mai

Opération chirurgicale du nerf pudendal

Question

Bonjour, L'opération chirurgicale de décompression du nerf pudendal avec une sonde à ballonnet a-t-elle des risques d'aggravation ou de complication sur le résultat? Merci.

Réponse

Bonjour,

Vous souhaitez avoir des informations sur les conséquences post-opératoires d’une opération de décompression du nerf pudendal à l’aide d’une sonde à ballonnet.

Nous supposons que ce traitement est lié à une névralgie pudendale et vous proposons tout d’abord de parcourir le dossier rédigé par Agnès Julien, Présidente de l'Association des malades de névralgie pudendale sur le site du Dr Aly Abbara :
« Défintion :
Il s'agit d'une affection neurologique qui touche la région profonde de la fesse dont le nerf pudendal (nerf honteux) qui innerve les zones les plus intimes du corps : ses ramifications touchent l'anus, le rectum, le périnée, les voies urinaires basses et les organes génitaux.
L'appui brutal en certaines zones du trajet du nerf peut déclencher la douleur. Toutes les structures anatomiques voisines du nerf pudendal et de ses rameaux (os, ligaments, muscles, graisses) peuvent constituer une source de compression qui est, dans la majorité des cas, à l'origine de la maladie.
[…]
Les traitements proposés :
Les traitements proposés répondent à des protocoles de soins spécifiques à la pathologie, néanmoins adaptés à chaque malade.
- Médicaments : les antalgiques classiques sont inefficaces sur les douleurs. Les morphiniques sont peu ou pas efficaces. Seuls les antiépileptiques et certains antidépresseurs permettent de soulager la douleur. Ils aident à la supporter, mais n'ont pas d'action sur son origine.
- Infiltrations : elles visent à anesthésier le nerf et à le traiter par corticoïdes, au niveau de la compression. Indiquées par les bilans cliniques et électrophysiologiques, elles doivent impérativement être effectuées par un praticien expérimenté. En effet, la technique nécessite une connaissance particulière des voies du nerf pudendal. Une bonne partie des patients est améliorée, mais il faut savoir que la répétition des infiltrations présente un effet néfaste sur les structures du nerf et des tissus mous.
- Kinésithérapie/ostéopathie : pratiquées par des professionnels spécialisés, les séances contribuent à réduire les douleurs, notamment musculo-squelettiques associées à la pathologie.
- Intervention chirurgicale : le but est de lever la compression sur le trajet du nerf, par la méthode trans-glutéale, trans-ischio-rectale, trans-vaginale ou par voie périnéale (ouverture du canal d'Alcock par une voie para-anale) et par voie périnéale à l'aide d'une sonde à ballonnet. »
http://www.aly-abbara.com/livre_gyn_obs/termes/nevralgie_pudendale.html

Concernant la technique d’intervention à l’aide d’une sonde à ballonnet, voici ce qu’on apprend dans un article rédigé par les Docteurs E. de Bisschop ,et R. Nundlall dans le Journal de gynécologie obstétrique et biologie de la reproduction :
« Suites opératoires
Sortie du service de chirurgie à j1 ou j2. Retour au domicile ou idéalement en maison de convalescence pendant dix jours afin de respecter le repos.
Complications

Des hématomes fessiers sont à signaler dans 11,6 % des cas (cinq patients).
Notons l’apparition d’une pollakiurie [mictions fréquentes et peu abondantes] dans 9,3 % des cas (quatre patients) associée à une incontinence urinaire dans 4,7 % des cas (deux patients) durant les 48 heures postopératoires.
Résultats

À j+1 jour, 77 %, à j+un mois, 84 %, et à j+trois mois, 89 % des patients sont asymptomatiques ou en réduction significative des douleurs. Les patients antérieurement décomprimés sont devenus asymptomatiques ou en réduction significative. Aucune aggravation n’a été signalée.
Discussion
Avantages de la technique

Ils sont multiples :
• pas de section ligamentaire donc pas de risque de déstabilisation de la ceinture pelvienne et de syndrome du muscle piriforme ;
• pas de section à l’insu donc pas de risque de lésion ou section du nerf pudendal et/ou du nerf élévateur de l’anus ;
• rapidité de l’amélioration clinique (77 % à j+2) ;
• peu ou pas de risque de fibrose postopératoire ;
• peu ou pas de risques d’aggraver la pathologie pudendale. »
http://www.em-consulte.com/article/287828/decompression-chirurgicale-du-nerf-pudendal-par-vo

En tant que service de documentation sur la santé, nous ne pouvons aller plus loin dans notre réponse et vous conseillons d’interroger le chirurgien susceptible de réaliser cette intervention. Nous espérons néanmoins que ces éléments de réponse vous aideront à enrichir le dialogue que vous aurez avec le médecin et restons à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)

Retour à la liste des questions