Bibliothèque en ligne

Questions-Réponses

Tous publicsMédecine - santé,Technologies de l'information et de la communicationDéficients visuels,Sourds,Malentendants,Mobilité réduite

Comment caractériser la voix ?

La voix est caractérisée par la hauteur qui mesure la qualité d'un son plus ou moins grave ou aigu, et dépend du nombre de vibrations des plis vocaux ; la durée ou tenue des sons qui dépend de la pression de l'air expiré, et l’intensité qui fait distinguer un son fort d'un son faible, et est liée à l'amplitude des vibrations.

L'unité de mesure de cette intensité est le décibel (symbole: dB). Une conversation normale se situe entre 20 et 50 dB, une discussion animée  entre 50 et 65 dB. Un bruit devient douloureux à l'oreille à partir de 120 décibels et au dessus de 160 décibels on peut parler de sons destructeurs !

Une voix se distingue selon la tessiture, la puissance et le timbre.

Pour aller plus loin :

Pourquoi les voix d’hommes sont-elles plus graves ?

Parce que leurs cordes vocales sont plus longues et plus épaisses. Les sons vocaux sont produits par la vibration des cordes vocales. Le ton de la voix dépend de la fréquence à laquelle vibrent ces cordes. Elle se mesure en Hertz, qui est le nombre d’oscillations par seconde. La fréquence moyenne atteint 125 hertz (Hz) chez les hommes, 210 Hz chez les femmes, et plus de 300 Hz chez les enfants.

Quand les cordes vocales sont congestionnées (par exemple lors d’une laryngite), elles vibrent plus difficilement et la voix devient alors basse et rauque.

Quels sont les 4 mécanismes laryngés ?

On dénombre 4 mécanismes vibratoires :

- Mécanisme 0 (M0) est également appelé « fry ». Essentiellement accessible aux hommes, il est parfois utilisé en voix parlée sur le son “euh” et ressemble à un gargarisme sans eau. Ici, la tension des plis est si faible que la vibration n’est pas périodique. Les sons peu sonores n’ont pas de hauteur clairement identifiable (Hollien et Michel, 1968). Si vous fredonnez doucement la note la plus basse possible, vous serez probablement en M0. Sinon écoutez la voix d’outre tombe à la fin de la chanson "Thriller "de Michaël Jackson.

 - Mécanisme 1 (M1) est habituellement associé à ce que des chanteuses décrivent comme leur « voix de poitrine » et les hommes comme leur voix normale. Ce mécanisme est utilisé pour parler et produire des sons bas et moyens. C’est le mécanisme le plus fréquent chez l’homme. Il permet de produire des sons entre 80 et 400Hz. En M1, la quasi-totalité de la masse et la longueur des cordes vocales vibrent.

- Mécanisme 2 (M2) est associé au registre de voix de « tête » des femmes et au falsetto chez les hommes. Il est utilisé pour produire des sons medium et aigus pour les femmes, et des fréquences élevées pour les hommes. C’est le mécanisme le plus fréquent chez la femme. Il permet de produire des sons entre 300 et 1500 Hz. En M2, une fraction réduite de la masse du pli vocal vibre. Ceci implique l’allongement d’environ deux tiers de la longueur des plis vocaux sur une largeur et épaisseur amoindrie.

- Mécanisme 3 (M3) ou « voix de sifflet », à l’opposé du « fry », permet de développer un son extrêmement aigu utilisé lors de certains cris, notamment chez les chanteuses lyriques. Cette « voix de sifflet », essentiellement accessible aux femmes, est une voix détimbrée, comparable à une sirène ou un crissement de craie.

Voix de poitrine ou voix de tête, de quoi s'agit-il ?

La « Voix de poitrine » correspond au registre grave. La résonnance se produit dans les cavités sous-glottiques. Les sons graves sont produits en mécanisme M1.

La « Voix de tête » correspond au registre aigu. La résonnance se produit dans les cavités sus-glottiques. Les sons aigüs sont produits en mécanisme M2.

Cependant le passage d’un mécanisme à l’autre provoque un changement de timbre important, et peut même être accompagné d’un saut de fréquence. Une importante technique vocale a donc été développée, visant à atténuer le passage de mécanismes, et même à obtenir un continuum de timbre d’un mécanisme à l’autre, pour les besoins du chant occidental.

