juillet

Klebsiella oxytoca

Question

J'ai été en contact dans une chambre d'hôtel à de la laine de roche suite à des travaux faits dans la journée. Depuis novembre j'ai fait une pneumonie puis problème de sinusite alors que jamais eu de bronchite et de sinusite. En février j'ai eu une ethmoidectomie bilatérale et en juin une sphenoidotomie. Lors des derniers prélèvements on a trouvé le klebsiella oxytoca. Peut-on trouver cette bactérie dans les combles, les plafonds, la laine de roche, bref dans les toitures ? Une bactérie que j'aurai pu attraper suite aux travaux de l'hôtel ou j'ai passé 3 nuits. Merci pour votre réponse. Cordialement

Réponse

Bonjour,

Vous avez été en contact avec de la laine de roche et vous vous demandez si cette brève exposition a suffi à vous transmettre une bactérie, Klebsiella oxytoca.

Tout d’abord, nous vous proposons de bien comprendre l’origine de la bactérie Klebsiella oxytoca dans le cours de Microbiologie d’ Enseignants à la Faculté Libre de Médecine de Lille :
« Les Klebsiella sont des entérobactéries immobiles et capsulées. On distingue 5 espèces dans le genre qu'on peut différencier par des caractères biochimiques :
            Klebsiella pneumoniae, comprenant 2 sous espèces : ozaenae et rhinoscleromatis
            Klebsiella oxytoca
            Klebsiella planticola
            Klebsiella terrigena
            Klebsiella ornithinolytica
L'espèce type est Klebsiella pneumoniae.
Les Klebsiella pneumoniae forment, sur milieux solides, de grosses colonies muqueuses, luisantes. Elles expriment des antigènes K, capsulaires utilisables comme marqueurs épidémiologiques.
Elles sont très répandues dans la nature (eaux, sols). Ce sont aussi des commensales du tube digestif des animaux et de l'homme qui peut également en héberger dans l'oropharynx.
Elles sont responsables d'infections respiratoires
(Klebsiella pneumoniae est appelée "pneumobacille de Friedlander"), d'infections urinaires, de bactériémies et d'infections neuro-méningées post traumatiques ou post-chirurgicales. Les isolements sont beaucoup plus fréquents à l'hôpital - et singulièrement dans les services de réanimation - qu'en ville. »
http://anne.decoster.free.fr/bgn/enterob.htm

En complément, vous lirez la fiche de Klebsiella sur le portail de l’Agence de santé publique du Canada :
« ÉPIDÉMIOLOGIE :
Les espèces du genre Klebsiella sont présentes dans le monde entier, en particulier dans les régions tropicales et subtropicales. Elles sont ubiquistes, c’est-à-dire qu’on les rencontre partout, notamment dans les milieux forestiers, la végétation, le sol, l’eau et les muqueuses des espèces hôtes. Bien que ces agents pathogènes soient souvent en cause dans les cas de pneumonie et de bactériémie d’origine communautaire, ils causent principalement des infections nosocomiales (contractées à l’hôpital; ~ 56 % de toutes les infections à Klebsiella). On considère que les espèces du genre Klebsiella sont endémiques dans les services de néonatologie, et les éclosions nosocomiales, en particulier dans ce type de services, sont fréquentes. Les hommes adultes sont plus vulnérables à l’infection par Klebsiella que les femmes; toutefois, les espèces de ce genre affichent des taux de colonisation élevés chez les nouveau-nés, où ils peuvent survivre quelques mois, comparativement à quelques jours ou semaines chez l’adulte. Le risque d’infection et le taux de portage de Klebsiella augmentent avec la durée du séjour à l’hôpital; d’après une étude, le taux de portage augmente de 11 à 42 % en 14 jours d’hospitalisation. Par ailleurs, les taux d’infection et de portage augmentent avec l’utilisation d’agents antimicrobiens, ce qui conduit en général à l’apparition de bêta-lactamases à large spectre qui confèrent une résistance aux antibiotiques. K. pneumoniae est l’espèce du genre Klebsiella la plus pathogène pour l’humain, suivie de K. oxytoca. »
http://www.phac-aspc.gc.ca/lab-bio/res/psds-ftss/klebsiella-fra.php

Concernant les dangers de la laine de roche pour la santé, l’Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS) explique dans une fiche pratique sur les risques d’exposition aux laines minérales :
« Des manifestations allergiques respiratoires telle que l’asthme peuvent être provoquées par la présence des liants dans les fibres.
La relation entre les expositions aux laines et l’apparition de bronchites chroniques ne peut être établie avec certitude à partir des données épidémiologiques actuelles. »
http://www.inrs.fr/dms/inrs/CataloguePapier/ED/TI-ED-93/ed93.pdf

Nous n’avons pas trouvé d’informations relatives à la présence d’agent bactériologique comme les Klebsiella dans la laine de roche. Nous vous conseillons donc de demander l’avis du spécialiste qui vous suit qui pourra envisager cette éventualité.

Nous nous tenons à votre disposition pour toute nouvelle recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)

Retour à la liste des questions