Les petites découvertes

Je découvre autrement les objets du quotidien, grâce aux vidéos des « Petites découvertes » qui sont sous-titrées.

Les billets de banque, l'encre magnétique, les ballons de baudruches, les trombones, la circonférence de la Terre, etc.

J'accède à un univers de petites découvertes à faire chez moi, à partir de 9 ans.

#LaScienceEstLàAccessible #CultureChezNous #LesPetitesDécouvertes 

Observer les satellites artificiels et la Station Spatiale Internationale Vidéo sous-titrée
Observer les satellites artificiels et la Station Spatiale Internationale
[Sébastien Fontaine, responsable de l'unité d'astronomie et d'astrophysique du Palais de la découverte à Paris].
Bonjour et bienvenue pour cette nouvelle petite découverte qui aujourd'hui nous emmène au plus près de la station spatiale internationale. L'ISS a été lancée module après module, à partir de 1998 et s'est depuis l'an 2000 voilà, plus de vingt ans maintenant, qu'en permanence à son bord il y a un équipage d'au moins six astronautes. Lorsque L'ISS passe au dessus de nos têtes, on ne peut pas la rater. Il s'agit incontestablement du point le plus brillant du ciel, plus brillant encore que Vénus, cette fausse étoile. A la différence des avions que l'on voit grâce à leurs feux de position et d'ailleurs bien souvent les avions clignotent eh bien, les satellites comme ISS eux ont un éclat fixe dans le ciel. Ils avancent doucement, traversant les constellations et il n'est pas rare qu'un satellite comme ISS, eh bien ne disparaisse avant la ligne d'horizon, tout simplement parce que l'objet va se placer dans l'ombre de la Terre. Eh oui, n'oublions pas que si nous pouvons voir l'ISS dans le ciel c'est uniquement parce que le soleil l'éclaire. Sans plus attendre eh bien sortons et observons l'ISS.
En bas de l'image vous reconnaissez la Lune. Le point à droite c'est l'étoile Capella. Grâce à elle on voit bien l'ISS qui s'élève en haut de l'image. On remarque également le passage d'un autre satellite non loin de l'étoile Capella. L'ISS n'est pas très haute au dessus de nos têtes. Elle orbite autour de la Terre à une altitude d'environ 400 kilomètres, ce qui veut dire que par rapport à ce globe terrestre, eh bien la distance qui sépare l'ISS de la surface de notre planète c'est à peu près l'épaisseur de mon doigt. D'une masse d'environ 400 tonnes, l'ISS est le plus gros satellite qui orbite autour de la Terre. Il lui faut environ 90 minutes pour accomplir une révolution. Sa superficie correspond à celle d'un terrain de football. L'ISS ne se trouve en moyenne qu'à 400 kilomètres de la Terre. A cette altitude il reste encore un peu d'atmosphère, ce qui chaque jour entraîne une chute de la station de plusieurs dizaines de mètres. Voilà pourquoi, régulièrement, il faut lui redonner un peu de hauteur, sinon elle finirait par s'écraser sur la planète. Si vous souhaitez partir à bord de l' ISS pour un environnement bien confiné, eh bien c'est tout à fait réalisable ! Il faut compter trente cinq mille dollars par jour à bord de la station et cinquante millions de dollars pour le voyage aller retour. La station spatiale internationale n'est pas le seul satellite à être visible à l’œil nu. Plusieurs milliers de satellites orbitent constamment autour de la Terre et plusieurs centaines d'entre eux sont également parfaitement observables. Seuls