Cité de la santé

Information conseil et documentation

Questions-santé 2012 - octobre

Titre de la question Soigner un prurigo nodulaire de Hyde
Question Après un traitement à la thalidomide que j'ai arrêté au bout de 9 mois le prurigo a flambé de nouveau.
Réponse

Bonjour,

Vous souffrez d’un prurigo nodulaire de Hyde. Vous avez été traitée avec du Thalidomide pendant 9 mois, puis avec de la cortisone qui vous a donné des démangeaisons, et enfin par des UV sans amélioration. Vous vous demandez quels sont les traitements possibles.

Sachez tout d’abord qu’il existe plusieurs stratégies de traitements pour ce type de prurigo. Vous lirez dans un document de la revue Médecine du Maghreb (1995) intitulé « Prurigo nodulaire de Hyde.  A propos d’un cas », la conclusion suivante :
« Le diagnostic du P.N.H. est avant tout clinique. Son histologie évoque celle des lichénifications. La multiplicité des thérapeutiques possibles, mis à part le Thalidomide, témoigne bien de l'absence de solution satisfaisante. Le but du traitement reste l'interruption du cycle prurit-grattage. »
www.santetropicale.com/resume/5305.pdf

En complément, voici un avis de la Haute Autorité de Santé (HAS) pour la prise en charge du THALIDOMIDE CELGENE 50 mg, gélule du19 août2008 :
« 2. Maladie rare et/ou ALD concernée
Le prurigo nodulaire de Hyde est une affection chronique d'étiopathogénie inconnue.
Il est caractérisé par un prurit intense qui s’accompagne de lésions papulo-nodulaires de 1 à 3 cm de diamètre, souvent centrées par une excoriation croûteuse. Le nombre de lésions varie de quelques unes à une centaine, ils siègent préférentiellement à la face postérieure des avant-bras, sur les cuisses et les jambes. Les lésions récentes sont érythémateuses et inflammatoires ; les lésions anciennes sont pigmentées. La peau entre les nodules semble normale mais elle peut aussi être xérodermique et lichenifiée. Bien que bénigne, cette affection altère la qualité de vie des patients.
  3. Stratégie thérapeutique
Le prurigo nodulaire est particulièrement difficile à traiter en raison de l’entretien d’un cycle prurit excoriation-prurit.
Le traitement comporte habituellement des médicaments topiques : émollients et menthol apportant une sensation rafraîchissante apaisante, goudron et dermocorticoïdes.
Le grattage des lésions doit être évité en coupant les ongles ou en mettant des bandages. Les bandages agissant non seulement comme barrière au grattage mais aussi en diminuant la pression en oxygène au niveau des lésions ce qui conduit à la réduction de la production de prostaglandines E2, inductrices de la douleur inflammatoire.
Les corticoïdes, dexaméthasone ou triamcinolone en suspension, peuvent être administrés en injections intra-lésionnelles.
Les antihistaminiques oraux peuvent être utiles en particulier au moment du coucher lorsque la sensation de prurit devient plus importante du fait de l’arrêt des activités diurnes qui peuvent détourner l’attention du patient.
La photothérapie et la photochimiothérapie ont permis également d’obtenir des résultats favorables. »
www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2009-10/thalidomide_prurigo_nodulaire.pdf

Enfin, nous avons trouvé la mention d’un traitement qui s’est révélé efficace, sur le site canadien Passeport santé (information pour le grand public sur la prévention de la maladie et l’acquisition de saines habitudes de vie avec la collaboration d’experts) en référence à une étude menée en 2003 (Lysy J, Sistiery-Ittah M et al. Topical capsaicin--a novel and effective treatment for idiopathic intractable pruritus ani: a randomised, placebo controlled, crossover study.) :
Démangeaisons cutanées. Des chercheurs ont constaté qu'une crème à base de capsaïcine (de 0,025 % à 0,3 %) avait eu des effets positifs au cours d'une étude d'observation de 33 cas de prurigo nodulaire de Hyde22. Au cours d’un essai croisé à double insu avec placebo, portant sur 44 sujets souffrant de démangeaisons anales résistantes aux traitements habituels, un onguent à base de capsaïcine (0,006 %) a donné de bons résultats23. »
www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx

Ces informations sont bien sûr d’ordre général et seul votre médecin pourra vous proposer de nouvelles solutions thérapeutiques.

Nous espérons que vous trouverez enfin un traitement qui vous soulage durablement et nous tenons à votre disposition pour tout complément.

L’Equipe de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)

Retour à la liste des questions
Retour en haut