400 ans d'histoire partagée... Entre la science et la guerre, l'alliance est ancienne. Certes, les sciences font souvent l'objet d'applications pratiques, pour le meilleur ou pour le pire, mais selon une opinion répandue, elles constitueraient des connaissances déconnectées de toute intervention. On peut se demander si cette perception n'est pas infiniment trompeuse. Pour qui regardent les choses telles qu'elles furent historiquement, les sciences apparaissent plutôt comme des systèmes de savoirs et de pratiques visant à maîtriser le monde naturel et humain, visant certes à comprendre la nature, mais aussi, et indissociablement à agir sur elle, à la modifier - et à faire la guerre.

Ce cycle est organisé en partenariat avec le Centre Alexandre Koyré et placé sous la direction de Dominique Pestre.

 

Guerre et science : un pacte indéfectible ?

Dominique Pestre, directeur d'étude à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), directeur du Centre Alexandre Koyré

 

14-18 : du laboratoire médical au champ de bataille

Anne Rasmussen, maître de conférence à l'université de Strasbourg I

 

Du gaz moutarde à la bombe : la mobilisation des chimistes

Pap Ndiaye, maître de conférence à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS)

 

11 septembre 2001, et après ?

Thérèse Delpech, chercheur associé au Centre d'Etudes et de Recherches Internationales (CERI, FNSP)