octobre

Mémoire de fin d'étude infirmière anesthésiste

Question

Bonjour, Actuellement étudiante infirmière anesthésiste en 2ème année, je commence mes recherches sur le bruit et l'induction anesthésique. Je recherche de la documentation sur l'impact du bruit lors de l'anesthésie générale, en quoi peut-il être délétère, pourquoi demandons-nous le calme lors de l'endormissement du patient ? En espérant que vous pourriez m'aider cordialement

Réponse

Bonjour,

Étudiante infirmière-anesthésiste, vous êtes à la recherche de documents sur l'impact du bruit lors de l'anesthésie générale.

Nous vous proposons en premier lieu d’utiliser l’aide méthodologique que nous avons réalisée pour les étudiants IFSI. Même si ce guide en ligne est destiné à la formation d’infirmiers en soins généraux, il peut vous être utile pour l’interrogation des bases de données notamment :
- EMConsulte des éditions Elsevier-Masson avec les revues spécialisées en anesthésie comme Oxymag (revue infirmière), Annales françaises d’anesthésie et de réanimation (revue médicale) mais également la revue Interbloc (Ibode)
- la base de données du Cismef (CHU de Rouen)
Vous y trouverez également des informations pour localiser les documents qui vous intéressent.
http://www.cite-sciences.fr/fr/au-programme/lieux-ressources/cite-de-la-sante/ressources-en-sante/memoires-ifsi/

Nous avons repéré un article émanant du « Congrès national d’anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d’état (IADE) 2009 » intitulé « Accueil au bloc opératoire : prise en charge de l’anxiété ». Le sujet est plus large mais un extrait de cet article traite plus particulièrement le problème du bruit. Vous pouvez peut-être contacter les auteurs de cet article :
« Lutte contre l’inconfort et amélioration du bien-être
[…]
L'audition intervient à plusieurs niveaux. Il faut ainsi réduire les nuisances sonores ambiantes à l’induction et au réveil (discussion, bruits chirurgicaux) et utiliser une musique d’ambiance, qui paraît être un bon moyen pour le patient de parvenir à un apaisement, une détente, de garder un contact avec l’extérieur et de le sécuriser. On peut ainsi, en particulier sous ALR, réduire les besoins en sédation associée [15]. L’écoute de musique adaptée en préopératoire réduit les scores d’anxiété sans modifier les éléments physiologiques liés à cette anxiété [16]. Certains préféreront le silence afin de mieux se concentrer, alors que pour d’autres la musique peut aider à dédramatiser la situation » (p. 5 du document).
http://www.sfar.org/acta/dossier/2009/pdf/c0006.fm.pdf

Un travail d’intérêt professionnel sur votre thème a été réalisé par Christèle Sorbier de l’École d’infirmiers anesthésistes du CHU de Bordeaux (2012). Nous vous conseillons de consulter la bibliographie :
Incidence du bruit en phase d’induction :
http://reanesth.chu-bordeaux.fr/IDE-r%C3%A9a-IADE/L-%C3%A9cole-d-Infirmiers-Anesth%C3%A9sistes-%C3%A0-Bordeaux/Les-ressources-bibliographiques/Travail-d-Int%C3%A9r%C3%AAt-Professionnel-%28TIP%29/TIP-Promotion-2010-2012/SORBIER-C.-Incidence-du-bruit-en-phase-d-induction/

Enfin, la Société française d’anesthésie et de réanimation propose également de la documentation en ligne :
http://www.sfar.org/accueil/index.php

En espérant que ces pistes vous seront utiles, n’hésitez pas à nous rendre visite si besoin.

L’Equipe de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.
Service Questions-santé
NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)

Retour à la liste des questions