Cité de la santé

Information conseil et documentation

Questions-santé 2013 - mars

Titre de la question Traitement d'une fibrose des poumons
Question Bonjour, Ma grand-mère a été hospitalisée pour une bronchite sévère qui ne passait pas malgré un traitement antibiotique donné par son médecin traitant. Après une radio et un bilan sanguin, on a découvert qu'elle avait une infection, de l'eau dans les poumons et que son taux d'oxygène dans le sang était trop faible. Elle a donc été placée sous oxygène et soumise à un autre traitement antibiotique. Je dois préciser que ma grand-mère a subi il y a un an une opération pour lui installer un pace-maker suite à un malaise cardiaque. Elle était depuis très essoufflée à l'effort, essoufflement qui a persisté bien que son cardiologue lui ait indiqué que cela serait provisoire et donné également un traitement pour lutter contre. Au bout de 15 jours d'hospitalisation, son médecin traitant est intervenu, demandant un scanner des poumons puisqu'aucune amélioration notable ne survenait. Il est ainsi apparu au scanner que ma grand-mère était atteinte d'une fibrose des alvéoles pulmonaires. Elle a donc été dirigée vers un pneumologue qui a demandé une biopsie afin de déterminer la cause de cette fibrose. Il a indiqué que cela pouvait provenir : du traitement pour son cœur, le Cordarone qui a pour effet secondaire la fibrose des poumons, d'un germe ou que cela pouvait être un cancer. Le traitement par Cordarone a été stoppé, et ma grand-mère prend de la Cortisone et continue l'oxygène (la nuit, à l'effort et si besoin). Revenue chez elle, son médecin traitant a fait annuler la biopsie pour motif que cela n'apporterait rien de plus (on voit tout ce qu'il faut sur le scanner) et qu'elle encourait un risque plus grand à subir cette intervention. Je m'interroge donc sur la pertinence de cette décision. Un spécialiste demande un examen et un généraliste va à l'encontre de cette demande. Existe-t-il un traitement pour empêcher la progression de la fibrose et le fait de connaître l'origine de cette fibrose est-il nécessaire pour déterminer un traitement adapté. Enfin, quels risques supplémentaires encourt ma grand-mère à subir cet biopsie par rapport à un malade lambda hormis la fragilité de son cœur au regard de l'anesthésie ? Enfin, je terminerai en disant que ma grand-mère n'a jamais été malade, elle avait cependant une sinusite chronique depuis très longtemps, sinusite qui a d'ailleurs disparue depuis quelques mois Elle n'a pas subi d'examen "préventif" comme cela aurait dû se faire à partir d'un certain âge : bilan cardiaque, radio des poumons, bilans sanguins réguliers, tout cela induisant ma méfiance à l'égard des préconisations de son médecin traitant. Je vous remercie pour votre réponse. Cordialement.
Réponse

Bonjour,

Votre grand-mère souffre d’une fibrose pulmonaire dont les causes n’ont pas été déterminées avec certitude. Alors que le pneumologue avait prescrit une biopsie pulmonaire, le médecin traitant a affirmé que cet examen n’était pas nécessaire. Vous vous interrogez sur les causes de la maladie pulmonaire de votre grand-mère et sur l’attitude de son médecin traitant.

En tant que service de documentation nous ne sommes pas en mesure de donner d’avis sur les décisions de professionnels de santé. Cependant si vous avez le moindre doute, rien ne vous empêche de demander à votre grand-mère de prendre un second avis médical.

En revanche nous allons essayer de vous fournir des éléments d’information afin d’alimenter le dialogue que votre parente aura certainement avec son médecin.

