mars

AMH faible - Puis-je être enceinte naturellement

Question

J'ai presque 35 ans et essaye d'être enceinte depuis 2 ans. L'an dernier on a diagnostiqué une insuffisance ovarienne car AMH J3 à 1,8 et cette année est à 1,5. En raison d'un antécédent d'AVC, je ne peux suivre de traitement hormonal et souhaite donc savoir quelles sont mes chances d'être enceinte naturellement avec une AMH faible sachant que la FSH est à 7,7 ? Merci d'avance.

Réponse

Bonjour,

On vous a diagnostiqué l’an dernier une insuffisance ovarienne. En raison d’antécédents d’AVC, vous ne pouvez suivre de traitement hormonal et souhaitez savoir si une grossesse est malgré tout possible.

Nous vous proposons les explications du site Natisens (site belge consacré à la procréation médicalement assistée dont la rédactrice en chef, Nathalie Vervloesem, est médecin anesthésiste réanimateur) sur l’évaluation de la réserve ovarienne :
« Rappel physiologique :
[…]
L’hormone anti-müllerienne (AMH) inhiberait la croissance des petits follicules et participerait ainsi au développement du follicule dominant. La sécrétion ovarienne d’AMH augmente progressivement à la puberté, tout en restant à des taux très faibles, elle diminue avec l’âge pour devenir indétectable à la ménopause.
L’appauvrissement en follicules (diminution de la réserve ovarienne) va diminuer le taux d’INHB circulante, responsable d’une élévation de la FSH, elle-même responsable d’une élévation de l’oestradiolémie.
Les normes :
On admet comme témoin d’une bonne réserve ovarienne les valeurs suivantes (2 (mieux) ou 3ème jour du cycle) :
- FSH < 9.45 UI /L
- oestradiol < 40 ng /mL
- INHB > 45 pg /mL

- AMH > 1.2 µg/l.
Discussion:
En fait compte tenu des limites des techniques de dosage (coefficient de variation +/- 15% pour l’oestradiol et INHB), compte tenu des résultats contradictoires publiés par différents auteurs concernant la valeur prédictive des différents marqueurs, on peut considérer que:
l’élévation de la FSH est le facteur le plus péjoratif. 14 UI /L serait le seuil au delà duquel la grossesse devient difficile. Sur plusieurs cycles, une seule valeur de FSH élevée serait de mauvais pronostic.
Le taux d’AMH diminuerait bien avant que la FSH n’augmente et que l’inhibine B ne baisse, ce qui pour certains auteurs en ferait un marqueur précoce de l’épuisement ovarien.
Par contre avec une FSH normale et une INHB limite ou basse le taux de grossesse passe de 34.5 % à 32.8 % ce qui n’est pas significatif, et ne permet surtout pas de conclure à une stérilité par insuffisance ovarienne.
La triple analyse de l’âge, de la FSH, et de l’oestradiol permet de se faire une idée claire de la qualité de la réponse ovarienne à laquelle on peut s’attendre (même si une INHB est inférieure à 45, et une AMH voisine de 0.2 µg/L vérifiée et à J2-J3 peuvent être le signe d’une probabilité de vieillissement ovarien, justifiant une prise en charge rapide).
L’âge reste le meilleur facteur prédictif de la grossesse. Néanmoins la FSH, la INHB et la AMH sont les meilleurs marqueurs de succès d’une stimulation (plus de follicules sélectionnés, plus d’ovocytes recueillis, par contre elles ne renseignent pas sur la qualité embryonnaire). »
http://www.natisens.com/Articles/Troubles_fertilite/Bilan_infertilite_femme/Reserve_ovarienne.html

En tant que service de documentation sur la santé, nous ne pouvons aller plus loin dans notre réponse. Nous vous conseillons de dialoguer avec les médecins qui vous suivent et espérons que ces éléments de réponse vous aideront à enrichir le dialogue que vous aurez avec eux.

Nous restons à votre disposition pour toute nouvelle recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé
NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)

 

 

Retour à la liste des questions