les satellites les plus proches de la Terre sont visibles à l’œil nu. En général, il s'agit d'appareils qui se trouvent à seulement quelques centaines de kilomètres d'altitude. Il existe trois grandes familles de satellites. Les satellites dits commerciaux, à vocation économique pour le GPS et télécommunications, prévoir la météo. La famille des satellites militaires pour le renseignement et enfin la catégorie des satellites scientifiques, pour l'observation des planètes, mais également de l'Univers. La prolifération de tous ces satellites pose le problème des déchets qu'ils constituent lorsqu'ils sont hors service ou tout simplement obsolètes. Pour le moment, on a trouvé une solution, la poubelle bleue. En 2020, plusieurs milliers de satellites supplémentaires vont être mis en orbite. Je pense par exemple à Space X et l'envoi de ses véritables constellations de satellites. Chaque lancement permet de mettre en orbite basse soixante satellites supplémentaires, dont la plupart resteront visibles à l'œil nu. A terme, Space X prévoit d'envoyer douze mille satellites, afin que partout sur Terre, tout le monde bénéficie d'un Internet haut débit. La société américaine Space X n'est pas la seule à s'être lancé sur ce nouveau marché. Des sociétés comparables menées par Samsung, Facebook ou encore Amazon prévoient d'envoyer d'ici deux ans entre vingt et quarante mille satellites supplémentaires. Comme beaucoup, j'utilise ces nouvelles technologies rendues possibles par l'envoi des satellites, mais ai je besoin d'un frigo ou d'une brosse à dents connecté à mon smartphone ? Mais revenons à l'essentiel. Mon conseil d'observation pour ne pas manquer le prochain passage de l'ISS est de télécharger sur votre smartphone une des nombreuses applications qui vous préviendra. Lorsque l'ISS passera au dessus de l'horizon, son éclat va grandir à mesure qu'elle va prendre de la hauteur et vous aurez alors quelques minutes pour la voir traverser plusieurs constellations. Profitez de ce moment d'observation pour chercher d'autres satellites et, avec un peu de malchance, vous tomberez inévitablement sur de véritables constellations de satellites, de véritables petits trains comme on dit aussi, plusieurs satellites qui se suivent comme ça à la queue leu leu et qui comme ISS eh bien parcourent tranquillement plusieurs constellations.
N'oubliez pas toutefois de chercher les vraies étoiles, il en reste, alors profitez-en ! Je vous souhaite une bonne soirée et à bientôt pour de nouvelles petites découvertes.
[© Palais de la Découverte, Universcience 2020].
Observation de Vénus Vidéo sous-titrée
Observation de Vénus
[Sébastien Fontaine, responsable de l'unité d'astronomie et d'astrophysique du Palais de la découverte à Paris].
Bonjour je suis Sébastien Fontaine. Je dirige l'unité d'astronomie et d'astrophysique du Palais de la découverte à Paris. Un lieu que vous connaissez notamment pour son fameux planétarium. Aujourd'hui je suis là pour vous proposer une vidéo qui s'inscrit dans la série des petites découvertes. Toutes ces vidéos scientifiques que l'on diffuse régulièrement sur la chaîne Youtube de l'établissement. Ce nouveau rendez-vous, je vous le propose chaque mardi à 17 heures. Cela s'appelle « Une minute d'astronomie ».
Quel est ce point brillant que l'on voit chaque soir vers l'ouest au moment du coucher du soleil ?
