Ressources

Juniors

Jeux, manips et actu... pour les 9-14 ans

L'actu des juniors

Saleté de moustique tigre !

Septembre 2014

Arrivé dans le Sud de la France en 2004, le moustique tigre ne cesse de gagner du terrain. En plus d’être vorace et de piquer de manière agressive, il est vecteur de plusieurs maladies comme la dengue et le chikungunya. Ces maladies, qui sévissent depuis plusieurs années dans les départements français d’Outre-mer, sont désormais présentes en France métropolitaine.

© James Gathany, wikipédia
Une espèce invasive

Il existe plus de 3 500 espèces de moustiques dans le monde, dont certains transmettent des maladies aux humains, la plus grave étant le paludisme (ou malaria) qui cause chaque année la mort de plus de 600 000 personnes.

Aedes albopictus, communément appelé moustique tigre, est originaire d’Asie du sud-est.  Depuis quelques dizaines d’années, il a étendu son territoire aux régions non tropicales et s’est implanté dans plusieurs pays tempérés d’Europe. Du fait de son expansion et de sa nocivité (il transmet les virus de la dengue et du chikungunya), il figure parmi les espèces invasives les plus nuisibles de notre siècle.

Portrait et comportement du moustique tigre

D’une taille variable allant de 2 à 8 millimètres de long, le moustique tigre est surtout reconnaissable par la ligne blanche qui circule le long de son thorax noir et par les rayures blanches qui recouvrent son abdomen et ses pattes. Cette espèce vit près des habitats, est diurne et pique surtout le matin et le soir. Ses piqûres démangent presque aussitôt et produisent des boutons plus ou moins gros selon la peau des personnes.

Les moustiques se nourrissent de nectar ; seule la femelle pique car elle a besoin de sang pour assurer le développement de ses œufs. En même temps qu’elle pique, elle injecte de la salive pour que le sang prélevé soit plus fluide ; c’est l’injection de cette salive qui provoque les démangeaisons et transmet les virus.

Son cycle de développement

Le moustique tigre vit en moyenne de quatre à six semaines ; les femelles pondent tous les trois ou quatre jours entre 100 et 300 œufs.

Après avoir prélevé du sang, la femelle pond ses œufs dans de l’eau stagnante : il suffit de petites flaques, de gouttières ou de soucoupes de pots de fleurs contenant de l’eau.  Dans l’eau, les œufs donnent naissance à des larves qui au bout d’une dizaine de jours deviennent des nymphes. Puis pendant 2  à 3 jours, les nymphes se métamorphosent en moustiques.

Voir la métamorphose du moustique,  une vidéo produite par EID Méditerranée

© James Gathany - Wikipédia
Transmission et symptômes des virus de la dengue et du chikungunya

Au départ, le moustique tigre n’est pas porteur de virus mais le devient en piquant une personne malade : en prélevant du sang contaminé, il contracte le virus, puis le transmet par sa salive aux personnes qu’il pique ensuite. Il est vecteur de ces maladies et responsable des épidémies de dengue et de chikungunya aux Antilles ou à La Réunion.

Les virus du chikungunya et de la dengue se manifestent entre 2  et 7 jours après la piqûre. Ils provoquent tous les deux une forte fièvre, des courbatures et des maux de tête. Le virus de la dengue provoque en plus des vomissements, et celui du chikungunya, des douleurs articulaires et des éruptions de boutons. Bien qu’il soit très faible, le risque de mort dû à ces maladies existe néanmoins chez les personnes fragiles.

Prévention de ces maladies

Comme il est actuellement impossible d’éradiquer le moustique tigre, les précautions à prendre sont de deux types :

  • D’une part, limiter leurs lieux de ponte en éliminant l’eau stagnante ;
  • D’autre part, éviter que les personnes déjà infectées ne soient piquées par un moustique tigre qui pourrait à son tour contaminer d’autres personnes.

Les personnes atteintes par ces deux virus doivent donc installer des moustiquaires, allumer la climatisation ou un ventilateur (car le moustique n’aime ni le froid, ni les courants d’air) et appliquer des produits répulsifs sur le corps et les vêtements.

Moustiquaire © piccaya – Fotolia.com
Toi aussi, lutte contre le développement du moustique tigre 
  • En vidant tous les récipients contenant de l’eau ;
  • En limitant l’arrosage du jardin et des plantes ;
  • En couvrant les réservoirs d’eau (bassins, bidons, citernes) d’un tissu ou d’un voile moustiquaire
  • En incitant les adultes à nettoyer les gouttières et à entretenir les jardins qui sont des lieux de repos pour les moustiques
  • Et en te protégeant avec des produits répulsifs, en portant des vêtements longs et amples, en installant des moustiquaires.
Pour aller plus loin…

Un article du Radis vert, rédigé à partir des sources suivantes :

Santé.gouv.fr ; Inpes.santé.fr ; Ars.paca.santé.fr ; Wikipédia.fr ; Moustique-tigre.info ; Allodocteurs.fr ; Le Monde.fr 

Retour en haut