Cité de la santé

Information conseil et documentation

Questions-santé 2012 - janvier

Titre de la question Thermocoagulation
Question J'ai été opéré et j'ai subi une thermocoagulation du nerf trijumeau, il y a 2 mois. Depuis j'ai des effets secondaires : douleurs dans la mâchoire, points douloureux à la tempe, fourmillements dans la joue. Je suis toujours sous médicaments tegretol 3 fois par jour. Existe-t-il des techniques douces post-opératoires pour me soulager, est-ce normal après 2 mois.
Réponse

Bonjour,

Vous avez subi une thermocoagulation du nerf trijumeau il y a 2 mois. Depuis vous avez des effets secondaires et cela vous inquiète. Vous souhaitez savoir s’il existe des techniques douces post-opératoires. De plus, vous souhaitez savoir si ces douleurs sont normales.

Nous vous remercions de votre question et nous comprenons votre inquiétude mais nous vous rappelons que Questions-santé est un service de documentation en ligne et ne peut émettre d’avis médical. Nous vous invitons à dialoguer avec le médecin qui vous a opéré car lui seul, connaissant votre dossier médical et après vous avoir examiné, pourra vous dire si ces douleurs sont normales.

Cependant, à titre d’information générale, et pour vous aider à enrichir le dialogue avec le médecin, nous vous invitons à consulter le dossier qui a été rédigé sur le site Campus de Neurochirurgie sur la névralgie du trijumeau. On y apprend que :
« Trois situations peuvent se présenter en pratique :
- lorsque le malade est âgé ou que son état général est précaire, il est bien évident qu'une méthode percutanée s'impose même au prix d'un déficit sensitif dans le territoire initialement douloureux ; pour nous la méthode la plus fiable reste la thermocoagulation du trijumeau, mais la neurolyse du ganglion de Gasser par le glycérol ou sa compression par ballon peuvent lui être préférées par d'autres auteurs. La méthode percutanée reste par ailleurs le meilleur traitement chirurgical à proposer chez des patients atteints d'une SEP et présentant une névralgie faciale rebelle aux traitements médicaux.
- à l'inverse lorsque le malade est jeune, notamment s'il présente une névralgie irradiant au V1, nous préférons lui proposer une décompression vasculaire microchirurgicale qui permet une disparition de la douleur sans déficit sensitif secondaire et évite une intervention destructrice non spécifique.
À vrai dire, il existe en pratique un grand nombre de situations intermédiaires où il est difficile de décider entre abord direct et méthode percutanée. Le choix est alors affaire de cas particuliers et devient fonction des convictions du chirurgien et de la préférence du malade pour l'une ou l'autre de ces techniques.
On peut par exemple, en accord avec le patient, réaliser en première intention une thermocoagulation, mais à minima pour ne pas entraîner d'effets secondaires sensitifs importants ou compromettre la qualité des résultats d'une décompression ultérieure, en le prévenant qu'en cas de récidive ou d'effet incomplet, il lui sera proposé un abord direct. On peut aussi avoir recours à la décompression microchirurgicale d'emblée, ce qui est notre tendance actuelle, en raison de l'absence habituelle de toute séquelle sensitive, mais en n'en minimisant cependant pas les dangers potentiels.
L'acquis de la théorie des conflits et l'effort actuel pour traiter la névralgie faciale de façon conservatrice, en évitant une chirurgie destructrice non spécifique, ont apporté un "souffle nouveau à ce vieux probème du mécanisme de la névralgie faciale essentielle" (SZAPIRO). Cependant, cette névralgie garde encore bien des mystères et constituera encore longtemps un sujet de travail et de controverse. »
campus.neurochirurgie.fr/IMG/article_PDF/article_a412.pdf

En ce qui concerne l’approche par les médecines douces, le site canadien Passeport santé indique qu’« Il existe très peu d’études sur l’efficacité des approches complémentaires dans le traitement de la névralgie faciale. Cependant, certaines personnes ont été soulagées par les traitements ou produits suivants.
  - Acupuncture. L’acupuncture est recommandée par certains experts, dont le Dr Andrew Weil. Elle est suggérée comme traitement complémentaire possible par la Clinique Mayo et elle est utilisée depuis longtemps dans le traitement de la névralgie faciale. Il existe plusieurs recherches concluant à l’efficacité de l’acupuncture pour soulager les douleurs de la névralgie du trijumeau, mais elles sont de qualité très variable.
 -  Hypnothérapie. L’hypnothérapie est recommandée par certains experts, dont le Dr Andrew Weil. Elle est suggérée comme traitement complémentaire possible par la Clinique Mayo. Il existe des rapports anecdotiques (observations cliniques) où des gens ont été soulagés par l’hypnothérapie.
 -  Capsaïcine. L’application d’un gel à la capsaïcine est recommandée par le naturopathe Joseph Pizzorno. Une étude préliminaire auprès de 12 patients a démontré que la majorité des gens obtenaient un soulagement au moins partiel de leur douleur et que le soulagement durait plusieurs semaines. »
www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx

Nous restons bien entendu à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)

Retour à la liste des questions
Retour en haut