Bonjour à tous ! Aujourd'hui nous parlons de l'étoile du berger. Pour commencer l'étoile du berger ce n'est pas le terme le plus approprié, pour désigner ce point éclatant. Ce point si brillant, c'est une planète. C'est Vénus. A la différence des étoiles, Vénus ne brille pas d'elle-même. Ce n'est pas un soleil. Vénus est visible uniquement parce que le soleil l'éclaire. Comme le soleil éclaire la lune ou les autres planètes parfois visibles à l’œil nu, Mercure, Mars, Jupiter ou Saturne. Vénus est actuellement le point le plus brillant du ciel. Pas une planète, pas une étoile n'arrive à son éclat. Vénus est le troisième corps céleste le plus lumineux. En premier le Soleil, en numéro deux la lune. Vénus est tellement brillante, qu'on peut la voir à l’œil nu en plein jour. Tentez l'expérience. Actuellement alors que le soleil n'est pas encore couché, Vénus est déjà perceptible. Il faut avoir un regard assez affûté, mais il n'empêche que comme la lune se voit régulièrement en pleine journée, Venus est également visible en plein jour. Cette planète est visible aussi bien en ville qu'à la campagne. Malgré les pollutions lumineuses de toutes sortes, Vénus est si brillante, qu'on la voit sans aucune difficulté, sauf peut-être une difficulté à prendre en compte, l'horizon. Bien souvent Vénus est assez basse sur l'horizon. Si malheureusement vous avez des bâtiments, des arbres, des collines, des montagnes, ces obstacles vous empêcheront de voir Vénus. Mon conseil d'observation, c'est de chercher Vénus le plus tôt possible, lorsqu'elle est très haute. Vous l'avez constaté, très vite Vénus va descendre sous l'horizon. Actuellement, cette planète, en France métropolitaine, s'observe facilement jusqu'à 22h30. Autres petites choses concernant cette planète, on ne peut l'observer que pendant plusieurs semaines, le soir, dans les lueurs du couchant. Ou alors durant plusieurs semaines, que le matin, dans les lueurs du levant. Donc dire que c'est la première à paraître le soir, c'est vrai, parfois, mais pas tout le temps.
A bientôt !
[© Palais de la Découverte, Universcience 2020].
Observer les étoiles filantes Vidéo sous-titrée
Observer les étoiles filantes

[Sébastien Fontaine, responsable de l'unité d'astronomie et d'astrophysique du Palais de la découverte à Paris].
Enfant hors champ : Papa c'est quoi ils étoiles filantes ? Papa c'est quoi une étoile filante ? Pff, s'il te plaît Papa ! 
Sébastien Fontaine : Mais c'est vrai ça, c'est quoi une étoile filante ?
D'abord les étoiles filantes ne sont pas des étoiles même si pendant longtemps on a cru que durant la nuit les étoiles pouvaient se décrocher du ciel pour tomber sur terre. Ce n'est pas la bonne explication, alors on a également imaginé que les étoiles filantes étaient des larmes qui coulaient sur les joues des saints ou qu'elles correspondaient aux âmes des morts qui s'élevaient jusqu'au paradis. Il n'y a pas très longtemps on pensait également que grâce aux étoiles filantes et bien les champignons allaient pousser comme par magie durant la nuit. Non on oublie tout ça, aujourd'hui on sait qu'une étoile filante est un phénomène lumineux et atmosphérique qui se produit lorsqu'un objet pénètre rapidement dans l'atmosphère de la terre on appelle aussi ces phénomènes lumineux des météores et autrefois ces météores  définissaient tout aussi bien les étoiles filantes que les arcs en ciel les aurores polaires ou encore la foudre on peut classer les étoiles filantes en fonction de leur éclat. Les étoiles filantes les plus classiques sont celles qui tombent chaque nuit il s'agit finalement de poussière qui en pénétrant dans l'atmosphère illumine une partie de l'air ça provoque ces fameuses traînées lumineuses qu'on appelle donc étoiles filantes l'observation d'une étoile filante est très brève ça ne dure que quelques millisecondes. Tout commence à au moins une centaine de kilomètres  d'altitude lorsque l'objet pénètre les couches denses de l'atmosphère ensuite vient la catégorie des boules de feu ce sont des étoiles filantes beaucoup plus brillantes persistantes, qui peuvent rester visibles une, deux, voire trois secondes là il s'agit d'objets un peu plus gros que les poussières de quelques centimètres de diamètre, qui pénètrent également l'atmosphère. Enfin, vient la catégorie des bolides, de supers étoiles filantes. Là, il s'agit d'objets beaucoup plus massives beaucoup plus imposants, de plusieurs centimètres, des dizaines de centimètres parfois et ce sont ces corps qui ne se désintègrent pas complètement dans l'atmosphère et qui finissent par heurter la planète que l'on peut retrouver ces cailloux d'origine extraterrestre sont les fameuses météorites. Constamment, des objets tentent de tomber sur Terre. Voilà pourquoi tous les jours, toutes les nuits, on peut voir des étoiles filantes. A certaines périodes de l'année la Terre croise sur sa trajectoire autour du soleil de véritables nuages de poussière et cela provoque de véritables pluies d'étoiles filantes. Il y a plusieurs pluies dans l'année, les plus connues se déroulent au mois d'août et mois de novembre lorsqu'on les observe on a le sentiment que les étoiles filantes semblent toutes venir d'une même région du ciel une constellation. Voilà pourquoi on parle de la pluie d'étoiles filantes des Perséides au mois d'août, parce que les étoiles filantes semblent provenir de la constellation de Persée et que nous parlons de la pluie des Léonides au mois de novembre parce qu'à cette époque les étoiles filantes semblent provenir de la constellation du Lion. Mon conseil d'observation est très simple, la chaise longue. Vous vous installez sur une chaise longue, les yeux grands ouverts sur l'espace et vous attendez que ça tourne. Ca me donne bien envie d'observer des étoiles filantes, moi ! 
