juillet

Douleur aiguë du nerf pudendal

Question

Depuis maintenant plus de 5 ans je ressens une douleur aiguë et très importante du nerf pudendal. Impossible pour moi de m'asseoir, de faire du vélo, de la moto et de la voiture. Egalement, je ne peux pas porter de pantalons qui me serrent trop. En permanence des brulures et envie d'uriner. J'ai entendu dire que l'on pouvait se faire opérer à Martigues (système de ballonnet) ou bien à Nantes (service du professeur Robert). Je ne connais ni les avantages et les inconvénients des 2 types d'opération. Est-ce que quelqu'un à subi ce type d'opération, et peut m'orienter? Merci d'avance

Réponse

Bonjour,

Vous ressentez une douleur aiguë du nerf pudendal et vous envisagez de vous faire opérer, soit par l’équipe nantaise, soit par l’équipe de Martigues.

En premier lieu, sur le site réalisé par des personnes souffrant de la névralgie pudendale, nous vous invitons à suivre les explications du Dr. Eric Bautrant, chirurgien gynécologue, spécialiste de l’ «opération des nerfs pudendaux » d’Aix-en-Provence, qui compare les 2 techniques :
« Lorsque la névralgie pudendale est rattachée à une compression canalaire et que les premières phases thérapeutiques ont échoué ou laissent une névralgie encore gênante, la chirurgie doit être envisagée car pour les indications correctement posées elle peut apporter jusqu’à 80% de guérisons.
Deux procédés apportent les meilleurs résultats en termes d’efficacité décompressive et de résultats à long terme sur la névralgie pudendale : la neurolyse par voie trans-glutéale après incision fessière, décrite par [le Pr.] Robert (Nantes) et la décompression par voie trans-ischio-rectale après abord vaginal chez la femme, périnéal chez l’homme et sous contrôle retro-péritonéoscopique, décrite par notre équipe (Aix-en-Provence).
Ces deux techniques ont des concepts différents. La première est une vision purement neurologique de la pathologie, considérant le nerf comme un «responsable» avec pour objectif une neurolyse complète.
La deuxième est une vision musculo-ligamentaire, considérant le nerf comme une « victime » avec pour objectif l’obtention d’une décompression complète des sites de rétractions fibreuses du ligament sacro-épineux et du processus falciforme du canal d’Alcock. »
http://www.pudendalsite.com/Pudendal-EricBautant.pdf

Ensuite au sujet de la technique du Pr. Robert à Nantes nous vous proposons un dossier Plexus sacré et douleurs honteuses paru dans La lettre de l’institut UPSA de la douleur (n°18, déc.2002) :
« La voie trans-glutéale permet de régler en une seule incision tous les conflits possibles. Sous anesthésie générale, après une incision glutéale, le paquet vasculo-nerveux pudendal est libéré du ligament sacré épineux. Le nerf est libéré par digitoclasie dans le canal pudendal. Le ligament sacré épineux est sectionné pour transposer le nerf en avant de l’épine sciatique.
L’hospitalisation n'est que de cinq jours.
Les constatations opératoires faites chez environ 400 patients opérés depuis 1987 incitent à une libération chirurgicale large, contrairement à ce qui a pu être proposé sans être évalué. » (page 4)
http://www.institut-upsa-douleur.org/Media/Default/Documents/IUDTHEQUE/PERIODIQUES/Iud/institut-upsa-douleur-periodique-lettre-iud-18.pdf

Concernant la technique du Dr.Bautrant à Aix-en-Provence, nous vous invitons  à lire un article intitulé  Comment poser une indication de décompression chirurgicale pour névralgie Pudendale :
« La chirurgie du nerf pudendal ne peut et ne doit pas avoir d’autre action que la décompression du nerf dans le canal pudendal.
L’objectif principal est donc d’obtenir la meilleure décompression possible de cette véritable « enceinte de pression » que représente le canal pudendal dans son ensemble.
[…]
Après avoir utilisé les voies coelioscopique, périnéale et trans-glutéale, précédemment décrites, entre 1997 et 1999, nous utilisons au sein de notre équipe la voie Trans-ischio-rectale depuis 1998, car elle répond de façon optimale aux impératifs de la chirurgie de décompression du nerf pudendal.
Cette technique permet d’augmenter les taux d’amélioration de la symptomatologie et de guérisons (9) sans nécessiter de dissection du nerf lui-même dont on connaît la grande fragilité, ce qui réduit ainsi le risque d’aggravation douloureuse. Elle autorise enfin les contrôles endoscopiques et EMG per-opératoires. La technique opératoire s’effectue sous contrôle endoscopique retro-perineoscopique . Elle a été utilisée d’octobre 1998 à décembre 2006 chez 420 patients (284 femmes et 136 hommes).
Les résultats de cette série sont intéressants puisque dans les 3 mois qui suivent l’intervention 51% des patients sont asymptomatiques, mais les meilleurs résultats sont obtenus à 12 mois avec 80% d’améliorations significatives et 61% de guérisons (disparition complète de la douleur).»
http://www.pudendalsite.com/dr-bautrant.html

Enfin, sur le site de l’Association québécoise de la douleur chronique, voici un article du Dr. Eric de Bisshop, médecin électrophysiologiste (Aubagne) sur les différentes techniques chirurgicales envisageables pour traiter une névralgie pudendale, dont la décompression chirurgicale du nerf pudendal par voie périnéale à l’aide d’une sonde à ballonnet : <s>
</s> « La libération du nerf par voie périnéale d’Eric de Bisschop avec un ballonnet. On utilise une voie d’abord analogue à celle de Beco-Mouchel, et on draine le trajet du nerf pudendal à l’aide d’un ballonnet gonflable, y compris l’espace interligamentraire et son fascia que l’on ouvre, jusqu’à la coulée infra-piriforme. Ainsi l’ensemble de la voie pudendale est libéré avec douceur, sans sections ligamentaires, les formations tissulaires parasites sont éliminées et l’apport sanguin rétabli, rétablissant le fonctionnement neroangiogène du nerf qui était facteur de douleur. » (page 6)
http://www.douleurchronique.org/gestion/Maladies/Nevralgie%20Pudendale/CD_douleurpelvienne_NP_Pourlesnuls.pdf

En tant que service de documentation, nous ne pouvons aller plus loin dans notre réponse. Nous espérons que ces éléments d’information vous permettront de mieux comprendre les diverses techniques envisageables et d’enrichir le dialogue avec le médecin qui vous suit pour cette pathologie, afin qu’ensemble vous puissiez décider de la meilleure option thérapeutique compte tenu de vos antécédents médicaux.

Nous espérons que ces informations seront utiles et nous nous tenons, bien entendu, à votre disposition pour toute recherche dans le domaine de la santé.

L’Equipe de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.
Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)

Retour à la liste des questions