Cité de la santé

Information conseil et documentation

Questions-santé 2012 - novembre

Titre de la question Infection urinaire
Question Je désire connaitre la définition de mon infection Escherichia coli(10.000UFC/ml). Quelle est la gravité de cette infection urinaire ?
Réponse

Bonjour,

Après avoir fait un examen cytobactériologique des urines, votre médecin a diagnostiqué une infection à Escherichia Coli et vous souhaitez savoir la gravité de l’infection.

Nous vous proposons tout d’abord de définir « Escherichia coli » en reprenant la définition donnée par le Centre hospitalier universitaire de Rouen : « Espèce de bactéries […] trouvées dans l'intestin des animaux à sang chaud, habituellement non pathogènes [c’est-à-dire ne provoquant pas de maladie], mais parfois responsables de diarrhée, d'infection urinaire, de septicémie et de méningite.»
www.chu-rouen.fr/ssf/organ/escherichiacoli.html

La Faculté de médecine Pitié-Salpétrière, dans un cours pour ses étudiants, souligne la présence habituelle et normale d’Escherichia coli dans le corps humain : « E.coli est un commensal [hôte habituel] du tube digestif de l'homme et de nombreux animaux. Il représente à lui seul la plus grande partie de la flore bactérienne aérobie de l'intestin (espèce aérobie dominante) à raison de 108 par gramme de fécès (flore totale : 1011 à 1012 bactéries par gramme). »
Il est également ajouté que : « 1. Les colibacilles, hôtes normaux de l'intestin, ne provoquent normalement pas de maladie. Cependant ils possèdent un potentiel pathogène qu'ils expriment dans certaines circonstances (pathogènes opportunistes) :
* par pénétration par voie urétrale ascendante (contigüité) dans l'arbre urinaire, à l'origine de cystite (infection limitée à la vessie, sans fièvre) et de pyélonéphrite (infection du rein avec fièvre et bactériémie). La pénétration des colibacilles dans l'arbre urinaire est favorisée chez la femme par la brièveté de l'urètre. […]

E.coli est responsable des trois-quarts des infections urinaires spontanées en pratique de ville. (…)
* par essaimage à point de départ digestif : cholécystite suppurée, péritonite, septicémie. »
Les traitements sont ensuite évoqués, soit spécifiques à la pathologie déclenchée, soit préventifs :
« 1. Traitement curatif
Celui des infections urinaires et biliaires repose sur l'antibiothérapie et la correction des facteurs favorisants (anatomiques, calculs...). Le traitement curatif des diarrhées aiguës à colibacilles repose surtout sur la réhydratation. Le traitement des infections péritonéales repose sur le drainage et l'antibiothérapie.
2. Traitement préventif
Le traitement préventif fait surtout appel aux mesures d'hygiène générale notamment alimentaire et aux mesures d'hygiène individuelle.
www.chups.jussieu.fr/polys/bacterio/bacterio/POLY.Chp.7.1.5.html

Nous vous remercions de votre question mais nous vous rappelons que Questions-santé est un service de documentation en ligne et ne peut émettre d’avis médical. Seul votre médecin, connaissant votre dossier et après vous avoir examinée pourra émettre un avis sur la sévérité de votre infection.»

Nous restons à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)

Retour à la liste des questions
Retour en haut