En ce qui concerne la fibrose pulmonaire nous vous proposons de consulter le site de la Fédération Girondine de Lutte contre les Maladies Respiratoires, sur lequel vous pourrez lire la fiche informative suivante : LES FIBROSES PULMONAIRES
1. Principales causes
De nombreuses maladies peuvent être à l’origine de la fibrose pulmonaire, mais dans la moitié des cas, la cause demeure inconnue.
Mais, même si on peut affirmer que la fibrose pulmonaire est due à une maladie connue (exemple, la sarcoïdose), on ignore souvent la cause de cette dernière.
L’asbestose (maladie liée à l’amiante), la silicose, la sarcoïdose, la polyarthrite rhumatoïde, sont des maladies pouvant entraîner une fibrose pulmonaire.
[…]
Quel est le traitement des fibroses pulmonaires ?
• Cortisone à forte dose au début, puis dégressive.
• Immunosuppresseur (quelquefois).
• Oxygène à long terme.
• Transplantation pulmonaire, lorsqu’elle est possible. »
www.respir.com/doc/Pdf/Fiches/fiche_fibroses_pulmonaires.pdf

Nous vous proposons ensuite de lire sur le site Eureka santé (site des éditions Vidal, l’une des références dans l’information sur les produits de santé)  la notice du médicament que le pneumologue pense susceptible d’avoir provoqué la fibrose.
« Effets indésirables possibles du médicament CORDARONE
[…]
Atteinte des poumons, pouvant se traduire par un essoufflement, une toux sèche et parfois une fatigue prononcée et une perte de poids. Un avis médical s'impose. Très rarement, crise d'asthme. »
www.eurekasante.fr/medicaments/vidal-famille/medicament-dcorda01-CORDARONE.html

Enfin vous vous interrogez sur le bien fondé d’annuler la biopsie pulmonaire prescrite par le pneumologue.

Le médecin traitant met en avant la qualité des informations recueillies avec le scanner. C’est ce que confirme la La Fédération Nationale des Médecins Radiologues à propos du scanner :
« Cet appareil permet de faire des images en coupe du corps humain. Les renseignements apportés par cet examen sont très souvent déterminants pour porter un diagnostic précis.
Tous les organes peuvent être explorés par scanner. Celui-ci peut être spécialisé sur certaines zones avec des techniques différentes : angioscanner, coroscanner, myéloscanner, coloscanner, arthroscanner. »
www.monradiologue.fr/index.php

Nous vous proposons aussi de lire la Fiche patient sur la biopsie thoracique ou abdominale rédigée par la Société française de radiologie et notamment le chapitre consacré aux complications :
« Quelles complications peuvent survenir pendant et après la ponction ?
Toute intervention sur le corps humain, même conduite dans des conditions de compétence et de sécurité maximales, comporte un risque de complication.
Pendant ou après une ponction du thorax, de l'air peut passer dans la plèvre (entre la paroi et le poumon), entraînant une douleur du dos et de l'épaule, et une gène à la respiration. Ces signes disparaissent le plus souvent spontanément. Exceptionnellement ils conduisent à placer un petit tuyau (drain) pour évacuer l'air. Cette complication est systématiquement recherchée par une radio des poumons quelques heures après la ponction.
Certaines personnes peuvent cracher un peu de sang de façon transitoire. Une respiration calme et régulière aide à minimiser ce phénomène. Il est exceptionnel qu'une blessure d’un vaisseau soit à l’origine d’une hémorragie nécessitant une transfusion de sang, de dérivés sanguins, ou une intervention pour arrêter le saignement.
L'entrée d'air dans les vaisseaux et la migration de cet air vers le cerveau (embolie gazeuse) sont tout à fait exceptionnelles. Pour l'éviter, écoutez attentivement les consignes du médecin lorsqu'il vous demande d'arrêter de respirer et d’éviter de tousser pendant la ponction.[…] »
www.imm.fr/fileadmin/fichiers-redacteur/05-Specialites/pdf/FIP_Imagerie/FIP-Ponction_Biopsie.pdf

Nous espérons que ces éléments d’information vous permettront de mieux comprendre la situation dans laquelle se trouve votre grand-mère et espérons que son état de santé s’améliorera rapidement.

L’Equipe de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)

Retour à la liste des questions
Retour en haut