Bibliothèque en ligne

Les rayonnements en médecine

Depuis la fin du XIXe siècle, les rayonnements permettent d’explorer les structures internes du corps humain.

Pendant la première guerre mondiale, utilisation d'un fluoroscope lors de l'extraction d'une balle | Wikimedias Commons

Du rayonnement, nous ne voyons que les ondes de la lumière, c’est-à-dire les ondes du domaine visible. Les rayons gamma, X, ou les ondes radio sont « invisibles » à l’œil nu. Pourtant, nous baignons dans un bain permanent de rayons, même si nous n’y sommes pas sensibles. Les rayonnements permettent, depuis la fin du XIXe siècle, d’explorer les structures internes du corps humain. Paradoxalement, ces rayonnements « invisibles » permettent de franchir la barrière de la chair, et révèlent ce que l’homme n’est pas capable de voir !

Rayonnement et imagerie médicale

La première application médicale du rayonnement (synonyme de radiation) est la radiologie grâce à laquelle un diagnostic est établi. Pour ce faire, on utilise certaines ondes électromagnétiques, qui présentent des propriétés intéressantes d’interaction avec les tissus biologiques pour la formation d’images. Les rayons, dits ionisants, sont capables de traverser les tissus biologiques. Cette propriété permet de les utiliser pour obtenir des images diagnostiques en radiographie, tomographie et scintigraphie.

Le rayonnement est aussi utilisé pour le traitement médical. Certains rayons ont la capacité de détruire les cellules. Ils sont utilisés en radiothérapie, afin d’éliminer des cellules cancéreuses par exemple. Un rayonnement ionisant possède assez d'énergie pour créer des dommages dans la matière qu'il traverse, endommager ses constituants cellulaires et l’ADN. En cas d'exposition à de fortes doses, il peut apparaître un dysfonctionnement de l'organisme, des lésions cutanées aux radiodermites.

En fonction de leur longueur d'onde, les rayonnements électromagnétiques ont une application différente. Plus leur énergie est élevée, plus les rayonnements ont la capacité de traverser les tissus biologiques.

Retour en haut