antipoison.
4. L'accès aux différentes bases de données est limité, dans chaque centre antipoison, aux personnes dûment authentifiées, participant à la réponse téléphonique ou aux études de toxicovigilance, désignées par le responsable du centre antipoison et sous sa responsabilité.
L'accès aux informations relatives aux préparations est enregistré de manière à retrouver trace de cet accès. Les échanges entre les centres antipoison et les centres gestionnaires des bases nationales sont sécurisés.
admi.net/jo/20020630/SANP0221898A.html

Vous vous interrogez ensuite sur le bien fondé d’utiliser le test de Widal pour diagnostiquer la fièvre typhoïde.

Un article du Bulletin de l’OMS [Organisation mondiale de la santé] (vol.89 no 9 sept 2011) : Sensibilité et spécificité des tests d’anticorps rapides de la fièvre typhoïde pour le diagnostic biologique de deux sites d’Afrique subsaharienne de Karen H Keddy, Arvinda Sooka, Maupi E Letsoalo, Greta Hoyland, Claire Lise Chaignat, Anne B Morrissey & John A Crump explique les méthodes de tests :
[…]
Méthodes
La précision du diagnostic de Cromotest® (test d’agglutination sur lame semi-quantitative et test de Widal à tube unique), de TUBEX® et de Typhidot® a été évaluée par rapport à celle de l’hémoculture. Les résultats ont été modélisés pour des scénarios avec des probabilités pré-test de 5% et 50%. »
Cet article indique en conclusion :
« Les tests d’agglutination sur lame semi-quantitative et de Widal à tube unique ont donné des résultats médiocres.
TUBEX® et Typhidot® peuvent être adaptés lorsqu’une probabilité pré-test est élevée et que les hémocultures ne sont pas disponibles, mais leurs résultats ne justifient pas le déploiement d’un environnement de soins de routine en Afrique subsaharienne. »
www.who.int/bulletin/volumes/89/9/11-087627-ab/fr/index.html

Nous vous rappelons qu’en tant que service de documentation, Questions-santé n’est pas en mesure de porter un jugement sur une méthode en particulier.

Enfin vous demandez quel est le meilleur système d’unité qui doit être utilisé dans un laboratoire médical.

Le site Labtestonline souligne :  « Il y a un manque d'uniformité parmi les laboratoires pour exprimer les unités de mesure des résultats, au niveau national et international. Les laboratoires américains utilisent généralement «les « unités conventionnelles », alors que les laboratoires en Europe et ailleurs, utilisent les unités du « système international » ou SI. Par exemple, un intervalle de référence pour le fer en unités conventionnelles pourrait être de 400 à 1600 µg/L (microgramme par litre) alors que dans les unités SI, ce serait de 7,16 à 28,6 µmol/L (micromole par litre). Si les unités utilisées par votre laboratoire étaient différentes des unités que nous utilisons sur ce site internet pour définir l’intervalle de référence, ce pourrait être une source de grande confusion et de grande inquiétude. »
www.labtestsonline.fr/understanding/Reference_Ranges_Not_On_This_Site.html

Pour information voici les différentes unités utilisées par le « Système international d'unités.

« Pour les substances dissoutes dans les liquides biologiques (sang, liquide céphalo rachidien, salive), l'unité de norme est la mole.
La quantité en moles d'une substance s'obtient en divisant son poids exprimé en grammes par sa masse moléculaire.
Les activités enzymatiques sont exprimées en Unités Standard Internationales (USI) ou Unités Internationales (UI). Une USI vaut 1 mole/seconde et une UI 1 millimole/minute.
Les résultats ne doivent pas comporter plus de trois chiffres ce qui limite à 999 les chiffres supérieurs à l'unité et à 0,01 ceux qui y sont inférieurs. Pour les valeurs sortant de ces limites on utilise les préfixes de 10-12 à 1012. »
http://www.odonte.com/index.php?option=com_content&view=article&id=154:systeme-dunites&catid=50:biologie&Itemid=70

Questions-santé n’est pas non plus en mesure de vous indiquer quelle méthode est à privilégier, mais nous espérons que les éléments de réponse fournis vous aideront à vous faire une opinion.

Nous espérons vous avoir fourni des éléments d'information qui vous seront utiles et restons à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)

Retour à la liste des questions
Retour en haut