Comment est mesurée la pression de l’air ?

La pression sous-glottique, alimentée par la contraction des muscles expirateurs, se mesure en centimètres d’eau. Elle s’élève à : 
- 10 cm d’eau dans la parole habituelle
- 30 cm d’eau dans le chant de salon
- 50 cm d’eau dans les efforts oratoires
- > 150 cm d’eau dans le chant théâtral

Qu'est-ce que la synthèse vocale ?

La synthèse vocale est une technique informatique de synthèse sonore qui permet de créer de la parole artificielle à partir de n'importe quel texte.

Pour obtenir ce résultat, elle s'appuie à la fois sur des techniques de traitement linguistique, notamment pour transformer le texte orthographique en une version phonétique prononçable sans ambiguïté, et sur des techniques de traitement du signal pour transformer cette version phonétique en son numérisé écoutable sur un haut parleur. Il s'agit, comme la reconnaissance vocale, d'une technologie permettant de construire des interfaces vocales.

Pour aller plus loin :

Les micro ont-ils changé les techniques vocales ?

Pour faire la part des choses entre un chant avec ou sans microphone, il est nécessaire de répondre aux questions suivantes : dans quel environnement l’utiliser ? Le lieu sera-t-il bruyant ou calme, avec un bruit de fonds, un accompagnement musical ..? Quelle est la sensibilité de la membrane du microphone ?Le son sera-t-il naturel ou optimisé ?

Où placer le micro ?
• à une dizaine de centimètres de la bouche, aussi près que possible pour éviter d'être encombré par des réflexions acoustiques indésirables ou par de la réverbération ;
• pas trop près non plus. L'effet de proximité se caractérise par une augmentation de la réponse des fréquences basses et peut parasiter l'intelligibilité de la voix (saturation du son);
• près de soi pour chuchoter, créer une ambiance intimiste, calme ; s’en éloigner pour du plein volume ;
• vers la bouche depuis le haut ou le bas pour minimaliser les effets de “popping” provoqués par les consonnes explosives (ex: "p"ou "t") ;

Comment éviter les bruits inopportuns ?
• utiliser un filtre anti-pop qui peut également servir à maintenir une distance convenable avec le micro ;
• éviter les réflexions causées par des surfaces dures, telles que tables ou murs, qui peuvent nuire à la qualité du son capté par le microphone ;
• se protéger du risque d’effets Larsen.(4)

Peut-on remplacer les cordes vocales ?

Oui. Un homme qui avait perdu ses cordes vocales dans un accident de la route, il y a 20 ans, a pu retrouver sa propre voix, après avoir subi une triple greffe, celle du larynx, de la tyroïde et de la gorge. Les médecins ont préféré attendre plus de trois ans après l'opération pour faire part de cette totale réussite.

Pourquoi la voix change si on inhale de l’helium ?

La vitesse du son est plus élevée dans l'hélium que dans l’air, les fréquences sont amplifiées. Le son devient aigu.

Quel rôle joue la phonétique ?

La phonétique étudie les sons (ce qui est émis, ce qui est perceptible) et le phénomène entraînant la vibration des cordes vocales avec les voyelles. Indépendante du sens, elle s'applique à toutes les langues.

- La phonétique articulatoire s'occupe de la production et de l'émission des sons, elle se base sur des critères articulatoires et s'appuie sur la physiologie.
- La phonétique acoustique s'occupe de la propagation et de la réception des sons. Elle s'appuie sur la physique.

Qu'est-ce qu'un virelangue ?

Un virelangue (ou casse-langue ou fourchelangue) est une locution (ou une phrase ou un petit groupe de phrases) à caractère ludique, caractérisée par sa difficulté de prononciation ou de compréhension orale, voire des deux à la fois. On parle aussi de trompe-oreilles lorsqu’une phrase est difficile à comprendre et donne l’impression d’être en langue étrangère.

Quel est le secret du ventriloque ?

En fait, il modifie son mécanisme laryngé, son articulation, ses cavités de résonance, et se construit un nouveau schéma corporel vocal : la langue remplace les lèvres...

Pour en savoir plus :

Retour en haut