Cité de la santé

Information conseil et documentation

Questions-santé 2012 - août

Titre de la question Conséquence dépose d'amalgames
Question Suite à la dépose de mes amalgames, je ressens une brûlure constante de la gorge à l'estomac, quels sont les examens à pratiquer pour diagnostiquer une intoxication, et surtout quel peut être le traitement à suivre pour que cela cesse. Mon dentiste est un dentiste énergique et malgré ses soins je n'obtiens pas de résultats.
Réponse

Bonjour,

A la suite de la dépose de vos amalgames dentaires, vous ressentez une brûlure constante de la gorge à l’estomac. Vous souhaitez savoir quels examens doivent être pratiqués et quels sont les traitements.

A titre d’information générale, voici un article de la revue indépendante Prescrire  (01/05/2008) sur les amalgames dentaires:
« Dans les pays industrialisés, le mercure provenant des amalgames dentaires constitue l’une des principales sources d’exposition au mercure.
[…]
Diverses hypothèses ont été avancées selon lesquelles certaines personnes seraient plus sensibles aux effets du mercure à faible dose. »
www.prescrire.org/aLaUne/dossierAmalgames.php

Voici les explications de l’association Non au Mercure Dentaire (association dénonçant la toxicité des amalgames dentaires) :
« Les amalgames dentaires, appelés familièrement « plombages », ne contiennent jamais de plomb : ce sont des alliages formés d’un mélange de mercure liquide et d'autres métaux en poudre : argent, cuivre, étain, zinc,... Un amalgame contient environ 50% de mercure, un des éléments considérés comme les plus toxiques. Une obturation dentaire de taille moyenne contient en moyenne environ 1 gramme de mercure métallique. »
www.non-au-mercure-dentaire.org/mercure.php

Vous retrouverez également sur ce même site une « Liste non exhaustive des principaux symptômes observés chez les personnes intoxiquées au mercure (listés par le Dr Melet) dont :
- Symptômes locaux : sécheresse de la bouche, inflammation et sensations de brûlure de la bouche et de la langue, aphtes, gingivite, gerçures des lèvres.
[…]
- Troubles digestifs : diarrhées, colopathie (ballonnements et gaz intestinaux), constipation, sensations de brûlures du tube digestif, douleurs à l'estomac, nausées, perte d’appétit, prise de poids ou amaigrissement.[…] »
www.non-au-mercure-dentaire.org/pathologies.php

En ce qui concerne les examens à pratiquer pour déterminer le degré d’intoxication, une liste de Tests pour faire la preuve de l'intoxication par le mercure et les autres métaux et guider le traitement a été établie par le Dr Melet, médecin épidémiologiste :
« Examens prioritaires :
Analyse de salive
(Hg, cuivre, zinc, étain, argent) par correspondance avec protocole et questionnaire de 4 pages : salive après mastication d'un chewing-gum sur les plombages (si pas de plombages en face masticatoire, salive sans mastication), 1 h 30 après le lever et un verre d'eau à jeun.
Analyse de cheveux par correspondance : dosage de 22 oligoéléments utiles ou toxiques présents dans les cheveux. Une intoxication par les plombages se manifeste le plus souvent indirectement, entre autre par un excès de calcium (Ca), de magnésium (Mg) et un déficit de sélénium (Se).
Ces analyses doivent être faites par des laboratoires bien équipés, compétents, agréés ISO international et agrément national. Puis, elles doivent être correctement interprétées (par des médecins de médecine environnementale). Elles peuvent se pratiquer :
- en Allemagne : laboratoire national ou autre laboratoire pour certaines analyses (par correspondance),
- au Luxembourg : laboratoire National de Santé pour certaines analyses.
Mesures des vapeurs de mercure en bouche avec l'appareil Jerome (avant et après mastication). Elles peuvent révéler des valeurs très supérieures aux recommandations de l'OMS pour les locaux industriels (25 micro g/m3).
Examens complémentaires :
Bilan épidémiologique
(médecine environnementale).
Salive sans mastication (pour les métaux élevés en salive après mastication), qui peut montrer une imprégnation des glandes salivaires, indicatrice d’une imprégnation d’autres organes.
Analyses d'urines et de selles :
- urines et selles après prise d'un chélateur, DMPS ou DMSA (produit qui augmente l'élimination des métaux lourds). Ce test est uniquement fait en Allemagne (possibilité de l'effectuer par correspondance).
- urines et selles spontanées (témoins)
Analyses sanguines : la présence de mercure peut se manifester indirectement par un acide lactique élevé, des acides gras très bas ou très élevés, etc. Quant au mercure sanguin, comme celui des urines spontanées, il n'est pas un bon indicateur de pollution mercurielle chronique et est souvent normal.
Mesures électriques en bouche éventuellement mais peu utiles (elles peuvent orienter, lors de la dépose des amalgames, vers les plombages à enlever en priorité). »
www.non-au-mercure-dentaire.org/pathologies.php

Enfin, vous trouverez des éléments d’information complémentaires dans le dépliant ci-dessous, notamment sur les traitements, l’accès aux soins (détoxication) et alternatives à l’amalgame :
www.non-au-mercure-dentaire.org/_fichiers/brochure-mercure.pdf

Nous espérons que ces éléments vous seront utiles pour qu’une prise en charge puisse vous soulager rapidement et restons à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)

Retour à la liste des questions
Retour en haut