Cité de la santé

Information conseil et documentation

Questions-santé 2012 - septembre

Titre de la question Douleur persistante
Question Opéré d'une tumeur bénigne, le malade, âgé de 86 ans, continue à souffrir quotidiennement de la cicatrice et des zones environnantes. Malgré des prescriptions de calmants par son médecin traitant et par le chirurgien qui a pratiqué l'intervention, la douleur reste très présente et difficile à supporter plus d'un an après l'opération. Où et qui consulter?
Réponse

Bonjour,

Malgré la prise de calmants, un de vos proches souffre depuis plus d’un an d’une cicatrice due à une intervention pour retirer une tumeur bénigne. Vous vous demandez que faire pour le soulager.

Dans l’ouvrage Évaluation et traitement de la douleur (Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS, et SFAR, 2000, p. 79-88), le Dr François Larue explique dans le chapitre Douleurs sur cicatrices chirurgicales et lésions nerveuses  quels sont les traitements envisageables en fonction du type de douleurs :
« POINTS ESSENTIELS
· Les douleurs durables en regard des cicatrices chirurgicales sont fréquentes. Leur traitement ne peut se résumer à la prise en charge d'un névrome [lésion pseudotumorale survenant au niveau de nerfs périphériques et généralement rattachée à une cause traumatique]. L'examen clinique permet de distinguer plusieurs tableaux cliniques appelant des traitements très différents.
· Les douleurs de cicatrices sont traitées par des infiltrations d'anesthésiques locaux associées ou non à de la kinésithérapie.
· Le traitement des névromes douloureux doit être avant tout médical. Les anesthésiques locaux semblent être les médicaments de choix. Les reprises chirurgicales sont rarement indiquées.
· Les phénomènes de plasticité neuronale entraînent des douleurs neuropathiques dont le traitement peut être complexe et repose prioritairement sur les antidépresseurs tricycliques.
· Les cliniciens devraient systématiquement rechercher des syndromes myofasciaux, responsables de douleurs durables et dont le traitement est essentiellement physique (kinésithérapie passive, contre-stimulation, relaxation). »
www.sfar.org/acta/dossier/archives/dou00/html/d00_07/d00_07.htm

Votre proche n’étant visiblement pas suffisamment pris en charge au niveau de la douleur nous vous conseillons de l’orienter vers une structure spécialisée douleur chronique (SDC) dont le Ministère de la santé donne la définition suivante :
«Chez les patients les plus sévèrement affectés, elle [la douleur] peut par ailleurs s’accompagner des facteurs de renforcement que sont des manifestations psychopathologiques, une demande insistante de recours à des médicaments ou des procédures médicales souvent invasives, ainsi qu’une difficulté à s’adapter à la situation.
Ces structures ne prennent pas en charge toutes les douleurs. Par exemple les douleurs aiguës provoquées par une crise d’appendicite, un infarctus du myocarde, une hémorragie cérébrale ou une fracture de jambe doivent être prises en charge par d’autres équipes soignantes (votre médecin, les services d’urgence, les services de chirurgie, de cardiologie, de chirurgie, etc.).
Cette différence rappelle que toute douleur doit faire l’objet d’un diagnostic (recherche de la cause). Sans diagnostic, il ne peut pas y avoir de bonne prise en charge de la douleur.
C’est pourquoi votre médecin traitant a un rôle primordial permettant que ces structures puissent concentrer leurs moyens et leurs efforts sur les patients relevant d’elles.
La prise en charge de ces douleurs nécessite la collaboration de plusieurs spécialistes de disciplines différentes.»
http://social-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/prises-en-charge-specialisees/douleur/les-structures-specialisees-douleur-chronique/article/les-structures-specialisees-douleur-chronique-sdc

Voici pour information la liste des centres anti-douleur ou consultations douleur sur Paris (extraite du site Pudendalsite, site de patients souffrant de névralgies pudendales) :
CENTRE ANTI-DOULEUR :
- Hôpital Cochin
27, rue du fbg St Jacques, CP 75679
01-58-41-15-02

- Hôpital Lariboisière
2, avenue A. Paré, CP 75475
01-49-95-81-77

- Hôpital St-Antoine
184, rue du Fbg St-Antoine, CP 75012
01-49-28-23-08

UNITE DE DOULEUR
- Hôpital Pitié-Salpêtrière
47, Boulevard de l'hôpital, CP 75651
01-42-16-11-90

- Fondation Rothschild
25, rue Manin, CP 75019
01-48-03-69-09

CONSULTATION DE LA DOULEUR
- Hôpital St-Louis
1, avenue Claude Vellefaux, CP 75475
01-42-49-95-25

- Hôpital A.Trousseau Enfant
26, avenue Dr Arnold.Netter, CP 75571
01-44-73-65-19

- Hôpital G. Pompidou
20, rue Leblanc, CP 75 908
01-56-09-33-55

- Docteur André Sokoloff
Anesthésiste Réanimateur
Consultation douleur
1, place d'Iéna, CP 75016
01-47-23-57-04

- Hôpital Bichat
46, rue H. Huchard, CP 75877
01-40-25-61-65

- Hôpital Tenon
4, rue de la Chine, CP 75970
01-56-01-70-49

- Institut Curie
26 rue d'Ulm, CP 75 231
01-44-32-46-44

- Hôpital St Joseph
185, rue Raymond Losserand, CP 75 014
01-44-12-33-34

- CHS Sainte Anne
1, rue Cabanis, CP 75 014
01-45-65-82-36

- Hôpital Robert Debré Enfant
48, boulevard Serrurier, CP 75 019
01-40-03-53-46
www.pudendalsite.com/centre-anti-douleur75.html

Nous vous rappelons que Questions-santé est un service de documentation en ligne et ne peut émettre d’avis thérapeutique. Mais nous espérons que les éléments d’information que nous vous avons fournis permettront une meilleure prise en charge de la douleur de votre proche. Nous restons bien entendu à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)

Retour à la liste des questions
Retour en haut