[Commentaire : il fait nuit. Sébastien Fontaine s'est installé sur une chaise, dehors, et il porte une lampe frontale sur le front].
On y va ? Et voilà, je me suis installé dans cette chaise longue. Je vais pouvoir profiter du spectacle voir beaucoup d'étoiles filantes. Je vous souhaite à tous une bonne nuit et à bientôt ! 
[© Palais de la Découverte, Universcience 2020].
Mesurer la circonférence de la Terre Vidéo sous-titrée
Mesurer la circonférence de la Terre
[Alain Redding, médiateur scientifique de l'Unité d'Astronomie du Palais de la découverte].
Bonjour, je m'appelle Alain Redding. Je suis médiateur en astronomie au palais de la découverte. Je vais aujourd'hui vous parler de la terre et plus précisément de la mesure de la circonférence terrestre.
Savez vous depuis quand sait-on que la terre est ronde ? Une fausse croyance laisse penser qu'il a fallu attendre les voyages de Christophe Colomb ou les observations de Galilée pour savoir que la terre était ronde. Or on sait que la terre est ronde depuis la plus haute antiquité, depuis les observations d'Aristote, au 4° siècle avant notre ère.
Plus d'un siècle après Aristote, au 3° siècle avant notre ère, Eratosthène, alors directeur de la bibliothèque d'Alexandrie, imagine une méthode purement géométrique pour déterminer la circonférence terrestre. Eratosthène, s'aperçoit qu'à sienne, le 21 juin à midi, le fond d'un puits est éclairé. Autrement dit les rayons du soleil arrive exactement à la verticale. A Alexandrie ville située sur le même méridien que Sienne, au nord de celle-ci, les rayons du soleil n'arrive pas exactement à la verticale le 21 juin à midi. Eratosthène place ainsi un gnomon, un bâton vertical planté dans le sol qui projette alors une ombre. A partir de la hauteur gnomon et de la longueur de l'ombre, on en déduit l'angle entre la pointe du gnomon et l'extrémité de l'ombre. Eratosthène trouve un angle égale à 7,2 degrés. Regardez ces deux angles sont dits alterne, interne. Autrement dit ces deux angles sont égaux Eratosthène en déduit une différence d'angle entre Sienne et Alexandrie de 7,2 degrés. 7,2 degrés c'est un cinquantième de la circonférence terrestre. Eratosthène engage alors des marcheurs du désert (bématistes) pour déterminer la distance séparant Sienne et Alexandrie Les marcheurs du désert comptent leur nombre de pas entre ces deux villes. Le stade étant l'unité de distance à cette époque, les bématistes trouvent une valeur de 5000 stades. Sur un globe. La distance entre Sienne et Alexandrie de 5000 stades correspond à un cinquantième de la circonférence terrestre. En multipliant cette valeur de 5000 stades par 50, Eratosthène en déduit la circonférence terrestre soit 225000 stades, c'est à dire environ 39375 kilomètres. Nous sommes véritablement très proche de la valeur admises aujourd'hui, à savoir environ 40000 kilomètres. Les astronomes ont répété cette mesure de calcul de circonférence terrestre. Ils se sont aperçus que la terre était légèrement aplatie aux pôles. La terre est une sphère imparfaite, c'est un géoïde. A bientôt pour de nouvelles découvertes.
