Cité de la santé

Information conseil et documentation

Questions-santé 2012 - août

Titre de la question Prévention
Question J'ai 69 ans, quelles pratiques/mode de vie faut-il suivre pour retarder les maladies du type Parkinson?
Réponse

Bonjour,

Vous souhaitez savoir quelles mesures d’hygiène de vie prendre afin de prévenir les maladies du type « Parkinson ».

Comme l’indique le site Santepratique (site d’information médicale et de prévention santé destiné au grand public, édité par la société IDS Santé) « La maladie de Parkinson est une affection dégénérative d’origine inconnue et touchant une zone du cerveau chargée de produire la dopamine. Cette dopamine permet la transmission de l’information entre les cellules chargées notamment du contrôle des mouvements automatiques du corps (marche, clignement des yeux…).
De rares cas sont héréditaires et surviennent chez des sujets jeunes. Sinon, aucun facteur de risque n’est connu, tant lié à l’alimentation qu’à une infection. »

Dans ce même article, le Dr Gérald KIERZEK apporte une réponse à votre questionnement : « Y a-t-il une prévention possible contre la maladie de Parkinson ?
Il n’existe aucune prévention possible de la maladie de Parkinson. Une fois diagnostiquée, des conseils d’hygiène et de qualité de vie sont préconisés : pratique d’une activité physique et intellectuelle, régime alimentaire équilibré et riche en protides, adaptation du lieu de vie pour prévenir les chutes, ergothérapie pour faciliter les gestes du quotidien (habillage, déplacements…). »
www.santepratique.fr/parkinson.php

Des sites plus spécialisés sur les maladies neurologiques apportent une petite nuance car deux pistes sont évoquées : des causes génétiques et environnementales pourraient être à l’origine du déclenchement de la maladie sans toutefois plus de précision.

- Fédération pour la recherche sur le cerveau (structure réunissant lesassociations depatients atteints des principales maladies neurologiques actuelles) :
« Des causes génétiques et environnementales
Les causes de la maladie de Parkinson font probablement intervenir une interaction entre gènes et environnement.
Plusieurs pistes sont étudiées : exposition aux métaux lourds, pesticides et herbicides, chocs à la tête (traumatismes crâniens comme chez les boxeurs), micro-infarctus cérébraux, neurotoxines qui pourraient être d’origine virale…
Plusieurs gènes de prédisposition ont été identifiés, d’abord dans les cas (très rares) de forme précoce de la maladie, survenant avant 50 ans, parfois même avant 40 ans. Mais la forme la plus courante (plus de 95 % des cas) n’a pas encore livré tous ses secrets génétiques, et les études familiales ou de jumeaux ne montrent pas une héritabilité très élevée. »
www.frc.asso.fr/Le-cerveau-et-la-recherche/Les-maladies-neurologiques/la-maladie-de-parkinson

- Association France Parkinson (association de patients atteints de la maladie de Parkinson) :
« De nombreuses hypothèses existent, certaines ont déjà été écartées (origine infectieuse, origine auto-immune), mais deux d'entre elles retiennent l'attention des chercheurs, l'hérédité et l'environnement. Des formes rares et héréditaires de la maladie ont en effet été isolées, mais elles ne concernent que quelques familles. Par ailleurs l'injection de certaines substances a pu provoquer des parkinsonismes irréversibles, mais aucune substance présente dans l'environnement ne peut être considérée comme à l'origine de cette maladie. L'hypothèse la plus plausible aujourd'hui est donc une combinaison de facteurs environnementaux et génétiques prédisposants. »
www.franceparkinson.fr/docs/les-causes-de-la-maladie.php

Le site canadien Passeport santé apporte quant à lui d’autres éléments mais qui font encore l’objet de recherche :
«  Prévention de la maladie de Parkinson
Il n'existe pas de moyen reconnu par les médecins pour prévenir la maladie de Parkinson. Voici tout de même ce qu’indiquent des recherches
.
Les hommes qui consomment des boissons à la caféine
(le café, le thé, le cola) de manière modérée (de 1 à 4 tasses par jour) pourraient bénéficier d'un effet protecteur contre la maladie de Parkinson, selon des études de cohorte de grande envergure. Une étude menée auprès d'une population d'origine chinoise a montré le même effet. Par contre, chez les femmes, l'effet protecteur n'a pas été démontré aussi clairement. Tout de même, une étude de cohorte d'une durée de 18 ans révèle que le risque de maladie de Parkinson diminue chez les consommatrices de café qui ne prennent pas d'hormones de remplacement à la ménopause. À l'inverse, la prise combinée d'hormones de remplacement et de caféine augmenterait les risques.
Par ailleurs, les personnes dépendantes du tabac seraient moins à risque d'avoir la maladie de Parkinson. La nicotine stimulerait la libération de dopamine, compensant ainsi le déficit en dopamine retrouvé chez les malades. Cependant, ce bénéfice ne pèse pas lourd en comparaison de toutes les maladies que peut engendrer le tabagisme, notamment plusieurs types de cancers. »
On notera que parmi les approches complémentaires proposées par le site Passeport santé, l’apport de la vitamine E pourrait prévenir cette pathologie neurologique :
« En prévention
Vitamine E
(de source alimentaire seulement). La consommation d'aliments riches en vitamine E pourrait prévenir la maladie de Parkinson. Les chercheurs s'intéressent aux effets de la consommation d'antioxydants puisque les mécanismes d'oxydation pourraient participer à l’apparition de la maladie. C'est en observant l'alimentation de 76 890 femmes (âgées de 30 ans à 55 ans) et de 47 331 hommes (âgées de 40 ans à 75 ans) sur une période de 14 ans que les chercheurs en sont arrivés à cette conclusion. Plus précisément, les apports en vitamines antioxydantes provenant de l'alimentation ou de suppléments étaient analysés. Seuls les patients dont l'alimentation comprenait des sources importantes de vitamine E (les noix, les graines, les légumes à feuilles vertes) étaient moins sujets à la maladie. La vitamine E en suppléments n'avait pas cet effet protecteur. Voir le Palmarès des nutriments Vitamine E. »
www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx

Il semble donc que pour le moment aucune mesure de prévention primaire n’ait été scientifiquement avérée puisque les causes de la maladie de Parkinson sont encore méconnues.

En ce qui concerne la prévention secondaire, c’est-à-dire lorsque la maladie a été diagnostiquée, l’Association France Parkinson propose dans la rubrique Au quotidien de son site, des conseils pour la prise en charge, la rééducation, les gestes du quotidien pour mieux faire face aux effets et symptômes de la maladie.
www.franceparkinson.fr/docs/au-quotidien.php

Nous espérons que ces éléments vous seront utiles et restons à votre disposition pour tout complément.

L’Equipe de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)

Retour à la liste des questions
Retour en haut