février

Le nerf trijumeau peut-il repousser

Question

A la suite d'un virus au niveau du tronc cérébral, il y a 3ans 1/2(peut être AVC) mon nerf trijumeau a été endommagé ce qui m'a occasionné une paralysie faciale, avec anesthésie de la face gauche, tous les professeurs me disent que ce nerf ne repoussera jamais. Qu'en pensez vous? Merci

Réponse

Bonjour,

Vous avez eu une infection virale du tronc cérébral qui a entraîné des lésions du nerf trijumeau. Vous avez vu plusieurs spécialistes qui vous ont tous dit que le nerf ne repousserait pas. Vous souhaitez avoir notre avis.

Nous nous remercions de votre confiance mais nous vous rappelons que Questions-santé est un service de documentation sur la santé et ne peut donner d’avis médical. Nous pouvons cependant vous donner des extraits d’articles de sites spécialisés sur ce sujet qui, nous l’espérons, vous aideront à enrichir le dialogue que vous aurez avec vos médecins.

Sur la repousse des nerfs voici ce qu’indique le site Anatomie humaine (site du Pr. Gérard Outrequin et du Dr. Bertrand Boutillier) sur la biologie des neurones :

« La régénération nerveuse peut se présenter de différentes façons. Si la fibre nerveuse n’est pas sectionnée, mais comprimée (neuropraxie par hématome ou oedème interstitiel), l’influx nerveux est temporairement interrompu. La récupération spontanée survient dans un délai de 6 à 8 semaines. Si la fibre nerveuse est interrompue avec conservation de ses gaines de SCHWANN et de myéline, la régénération se fait normalement à la vitesse approximative d’un millimètre par jour, et la fibre retrouvera son trajet normal en suivant les gaines. Si les gaines sont interrompues, la fibre nerveuse peut repousser dans des gaines de voisinage et présenter éventuellement des fausses routes. Si les gaines sont interrompues et les deux segments très écartés, les fibres n’étant plus guidées se recourbent en pelotons ou en boules appelés névromes, qui sont spécialement douloureux. »
www.anatomie-humaine.com/Biologie-du-neurone.html

Dans un document sur les traumatismes des nerfs périphériques de l’Université de Montpellier, voici ce que l’on apprend :
« ANATOMIE PATHOLOGIQUE
On distingue selon qu'il existe ou non une ouverture de la gaine du nerf.
• Les lésions avec solution de continuité au niveau de la gaine : sections complètes ou incomplètes, ruptures totales ou partielles. Les conséquences de ces lésions sont :
(…)
la régénération nerveuse se fait à partir du bout proximal et débute dès les premiers jours qui suivent l’accident :
— lorsque les deux tranches de section sont affrontées par une suture, les ramifications névritiques provenant du bout proximal sont attirées par les « gaines vides » du bout distal : les néo-axones progressent ensuite dans ces gaines à la vitesse de un à deux millimètres par jour. Des erreurs d'aiguillage sont responsables de la qualité imparfaite de la récupération et sont d’autant plus nombreuses que le siège de la lésion est haut situé ; il ne faut pas que le délai de réinnervation soit trop long, car les muscles dénervés trop longtemps se sclérosent ;
— en l'absence d'affrontement des tranches nerveuses, la prolifération de tissu conjonctif de voisinage s'oppose à la progression des néo-axones qui prolifèrent sur place et sont à l'origine d'un névrome.
(…)
Classification des lésions nerveuses:
— la neuropraxie qui désigne la sidération nerveuse sans lésion anatomique ; le pronostic est excellent.
— l'axonotmésis désigne la rupture des axones, mais sans interruption, des enveloppes schwanniennes, condition idéale pour une régénération spontanée : il n'y a pas de risque d'erreur d'aiguillage ;
— le neurotmésis : interruption complète de tous les éléments du nerf par section ou rupture complète ; »
www.med.univ-montp1.fr/enseignement/cycle_2/MID/Ressources_locales/Neuro/item_192-301_Traumatismes_des_nerfs.pdf (voir page 3 du document)

Nous attirons votre attention sur le fait que les lésions nerveuses sont multiples et se présentent sous différentes formes selon le traumatisme subi. 

Ces informations sont données à titre général, et ne s’appliquent peut-être à votre cas. C’est pourquoi un dialogue avec les spécialistes qui vous suivent est à privilégier.

Par ailleurs, vous évoquez une douleur très handicapante. Peut-être pourriez-vous vous tourner vers des structures prenant en charge la douleur ?

Sur le site du Ministère de la santé, vous trouverez la liste et les coordonnées régionales des structures de lutte contre la douleur, solution thérapeutique complémentaire à la prise en charge neurologique :
http://social-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/prises-en-charge-specialisees/douleur/les-structures-specialisees-douleur-chronique/article/les-structures-specialisees-douleur-chronique-sdc

Nous espérons qu’une solution thérapeutique qui vous soulage soit trouvée rapidement et restons à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)

Retour à la liste des questions