[©Palais de la Découverte, Universcience 2020].
Le phénomène des saisons 3/3 Vidéo sous-titrée
Le phénomène des saisons 3/3
[Philippe Thebault, astronome à l'Observatoire de Paris et médiateur de l'unité d'astronomie au Palais de la découverte].
Alors, maintenant on peut se poser la question mais pourquoi donc la hauteur du soleil au dessus de l'horizon et la durée du jour va varier au cours de l'année. Alors, pour comprendre ça il va falloir qu'on fasse un petit peu d'astronomie. Alors, si on devait résumer ça en une phrase on dirait que c'est parce que la direction de rotation de la Terre sur elle-même ne coïncide pas avec sa direction de rotation autour du soleil. Alors, regardons ça un petit peu plus en détail. Alors, tout le monde sait que la Terre tourne sur elle même, la Terre tourne sur elle même en 24 heures autour de son axe des pôles sud et nord. Et bien sûr tout le monde sait que la Terre a un deuxième mouvement, elle tourne autour du soleil, elle tourne autour du soleil en 365 jours environ, dans un plan qu'on appelle le plan de l'écliptique. Eh bien, il se trouve qu'il y à un angle d'environ 23 degrés entre ces deux directions de rotation et donc, si on combine ces deux mouvements et qu'on regarde tout ça depuis l'espace, voici ce qu'on obtient. Alors, comme la direction de l'axe des pôles terrestres ne change pas, c'est à dire qu'elles pointent toujours dans la même direction du ciel quel que soit le moment de l'année, on voit que suivant la position de la Terre sur son orbite les conditions d'ensoleillement pour l'hémisphère nord et pour l’hémisphère sud vont fortement varier. Plaçons nous par exemple le 21 décembre. Alors le 21 décembre, vous voyez que la direction nord de l'axe des pôles de la Terre pointe dans la direction opposée à celle du soleil. Ça veut dire quoi ? Cela veut dire que dans l'hémisphère nord, les rayons du soleil vont arriver bien plus rasant, alors que dans l'hémisphère sud, les rayons du soleil vont arriver bien plus verticaux. Autrement dit ça veut dire que pour quelqu'un qui habite dans l'hémisphère nord par exemple, quelqu'un qui habite à 49 degrés de latitude nord, la latitude de Paris, et bien cette personne va voir le soleil assez bas sur son horizon locale à elle alors qu'une personne qui est à la même latitude dans l'hémisphère sud va avoir le soleil beaucoup plus haut sur son horizon locale à elle. Et on peut aussi voir que la partie de l'hémisphère nord éclairé par le soleil est bien plus petite que la partie de l'hémisphère nord qui ne l'est pas. Ça veut dire quoi ça ? Eh bien ça veut dire que pour quelqu'un dans l'hémisphère nord, la durée du jour est bien plus courte que la durée de la nuit. A l'inverse, dans l'hémisphère sud on voit que la partie éclairée par le soleil est bien plus grande que la partie qui ne l'est pas et donc cette fois ci on aura le jour qui est beaucoup plus long que la nuit. Alors, si maintenant on attend trois mois, on arrive à l'équinoxe de printemps. On voit qu'à ce moment là la situation devient parfaitement symétrique entre les deux hémisphères. A l'équinoxe, le jour et la nuit ont exactement la même durée, douze heures partout sur Terre. Et si on attend à nouveau trois mois, on arrive au solstice d'été le 21 juin. Cette fois ci on voit que la situation s'est inversée entre les deux hémisphères. Cette fois ci, la direction nord de l'axe des pôles terrestres pointe vers le soleil et donc cette fois ci, les rayons du soleil vont arriver bien plus verticaux dans l'hémisphère nord et bien plus rasant dans l'hémisphère sud et par ailleurs, dans l'hémisphère nord la partie éclairée par le soleil est bien plus grande que la partie qui ne l'est pas et dans l'hémisphère sud c'est l'inverse, la partie éclairée par le soleil est bien plus petite que la partie qui ne l'est pas donc le jour est plus long que la nuit dans l'hémisphère nord et le jour est plus court que la nuit dans l'hémisphère sud. Et, si on attend encore trois mois, on arrive à l'équinoxe d'automne, cette fois ci la situation est à nouveau symétrique et le cycle continue.
