mars

Endomètre

Question

Je dois passer une hystéroscopie pour un polype endocavitaire et une hyperplasie d'endomètre sur un utérus polymyomateux. J'ai 54 ans est-ce que je dois faire cette hystéroscopie ou est-ce que ça passera avec la ménopause. Je précise, j'ai encore des règles régulières. Est-ce dangereux de ne pas pratiquer cet examen ?

Réponse

Bonjour,

Vous souffrez d’une hyperplasie de l’endomètre sur un utérus polymyomateux  et d’un polype endocavitaire. Votre médecin vous demande de faire une hystérescopie. Vous souhaitez savoir si cet examen est indispensable et si vos symptômes peuvent disparaître après la ménopause.

En tant que service de documentation, nous ne pouvons que vous donner des informations d’ordre général sur les différentes pathologies que vous évoquez.

Tout d’abord, nous vous invitons à lire le dossier du site médical DocteurClic sur les polypes utérins :
« Au cabinet
- Devant la variété de ces signes, le médecin pratiquera dans un premier temps un examen gynécologique classique (toucher vaginal et colposcopie) complété par un frottis et un prélèvement vaginal en cas de pertes anormales à la recherche d'un germe.
- En cas de fièvre, surtout associée à une douleur du bas ventre, le médecin demandera une prise de sang avec numération formule sanguine et vitesse de sédimentation pour éliminer l'existence d'un foyer infectieux.
- L'échographie pelvienne
fera le diagnostic d'une tumeur dont l'origine sera confirmée par : l'hystérographie ou l'hystéroscopie .
Traitement
Si les polypes sont stables (absence de saignements et de douleurs), une simple surveillance annuelle est suffisante.
On les retire dans les cas suivants :
- Hémorragies trop importantes.
- Implantation risquant de gêner une grossesse éventuelle.
- Lorsque le polype s'infecte ou se tord et se nécrose (destruction). »
http://www.docteurclic.com/maladie/polype-uterin.aspx

Vous évoquez ensuite une hyperplasie de l’endomètre. Voici la définition qui est donnée à hyperplasie dans le Larousse :
« hyperplasie
Augmentation bénigne du volume d'un tissu par multiplication des cellules qui le constituent. »
http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/hyperplasie/41076

Enfin concernant l’utérus polymyomateux, le Collègue national des gynécologues et obstétriciens français a rédigé le document qui suit à destination des patients dans le cas d’une myomectomie [ablation de fibrome utérin]. Nous attirons votre attention, non pas sur l’acte chirurgical mais sur 2 paragraphes qui pourraient vous intéresser sur ce qu’est un myome et sur les possibilités d’une disparition spontanée des myomes :
Qu'est-ce qu'un myome ?
Le myome ou fibrome est une tumeur bénigne survenant fréquemment chez la femme après la quarantaine
, mais parfois plus précocement en raison de facteurs favorisants familiaux.
La situation des fibromes est variable, à l’intérieur même de l’utérus, dans la cavité utérine, dans la paroi musculaire de l’utérus ou encore rattachés à celui-ci par un pédicule plus ou moins large.
La décision de l’intervention repose sur l’existence de symptômes (hémorragies, douleurs, infertilité) ou en raison d’un volume devenu trop important du ou des fibromes.
Le caractère unique ou multiple des fibromes, leur localisation conditionnent la technique d’ablation.

[…]
Peut-on éviter l’intervention chirurgicale ?
Aucun traitement médical ne permet de faire disparaître définitivement les fibromes
.
Il existe un certain type de médicaments, les analogues de la LHRH qui sont capables de diminuer le volume des fibromes jusqu’à 50 % environ mais de façon transitoire. L’utilisation de ces médicaments de façon prolongée n’est pas conseillée dans cette indication. Cependant, votre médecin peut éventuellement vous les prescrire pendant quelques mois afin de faciliter le déroulement ultérieur de votre intervention.
Un autre type de traitement, l’embolisation des fibromes, peut être utilisé dans certaines indications très particulières. C’est une technique non chirurgicale de radiologie interventionnelle qui consiste à injecter des particules dans les vaisseaux nourriciers du fibrome pour le détruire. Le fibrome ne disparaîtra pas mais diminuera de volume progressivement, ce qui améliorera les symptômes que vous présentez.
Enfin, il est aussi possible de détruire le fibrome à travers la paroi abdominale par d’autres techniques (les ultrasons par exemple), dont la plupart sont en cours d’évaluation. Si votre médecin vous propose l’une de ces techniques, il vous apportera les informations spécifiques.
Il est possible d’associer plusieurs de ces techniques pour améliorer la qualité de prise en charge spécifique à votre situation.
http://www.cngof.asso.fr/D_PAGES/PUFIC_08.HTM

Il semble donc qu’une disparition spontanée des fibromes après la ménopause soit peut probable.

Enfin, concernant l’examen que vous devez subir, voici les informations du site santé Lefigaro :
«L'hystéroscopie diagnostique est une technique d'observation, qui se pratique en utilisant des appareils de « petit calibre », au contraire de l'hystéroscopie opératoire.
C'est un examen simple pour la femme, peu douloureux, ne nécessitant aucune préparation, qui se déroule au cabinet du gynécologue (en ambulatoire). Elle peut être pratiquée par des gynécologues médicaux et permet d'explorer l'intérieur du col et du corps de l'utérus ainsi que du tissu qui tapisse sa paroi interne, appelée muqueuse utérine ou endomètre.
Il est très important de bien faire la distinction entre l’hystéroscopie diagnostique, technique d'observation pratiquée au cabinet du gynécologue et l’hystéroscopie opératoire qui est une intervention chirurgicale qui se pratique au bloc opératoire, le plus souvent sous anesthésie générale par des gynécologues chirurgiens.
L'hystéroscopie diagnostique est une méthode d'exploration du canal endocervical et de la cavité utérine qui consiste à introduire un appareil appelé hystéroscope par l'orifice du col de l'utérus. Elle permet d'apprécier, par une vision directe, l'état du canal cervical, de la muqueuse utérine, appelée l'endomètre, et d'étudier la morphologie de la cavité utérine à la recherche d'éventuelles lésions.
Les progrès technologiques ont permis de mettre au point des appareils remarquables qui ont pu répondre aux exigences de base :
- utiliser des hystéroscopes de faible diamètre pour réduire la douleur et franchir l'orifice interne du col sans faire saigner ;
- apporter une lumière froide par des fibres optiques au niveau de la cavité ;
- distendre cette cavité virtuelle par du gaz ou du liquide sans entraîner de complications. »
http://sante.lefigaro.fr/sante/examen/hysteroscopie/quest-ce-que-cest

Nous espérons que ces éléments d’information vous aideront à enrichir le dialogue que vous aurez avec votre spécialiste, seule personne qui, de par la connaissance de votre dossier médical, soit à même de vous dire si cet examen est indispensable.

Nous restons à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)

Retour à la liste des questions