Cité de la santé

Information conseil et documentation

Questions-santé 2012 - août

Titre de la question La recherche sur le sang biochimique
Question Bonjour, J'aimerais connaître où en est la recherche sur les possibilités de remplacement du sang, par un produit de synthèse. Confronté à des problèmes de transfusion, les centres de traitement du sang m'apparaissent avoir de plus en plus de difficultés à faire face à la demande ! Merci pour votre accueil.
Réponse

Bonjour,

Vous vous interrogez sur les besoins croissants en sang observés par les centres de transfusions et souhaitez savoir ou en est la recherche en matière de sang artificiel.

Tout d’abord, nous vous invitons à lire le dossier sur le portail science.gouv :
« Première transfusion de sang fabriqué à partir de cellules souches

Transfuser à un homme des globules rouges issus de ses propres cellules souches sanguines : c’est la grande première que des chercheurs français ont réalisée, et dont les résultats ont été publiés dans la revue américaine Blood le premier septembre 2011.
Le professeur Douay , hématologue, et son équipe de recherche (Inserm - Université Pierre et Marie Curie) sont les pionniers dans le domaine de la création de globules rouges à partir de cellules souches
. Cette expérience est l’une des étapes d’un long parcours susceptible de conduire à la production industrielle de globules rouges. A terme, ces travaux pourraient constituer une solution au problème de la pénurie de sang qui risque de s’aggraver dans les années à venir. Le professeur Luc Douay y voit l’espérance du "sang universel". […]
Toutes les autres tentatives de créer des substituts du sang ont échoué, qu’il s’agisse de molécules chimiques chargées de transporter l’oxygène dans l’organisme, ou d’injecter de l’hémoglobine pure, de l’hémoglobine recombinante, ou encore de l’hémoglobine d’origine animale. Des études ont même montré que ces différentes techniques augmentaient le risque d’infarctus du myocarde de trente pourcents, indique le professeur Douay. Actuellement, l’utilisation des cellules souches semble donc être la piste la plus prometteuse. »
www.science.gouv.fr/fr/actualites/bdd/res/4215/premiere-transfusion-de-sang-fabrique-a-partir-de-cellules-souches/

Si vous souhaitez avoir des informations plus spécialisées, nous vous invitons à lire le résumé de l’article scientifique écrit notamment par le professeur Luc Douay : « Des banques de cellules souches adultes pluripotentes comme source illimitée de globules rouges de culture : un scénario pour demain » (Revue francophone des laboratoires, Vol 42, N° 439  - février 2012, pp. 61-65) sur le site EMConsulte des éditions Elsevier Masson :
« Les globules rouges peuvent maintenant être cultivés in vitro à partir de plusieurs sources de cellules souches humaines : hématopoïétiques, embryonnaires (ES) ou cellules matures humaines reprogrammées en cellules pluripotentes (human induced pluripotent stem cells, hiPSC). La technologie très prometteuse des hiPSC représente une source potentiellement illimitée de GR [globules rouges] et ouvre la voie au possible développement d’une nouvelle génération de produits transfusionnels allogéniques. En admettant que la culture à grande échelle in vitro des GR s’opère efficacement dans un proche avenir, nous décrivons ici un scénario futuriste, mais réaliste, concernant les applications potentielles pour les patients alloimmunisés et ceux ayant un groupe sanguin rare. Nous avons établi que 3 clones d’hiPSC seulement seraient suffisants pour fournir des cellules compatibles à plus que 99 % des patients nécessitant des transfusions de GR. L’étude du Registre national français des personnes ayant un phénotype/génotype sanguin rare révèle que 15 clones d’hiPSC couvriraient 100 % des besoins des patients d’origine caucasienne. De plus, un seul clone d’hiPSC satisferait 73 % des besoins des patients drépanocytaires alloimmunisés qui nécessitaient jusqu’ici des unités de GR rares cryopréservés. Ainsi, un nombre très limité de clones de GR non seulement serait en mesure de couvrir les besoins de la plupart des patients alloimmunisés et de ceux ayant un groupe sanguin rare, mais permettrait aussi une politique efficace de prévention de l’alloimmunisation chez les patients polytransfusés. »
www.em-premium.com/article/692624/resultatrecherche/1

Nous espérons que ces éléments d’informations répondent à vos questions et restons à votre disposition pour tout complément.

L’Equipe de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates) 

Retour à la liste des questions
Retour en haut