Donc, en résumé, on a une cause astronomique, c'est à dire, la différence de direction entre l'axe de rotation de la Terre sur elle-même et son axe de rotation autour du soleil qui explique pourquoi la durée du jour et la hauteur du soleil au dessus de l'horizon va varier au cours de l'année. Et c'est cette variation de hauteur du soleil et de durée de la journée qui va vous expliquer les saisons.
[©Palais de la Découverte, Universcience 2020].
La combustion Vidéo sous-titrée
La combustion
[Sarah Christophe, médiatrice scientifique de l'unité de chimie du Palais de la découverte].
Bonjour à tous et bienvenue pour une nouvelle petite découverte. Je m'appelle Sarah Christophe et je suis médiatrice en chimie au Palais de la découverte. Et aujourd'hui je vous propose de parler de combustion.
Alors la combustion qu'est ce que c'est ? C'est la réaction chimique, autrement dit la transformation de la matière qui se produit lorsqu'on fait du feu. Et donc pour avoir de la combustion, il faut de la matière à transformer. Pour faire du feu, il faut tout d'abord un combustible, cette matière qui va brûler donc par exemple du bois, le papier, de l'essence, et même certains gaz comme le méthane. On a également besoin d'un comburant. Le comburant c'est par exemple du dioxygène, c'est le comburant le plus classique. On l'appelle parfois oxygène court qui se trouvent dans l'air autour de nous. Alors le combustible et le comburant ça ne suffit pas. Il faut aussi apporter de l'énergie pour déclencher la transformation de la matière. ça fait tout simplement une étincelle ou de la chaleur. C'est le cas quand on utilise des allumettes ou un briquet par exemple. Et quand toutes ces conditions sont réunies, on obtient de la combustion. Dans notre exemple de tout à l'heure le combustible c'est la cire de bougie, le comburant le dioxygène de l'air, et l'énergie provient du briquet. Et si on enlève une de ces trois conditions, et bien la combustion ne peut plus avoir lieu puisque la combustion est une transformation de la matière, on peut se demander en quoi se transforme le combustible et le comburant. Pour répondre à cette question il faut aller un petit peu plus loin dans ce qui constitue la matière. La matière est constituée de sortes de briques qu'on appelle des atomes. En fonction du type d'atomes et de la façon dont ils sont organisés, on obtient une matière plutôt qu'une autre. Quand on assiste à une transformation de la matière, ce sont simplement les atomes qui se réorganisent. Pour mieux comprendre cette réorganisation, je vous propose de vous intéresser à l'exemple de la combustion du méthane en présence de dioxygène. Lors de la combustion, les atomes qui constituent le méthane, c'est à dire du carbone ici en noir et de l'hydrogène ici en blanc, et les atomes qui constituent le dioxygène, c'est à dire de l'oxygène ici en rouge, se réorganisent pour former du dioxyde de carbone avec du carbone et de l'oxygène, et de l'eau avec de l'oxygène et de l'hydrogène. Comme le méthane, la cire de bougie contient du carbone et de l'hydrogène. Donc quand on fait brûler une bougie, on obtient également du dioxyde de carbone et de l'eau. Mais la cire de bougie a une composition un peu plus complexe que le méthane, est donc on obtient également d'autres matières à base de carbone, qu'on peut observer en plaçant simplement le fond d'un verre au contact de la flamme. On observe ces matières, c'est ce qui forme la suit. Voilà j'espère que vous en avez appris un peu plus sur la combustion. Je vous remercie et je vous dis à bientôt pour une nouvelle petite découverte.
