juillet

Migraine ou non

Question

Bonjour, je voudrais savoir si cela est possible d'avoir des symptômes de migraine sans céphalée.

Réponse

Bonjour,

Vous souhaitez savoir s’il est possible d’avoir des symptômes de migraine sans avoir pour autant de céphalée.

On peut lire sur le site de l’Institut national de la recherche médicale (INSERM),  dans le dossier Migraine : dossier réalisé avec la collaboration du Pr Anne Ducros (CHU Montpellier)  (Novembre 2013) qu’: « Il existe d'autres sous-types de migraines plus rares avec aura, comme la migraine hémiplégique familiale, la migraine basilaire ou encore les auras migraineuses sans céphalée. »
http://www.inserm.fr/thematiques/neurosciences-sciences-cognitives-neurologie-psychiatrie/dossiers-d-information/migraine

En complément vous pouvez lire cet extrait de Neurologie clinique: guide pratique de Alain Améri.( Heures de France, 1997) .
« 4  Aura migraineuse sans céphalée (équivalents migraineux)
Les symptômes typiques de l’aura ne sont pas accompagnés de céphalées. Il est assez fréquent que dans la migraine avec aura la céphalée disparaisse complètement, tandis que les auras persistent. Il est moins fréquent de rencontrer des sujets qui ont toujours soufferts d’auras migraineuses sans céphalée. Lorsque ces manifestations débutent après l’âge de 40 ans, la distinction entre cette entité et les accidents ischémiques peut être difficile ; dans ce cas ne pas hésiter à pousser les investigations. » (p.20 du document)
https://books.google.fr/books?id=qd8sUCuwnWMC&pg=PA20&lpg=PA20&dq=auras+migraineuses+sans+c%C3%A9phal%C3%A9e&source=bl&ots=huoyQoUa1Y&sig=zwX6lNU12MlfCObN4LAWkDHYloc&hl=fr&sa=X&ei=M1ueVbDlJIG2UPeyvJAM&ved=0CF0Q6AEwCA#v=onepage&q=auras%20migraineuses%20sans%20c%C3%A9phal%C3%A9e&f=false

Enfin nous vous proposons un extrait d’un article [Article 17-023-A-50] du Traité de Neurologie de l’Encyclopédie médico-chirurgicale : Migraine / A. Ducros (2006).
« Céphalée lors des crises de migraine avec aura typique
La céphalée suit habituellement les symptômes de l'aura, soit immédiatement, soit après un intervalle de moins de 1 heure. Lorsqu'elle est unilatérale, elle siège le plus souvent du côté opposé aux symptômes de l'aura. Lorsqu'elle est homolatérale aux symptômes de l'aura, elle est quasi pathognomonique de la migraine, signant une souffrance bilatérale. Son intensité et sa durée sont variables, mais souvent moindres que dans les crises de MSA. Les nausées et les vomissements sont plus rares que dans la MSA. Chez certains patients, la céphalée se résume à une simple gêne pendant 1 ou 2 heures. La nouvelle classification de l'IHS retient trois variétés de MA typique selon les caractères de la céphalée : soit la céphalée répond aux critères diagnostiques de la MSA et il s'agit d'une aura typique avec céphalée migraineuse (code IHS 1.2.1), soit la céphalée ne répond pas à ces critères et il s'agit d'une aura typique avec céphalée non migraineuse (code 1.2.2). Enfin, en l'absence de toute céphalée, il s'agit d'une aura typique isolée (code 1.2.3). Les différents types de crises peuvent alterner chez un même patient. Environ 4 à 6 % des patients atteints de MA [migraine avec aura] ont exclusivement des auras sans céphalée.
Migraine hémiplégique familiale et sporadique
Il s'agit d'une MA caractérisée par la survenue d'une hémiparésie ou d'une hémiplégie lors de l'aura. Ce déficit moteur est toujours associé à d'autres manifestations, avec par ordre de fréquence : des troubles sensitifs homolatéraux, des troubles du langage (aphasie et/ou dysarthrie) et des troubles visuels (hémianopsie latérale homonyme, phosphènes ou scotome scintillant). Le déficit moteur est le plus souvent modéré mais peut être massif. L'aura dure 1 ou 2 heures en moyenne, mais cette durée peut varier de quelques minutes à plusieurs jours (de 5 minutes à moins de 24 heures selon l'IHS). L'aura est généralement suivie d'une céphalée migraineuse ou non migraineuse, mais des auras hémiplégiques sans céphalée sont possibles. Des crises inquiétantes et très sévères avec aura prolongée (plusieurs semaines), troubles de la conscience allant jusqu'au coma et parfois fièvre élevée surviennent chez 40 % des patients. Il existe des migraines hémiplégiques sporadiques (code IHS 1.2.5) et des MHF (code 1.2.4), héritées selon un mode de transmission autosomique dominant. Le diagnostic de MHF est porté lorsqu'un antécédent familial identique est observé parmi les apparentés au premier ou au second degré du cas index. Ces crises de migraine hémiplégique soulèvent des difficultés diagnostiques, notamment chez les cas sporadiques, lors des premières crises chez les cas familiaux ou encore lors des crises sévères, et nécessitent la pratique d'examens complémentaires : imagerie cérébrale, électroencéphalogramme, exploration cervicale ultrasonore et/ou ponction lombaire selon les cas, pour éliminer une autre étiologie. Un diagnostic génétique est possible car deux gènes sont connus, mais ce diagnostic n'a de valeur que s'il est positif. »
http://www.em-consulte.com/article/38989/migraine

En tant que service de documentation nous ne pouvons aller plus loin dans notre réponse et conseillons à la personne souffrant de ces symptômes de consulter un médecin.

Nous restons bien entendu à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)

Retour à la liste des questions