SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités

Le sperme, bon détecteur de chaleur

Les spermatozoïdes aiment le chaud. Une hausse de température d’à peine 0,5°C suffit à les attirer et à les faire se déplacer. C’est ce que démontre une étude effectuée sur des cellules de lapins et des cellules humaines par l'équipe du Pr. Eisenbach à l’Institut Weizmann en Israël. Une nouvelle donnée qui devrait à l’avenir permettre d’améliorer la fécondation in vitro grâce au guidage par la température. En effet, le signal chimique libéré par l’œuf prêt à être fécondé n’est perceptible par les spermatozoïdes que dans un champ limité. Et il ne pouvait donc pas expliquer à lui seul le voyage effectué par les spermatozoïdes depuis les trompes de Fallope.
Source : Nature Medecinevol 9, 1p. 49 - 150, fevrier 2003

Prédisposition à la lèpre

Une équipe internationale de chercheurs a identifié un gène de prédisposition à la lèpre sur le chromosome 6 humain. C’est en analysant des échantillons d’ADN de près de 100 familles vietnamiennes, incluant chacune...

En savoir plus

La maladie de Creutzfeldt-Jacob a du nez

Pour la première fois, des chercheurs italiens ont détecté la présence du prion responsable de la forme sporadique de la maladie de Creutzfeldt-Jacob dans l’épithelium nasal. Leur analyse a été effectuée chez neuf patients décédés de la maladie. Ils ont également retrouvé le prion dans la zone du cerveau chargée du système olfactif. Cette découverte pourrait permettre la mise au point d’un test de dépistage. Pour l’instant, la forme sporadique de la maladie ne peut être diagnostiquée qu’après la mort du malade.
Source : New England Journal of Medicine, 348-8, 711-719, 20 février 2003.

Rythme cardiaque troublé par un gène

Une équipe franco-américaine vient de découvrir un gène responsable du trouble cardiaque le plus fréquent : la fibrillation auriculaire. Ce gène code une protéine, appelée ankyrine B, localisée dans la membrane du muscle cardiaque, qui régule les échanges d’ions à travers celle-ci. Pour identifier ce gène, l’équipe a travaillé sur...

En savoir plus

Ce vaisseau spatial de sauvetage, conçu par la Nasa en collaboration avec l'ESA (Agence spatiale européenne), doit équiper la Station spatiale internationale en 2007.

Longueur : 9,10 m
Largeur : 4,40 m
Volume interne : 11,8 m3
Masse : 11,3 T
Equipage : 7 personnes
Fréquence de remplacement : tous les trois ans

En savoir plus

Les ministres des Transports de l'Union européenne ont débloqué, le 26 mars, les 450 millions d'euros nécessaires au développement de « Galileo », le système européen de positionnement et de navigation par satellites conçu pour des besoins civils. Plus performant et plus fiable, selon eux, que son c

En savoir plus

L'affaire de la Station spatiale internationale (ISS) met en lumière un phénomène qui a commencé en l'an 2000, lorsque deux sondes envoyées consécutivement par la Nasa vers la planète Mars ont été des échecs : ce jour-là, la Nasa est entrée en crise, une crise de confiance, une crise d'identité...

En savoir plus

Historiquement, le cannabis (chanvre indien) est originaire des contreforts de l’Himalaya. Il est cultivé par l’homme depuis des millénaires : ses fibres servaient à la fabrication de cordages, papiers ou tissus et sa résine était autrefois utilisée comme médicament pour soulager la douleur, les spasmes ou les troubles du sommeil.
Aujourd’hui, la Grande-Bretagne et certains États des États-Unis autorisent la prescription de cannabis pour certaines affections (propriétés anti-douleur et anti-vomissements du delta9-tétrahydrocannabinol).

En savoir plus

En France

La loi du 31 décembre 1970 interdit et pénalise l’usage de cannabis, classé comme stupéfiant au même titre que la cocaïne, l’héroïne, les amphétamines, le LSD, certains barbituriques… L’usager de stupéfiants encourt un an d’emprisonnement quel que soit le produit. Dans une circulaire de juin 1999, Élisabeth Guigou, alors ministre de la Justice, recommandait aux procureurs de privilégier l’orientation des usagers de drogue vers des structures de soins plutôt que de les incarcérer. Un discours qui, dans la pratique, n’est pas entendu par tous les tribunaux, si bien que les sanctions encourues par les usagers ne sont pas les mêmes dans tout l’Hexagone.

En Europe

<figure>

<figcaption> statut du cannabis dans différents pays En rouge, les pays qui criminalisent l'usage du cannabis. En vert foncé, ceux qui l'ont dépénalisé. En jaune, ceux qui ont dépénalisé l'usage de toutes les drogues. A part,...</figcaption></figure>

En savoir plus

Ils se présentent essentiellement sous deux formes :

  • l’herbe (marijuana), qui est un mélange de feuilles, tiges et sommités florales de la plante ;
  • la résine (haschich) qui est obtenue à partir des sommités florales de la plante.

 

Depuis 1998, deux nouveaux produits ont fait leur apparition en France :

  • le “skunk”, une variété de fleurs de cannabis originaire des États-Unis ;
  • le “pollen”, les étamines des plants mâles.

Ils contiennent des concentrations en delta9-tétrahydrocannabinol beaucoup plus élevées.

En savoir plus

<figure>

<figcaption> Plant de cannabis © Inserm</figcaption></figure>

Les effets immédiats et différés du cannabis sont principalement dus au delta9-tétrahydrocannabinol, le plus abondant des soixante cannabinoïdes recensés à ce jour dans la plante Cannabis sativa indica (le chanvre indien). Sa concentration est d’environ 8% pour l’herbe et 10% pour la résine mais elle peut varier selon les préparations et la provenance du produit. Depuis quelques années, des échantillons fortement concentrés (jusqu’à 22% pour l’herbe et 31% pour la résine) ont fait leur apparition.

En savoir plus

Le cannabis entraîne une faible libération d’un neurotransmetteur, la dopamine, selon un mécanisme encore à l’étude. Les récepteurs cannabinoïdes sont présents en forte densité dans le système limbique (noyau accumbens, cervelet, hippocampe, cortex). Leur distribution est corrélée aux effets du cannabis sur la mémoire, la perception sensorielle et le contrôle des mouvements.
Il ne semble pas que le cannabis entraîne une dépendance physique, même si un phénomène de tolérance (qui se caractérise par le besoin de quantités de plus en plus fortes pour obtenir l’effet recherché) a été observé chez certains consommateurs. En revanche, une dépendance psychique (les préoccupations sont centrées sur l’obtention du produit) peut être constatée lors d’une consommation régulière et répétée de cannabis.

En savoir plus
Retour en haut