[©Palais de la Découverte, Universcience 2020].
Le diamagnétisme de l'eau Vidéo sous-titrée
Le diamagnétisme de l'eau
[Anthony Mkrtchian, médiateur scientifique de l'Unité de Physique du Palais de la découverte].
Bonjour et bienvenue dans ce nouvel épisode des petites découvertes, la nouvelle playlist Youtube du Palais de la découverte, à retrouver tous les mardis, jeudis et vendredis à 17h.
Je m'appelle Anthony, je suis médiateur en physiques. Et dans cette vidéo je vais montrer une expérience très marrante à faire chez vous : aimanter de l'eau.
Eh si ! Ce n'est pas une blague. Pour être plus précis, on va parler ici d'une propriété de la matière qu'on appelle le diamagnétisme. C'est la propriété d'un matériau d'être repoussés par un champ magnétique.
J'ai ici un aimant, voilà, et autour il y a un champ magnétique. Un invisible pour nous mais qui est bel et bien présent. Voici une clé de bricolage en acier. Voici un aimant, c'est attiré grâce au champ magnétique. Il se trouve que l'eau est diamagnétique. Autrement dit, l'eau est repoussée par un champ magnétique. Mais ce qui est très bizarre, c'est quand on fait l'expérience chez nous. Quand je prends un aimant et que j'accroche l'aimant de l'eau il ne se passe absolument rien. Pourquoi ? Parce qu'en fait, c'est un phénomène très peu intense. Et pour pouvoir l'observer il vous faut tout simplement 2 bouteilles en plastique, un cintre toujours en plastique, de l'eau bien sûr et uniquement pour la vidéo je vais rajouter un peu de colorant : de la fluorescéine. Cela n'a aucun impact sur la suite de l'expérience mais c'est juste pour mieux voir l'eau. Et en bonus ce colorant a la particularité de devenir fluorescent lorsqu'on l'éclaire avec des ultra violets. Regardez-moi ça. Bon c'est bien joli mais restons dans le thème de la vidéo. Vous aurez encore besoin d'un peu de ficelles, du scotch et sans oublier, un aimant.
Mais attention ! Un aimant au néodyme c'est à dire bien bien costaud. Tout de suite, passons à la première étape qui consiste à remplir les deux bouteilles avec la même quantité d'eau pour qu'elles fassent à peu près la même masse. C'est très important. Ensuite deuxième étape, fixez tout simplement ces 2 bouteilles à l'aide du scotch à chaque extrémité du cintre. Et enfin dernière étape, accrochez le cintre en équilibre à la ficelle pour lui permettre de tourner librement autour de son axe. Et donc observez la moindre perturbation que les bouteilles pourraient subir. Passons tout de suite à l'expérience. Je vais rapprocher l'aimant de la bouteille d'eau et regardez. Incroyable ! La bouteille d'eau est bien repoussée par le champ magnétique de l'aimant. L'eau s'aimante bien et sera toujours repoussée par un champ magnétique quoi qu'il arrive, peu importe son sens. Bon en réalité, le plastique aussi est repoussé par un champ magnétique mais de manière encore moins intense. Attention ! Pour que l'expérience fonctionne correctement, il faut impérativement que tous les matériaux du système soient diamagnétiques. La bouteille d'eau est diamagnétique, c'est du plastique. L'eau aussi est diamagnétique, mais si maintenant je m'amuse à coller un trombone sur la bouteille d'eau, puisque le trombone est en fer. Et le fer est très fortement attiré par les aimants. Et bien ce phénomène prendra le dessus. On appelle ça le ferromagnétisme pour info. Alors bien sûr regardé l'expérience tout de suite. J'ai approché l'aimant, vous voyez que directement la bouteille d'eau vient se coller à l'aimant. C'est un cas particulier du diamagnétisme, qu'on appelle le diamagnétisme parfait, qu'on peut trouver avec les matériaux supraconducteurs. Je ne vous en dis pas plus, il y a une vidéo consacrée entièrement à la supraconduction sur cette chaîne. Allez jeter un petit coup d'œil.
