Cité de la santé

Information conseil et documentation

Questions-santé 2013 - juin

Titre de la question Comment soigner enterococus faecalis
Question Bonjour.  J'ai depuis un bon moment une infection balano prépuciale à enterococus faecalis qui a été décelée après analyse. Mon docteur m'a prescrit un antibiotique(Lévofloxacine arrow)(quinolone)pendant 7 jours. Cela a semblé fonctionner les premiers temps mais c'est rapidement revenu alors que j'ai une hygiène intime irréprochable. J'ai même réduit les rapports sexuels avec ma femme et le peu que nous avons consommé s'est fait avec préservatifs. Je suis assez dépité et j'espère que vous pourrez m'aider! Merci d'avance!!
Réponse

Bonjour,

Vous souffrez depuis plusieurs jours d’une infection à Enteroccocus faecalis. Votre médecin vous a prescrit un traitement antibiotique à base de quinolones mais l’infection persiste. Vous souhaitez que nous vous indiquions comment traiter cette infection.

Questions-santé est un service de documentation en ligne sur la santé et ne peut que vous donner des informations d’ordre général.

A propos des entérocoques, voici les informations que nous avons trouvées dans un cours de l’université Paris-Descartes :
« F - LES ENTEROCOQUES
Ils appartiennent à un genre différent des streptocoques, bien qu'ils s'en rapprochent par certains caractères, notamment l'aspect morphologique et le métabolisme de type "anaérobie". La présence chez les entérocoques d'un acide téchoïque de paroi porteur de l'antigène D les rapproche plus particulièrement des streptocoques du groupe D, de même que leur présence dans l'intestin de l'homme et de certains animaux. Les entérocoques sont de plus commensaux des muqueuses génito-urinaires (urèthre).
Ils peuvent être pathogènes opportunistes et sont alors responsables d'infections urinaires, d'infections abdominales d'origine intestinale, de septicémies ou d'endocardites à porte d'entrée urinaire, génitale ou intestinale.
D'autres particularités concernent les points suivants
. Leur croissance en milieux de culture ordinaires (non enrichis), et même en milieux hostiles, explique leur persistance dans l'environnement.
. Ils sont moins sensibles aux antibiotiques que les streptocoques :
    Les CMI de la Pénicilline G (1 µg/mL) pour les souches de Enterococcus faecalis, peuvent être beaucoup plus élevées pour celles de E. faecium.
    Ils sont tolérants, c'est-à-dire non tués par les pénicillines, même à fortes concentrations
(CMB/CMI > 32).
    Les entérocoques sont naturellement résistants aux céphalosporines et à plusieurs autres familles d'antibiotiques, ce qui favorise leur sélection dans le tube digestif des malades traités pendant plusieurs jours ou de façon répétitive par les antibiotiques inactifs sur les entérocoques.
    L'émergence de souches ayant acquis des résistances à d'autres antibiotiques est favorisée par leur usage en thérapeutique médicale ou dans l'industrie agro-alimentaire (exemple: vancomycine et autres glycopeptides).
. Leur habitat et leur résistance aux antibiotiques expliquent que les entérocoques soient responsables de plus de 10% des infections nosocomiales. Ces infections surviennent chez les malades ayant des facteurs de risque de colonisation et justifient surveillance et prévention. »
http://www.microbes-edu.org/etudiant/streptocoques.html

De plus, un article du Journal des anti-infectieux (Vol.13, n° 1 - 2011, mars) précise que les entérocoques sont résistants à plusieurs antibiotiques : « Depuis le milieu des années 1970, les entérocoques sont devenus des pathogènes majeurs responsables de nombreuses infections nosocomiales. Les souches de Enterococcus faecalis restent sensibles à l’ampicilline. Le taux de résistance de haut niveau à la gentamicine est stable aux alentours de 15 %. La résistance à la vancomycine est rare, présente chez seulement 0,2 % des souches d’hémocultures, mais la co-résistance à la gentamicine est en augmentation (55 %) et les quelques souches responsables d’épidémies ont été décrites comme appartenant au même complexe clonal CC2.[…] »
www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2210654510001110

Il semble donc que les entérocoques soient résistants à certains antibiotiques. Si votre infection persiste, nous vous conseillons de prendre rendez-vous avec votre médecin traitant. Lui seul, connaissant votre dossier médical et après vous avoir examiné sera à même de réajuster votre traitement si besoin est.

Nous espérons que ces informations vous aideront à enrichir le dialogue que vous aurez avec votre médecin.

L’Equipe de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)

Retour à la liste des questions
Retour en haut