juin

AVK previscan et extraction de plusieurs dents

Question

Sous AVK (cible 2-3) depuis 2011, je dois subir 4 ou 5 extractions dentaires. J'ai vu 4 dentistes qui ne disent pas du tout la même chose - on arrête l'AVK (quand ??? même pour 1 ablation par radiofréquence au coeur, le cardio et l'anesthésiste variaient de 1 à 3 jours avant l'intervention) et on fait des piqûres + INR jusqu'à cible - on n'arrête plus les AVK pour les dents depuis 15 ans et autres versions ... Quelle est votre réponse ? Remerciements

Réponse

Bonjour,

Vous êtes actuellement sous traitement anti-vitamines K (AVK) et vous devez subir plusieurs extractions dentaires. Les chirurgiens-dentistes ne sont pas tous d’accord entre eux : certains préconisent d’arrêter les AVK, d’autres veulent les garder.

Pour votre information générale, sur le site de la Société française d’anesthésie et de réanimation (SFAR), voici les recommandations professionnelles de la Haute autorité en santé (HAS) et du Groupe d’étude sur l’hémostase et la thrombose (GEHT), intitulé Prise en charge des surdosages, des situations à risque hémorragique et des accidents hémorragiques chez les patients traités par antivitamines K en ville et en milieu hospitalier (2008) :
« Certaines chirurgies ou certains actes invasifs, responsables de saignements peu fréquents, de faible intensité ou aisément contrôlés, peuvent être réalisés chez des patients traités par un AVK dans la zone thérapeutique usuelle (INR compris entre 2 et 3).
Le traitement par AVK peut alors être poursuivi après avoir vérifié l’absence de surdosage. Toutefois, la prise d’autres médicaments interférant avec l’hémostase, ou l’existence d’une comorbidité, augmente le risque hémorragique et peut conduire à choisir l’interruption de l’AVK.
Ces situations concernent :
- la chirurgie cutanée (grade C) ;
- la chirurgie de la cataracte (grade C) ;
- les actes de rhumatologie de faible risque hémorragique (cf. annexe 1) ;
- certains actes de chirurgie bucco-dentaire (se rapporter aux recommandations de la Société francophone de médecine buccale et chirurgie buccale : www.societechirbuc.com) ;
- certains actes d’endoscopie digestive (se rapporter aux recommandations de la
Société française d’endoscopie digestive : www.sfed.org) .
Dans les autres cas, l’arrêt des AVK ou leur antagonisation en cas d’urgence est recommandé.» (pp.10- 11)
http://www.sfar.org/_docs/articles/183-recommandationAVK-HAS.pdf

Nous vous invitons à consulter les Recommandations pour la prise en charge des patients sous traitement anti-vitamines K en chirurgie bucco-dentaire de la Société francophone de médecine buccale et chirurgie buccale et Société française de cardiologie (vol.12, n°1, 2006) :
« Les anti-vitamines K (AVK) sont fréquemment utilisées dans le traitement curatif ou préventif des accidents thromboemboliques artériels ou veineux. Leur utilisation nécessite une surveillance biologique régulière par l’INR (International Normalized Ratio). Une valeur cible de l’INR comprise entre 2 et 3 est conseillée chez la majorité des patients. La complication majeure du traitement par AVK est l’hémorragie. De ce fait, avant une intervention de chirurgie buccale, parodontale ou implantaire, se pose le problème de la conduite à tenir vis à vis de ce traitement : arrêt transitoire avec ou sans relais par une héparino-thérapie ou poursuite avec ou sans diminution de la posologie, en sachant toutefois que le fait de modifier le traitement habituel pris par le patient va l’exposer à un risque thromboembolique accru. (p.192)
[…]
Il a longtemps été proposé d’interrompre le traitement anticoagulant des patients avant toute avulsion dentaire. Ce type de pratique s’avère dangereux pour le malade avec des risques très importants de complication thromboembolique
Ce n’est que dans les situations où un haut risque hémorragique chirurgical est prévisible en fonction du type d’acte (Tableau 3), qu’il est possible de relayer le traitement AVK par une HNF ou des HBPM avant, pendant et après la phase chirurgicale en milieu hospitalier lorsque la valeur de l’INR est supérieure ou égale à 3.
Le geste chirurgical est à retarder dans les cas où l’INR est supérieur à 4 et, pour ces patients, on peut demander de maintenir l’INR en dessous de 4 pour le jour de l’intervention et pendant les 3 jours post-opératoires.
De nombreuses études récentes ont mis en évidence la possibilité de prendre en charge les patients traités par AVK sans modification de leur traitement avant une intervention de chirurgie buccale, parodontale ou implantaire.
Les patients devant subir ce type d’intervention doivent avoir une valeur stable de leur INR inférieure à 4. (p.197)»
http://societechirorale.com/documents/Recommandations/recommandations_avk.pdf

En tant que service de documentation, nous ne pouvons aller plus loin dans notre réponse : ces 2 articles semblent concorder vers un maintien de votre traitement. Mais comme chaque cas est unique, nous vous conseillons de contacter le médecin prescripteur du traitement pour qu’il le modifie ou le maintienne, lors de votre extraction dentaire.

Nous espérons que ces informations seront utiles et nous nous tenons, bien entendu, à votre disposition pour toute recherche dans le domaine de la santé.

L’Equipe de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)

Retour à la liste des questions