Bibliothèque en ligne

Applications

Le velcro inspiré de la bardane

L'ingénieur Suisse Georges de Mestral a eu l'idée de créer le fameux "scratch" qui consiste en deux bandes recouvertes chacune d'une texture différente, permettant lorsqu'on les met en contact d'obtenir rapidement une liaison amovible.

 En 1941, en revenant de la campagne en compagnie de son chien, il remarqua combien il était difficile d'arracher des petites boules (graines de Bardane) qui s'agrippaient à son pullover et à la fourrure de son chien. Surpris par le pouvoir d’accrochage de ces fleurs, il les observa au microscope et remarqua qu'elles avaient de petits crochets élastiques qui, lorsqu'on les mettait en contact avec un tissu, s'accrochaient aux mailles. Lorsqu'on les décrochait, ils retrouvaient leur forme originale. Il imagina deux morceaux de tissu nylon, l'un avec des milliers de petites boucles et l'autre avec des milliers de petits crochets : le velcro (velours et crochets).

Voir aussi : Vidéo E=M6 sur le velcro, 2011 (1 min 12)

Le papier de bois inspiré des nids de guêpes

Au début du 18ème siècle, un savant, François Réaumur, observe les guêpes et remarque que la matière de leur nid ressemble fort à du papier. Il se met à chercher à partir de quel matériau ce papier est fait, jusqu’à ce qu’il surprenne une guêpe en train de débiter de ses mandibules le châssis de sa fenêtre.

  Il comprend donc qu’elles mâchent du bois pour faire leur nid. Il a alors l’idée de fabriquer du papier à partir du bois plutôt que de chiffon. Son mémoire paraît en 1719 ; son intuition ne sera traduite en procédé efficace qu’en 1842.
Encore aujourd’hui le bois reste la matière principale pour fabriquer les papiers et les cartons.

L'informatique s'inspire des réseaux de neurones

"On peut aller plus loin que copier simplement des structures : pourquoi ne pas aussi copier les procédés, les fonctionnements mis en œuvre par la nature ?

L'informatique doit beaucoup à l'étude du fonctionnement des circuits nerveux. 

C'est le cas des réseaux de neurones, des modèles de calcul dont la conception est très schématiquement inspirée du fonctionnement de vrais neurones.
D'abord, on représente de façon mathématique et informatique un neurone biologique : c'est un neurone formel. Il possède plusieurs entrées et une sortie qui correspondent aux dendrites et au cône d'émergence du neurone biologique. Les actions excitatrices et inhibitrices des synapses sont représentées par des coefficients numériques associés aux entrées. Dans sa version la plus simple, un neurone formel calcule la somme pondérée des entrées reçues, puis applique à cette valeur une fonction. La valeur finale obtenue est la sortie du neurone.
Capables d'apprentissage, de prise de décision et de perception plutôt que seulement de raisonnement formel, ces réseaux sont utilisés pour diverses applications en intelligence artificielle."
 

Source : L'art de copier le vivant. - linternaute.com, 2008

Des matériaux inspirés de la feuille de lotus

Posées sur une feuille de lotus, les gouttes d’eau restent presque sphériques car les feuilles possèdent des propriétés hydrophobes qui permettent aux feuilles de lotus de se protéger de l’eau. A cause de leur très faible contact avec la feuille, les gouttes n’adhèrent presque pas et roulent en emportant les poussières.

 L’Agence spatiale américaine (NASA) s'inspire de cette propriété du lotus pour fabriquer un revêtement pour les équipements spatiaux (équipements des astronautes) qui empêchera la poussière de se déposer.
D’autres applications de l’effet lotus existent dans le commerce comme des peintures de façade, des tuiles et des tissus.

 D'après :

L’adhésif inspiré du Gecko

Ce lézard a une capacité étonnante : il peut faire l’ascension d’un mur de verre. Pourtant ses pieds ne sont pas couverts de ventouses ou d’une quelconque substance adhésive.

Ces lézards utilisent les propriétés des forces de Van der Waals. Plusieurs équipes de recherche veulent fabriquer des matériaux intelligents comme le ruban adhésif qui utiliseraient les mêmes propriétés que le Gecko. Les scientifiques de BAE System en Angleterre ont mis au point une surface artificielle appelée « synthetic gecko » présentant une très forte capacité d’adhésion sans colle ni pression.

 D'après :

Retour en haut