Voilà c'est la fin de cette vidéo. Si elle vous a plu, mettez un j'aime, partagez la avec vos amis sur les réseaux sociaux pourquoi pas, et surtout si vous avez des questions, posez-les en commentaires j'y répondrai. N'oubliez pas le rendez-vous tous les mardis, jeudis et vendredis à 17h.
A bientôt !
[©Palais de la Découverte, Universcience 2020].
A fleur de peau (l'acuité tactile) Vidéo sous-titrée
A fleur de peau (l'acuité tactile)
[Stéphanie Kappler, médiatrice des Sciences de la vie au Palais de la découverte].
Bonjour. Je suis Stéphanie Kappler, médiatrice scientifique au Palais de la découverte dans l'unité des sciences de la vie. Et aujourd'hui je vous propose une expérience simple sur le sens du toucher. Une expérience qui se réalise de préférence à 2, mais que vous pouvez aussi faire seul. Et le matériel dont vous aurez besoin est tout aussi simple que l'expérience, puisqu'il vous suffit d'avoir un trombone et avec ce trombone vous allez tester l'acuité tactile de différentes zones de votre corps.
Mais qu'est-ce que l'acuité tactile ?
C'est la capacité à percevoir 2 stimulations distinctes, 2 pressions exercées sur la peau par 2 pointes différentes. Vous allez déplier votre trombone pour former une sorte de U, et essayer d'écarter les pointes au départ de 3/4 mm. Ensuite il vous faut un cobaye. Le mieux c'est de prendre un être humain. Mais comme je n'en ai pas sous le coude, je vais prendre Georges. Ne montrez pas à votre cobaye ce que vous avez en main. Et demandez lui de fermer les yeux. Ensuite, appliquez délicatement les 2 pointes du trombone sur différentes parties de son corps. Commencez par exemple par les doigts, et demandez-lui combien de pointes il distingue. Continuez avec le bras, la joue, les lèvres, la langue, le ventre, le bas du dos, la cuisse, le mollet, et à chaque fois même question. Combien de pointes sens-tu ?
Ici en rouge est représentée la zone qui lorsqu'elle est touchée, va activer la terminaison nerveuse qui se trouve juste en dessous. On parle de champ récepteur. Et à côté en bleu, ça pourrait être le champ récepteurs de la terminaison nerveuse adjacente. Donc comme les champs récepteurs son petits, lorsqu'on approche 2 pointes peu écartées, on a de fortes chances d'activer 2 terminaisons nerveuses différentes. Il y a donc deux messages différents qui seront envoyés au cerveau. Et c'est pour ça qu'on perçoit bien les deux pointes.
Au niveau de l'avant-bras, il ya moins de terminaisons nerveuses, et les champs récepteurs sont beaucoup plus grands. Donc lorsque l'on applique les mêmes 2 pointe sur le bras, il y a de fortes chances que l'on active une seule terminaison nerveuse. Il n'y a donc qu'un seul message qui est envoyé vers le cerveau. C'est pour ça que l'on ne perçoit qu'une seule pointe. Pour percevoir les 2 pointes, il faut donc les écarter beaucoup plus.
Et bien voilà je vous laisse maintenant tester par vous même et vous souhaite une bonne découverte.
[©Palais de la Découverte, Universcience 2020].