SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Biologie & Santé

Le nombre de nouvelles infections par le VIH ne régresse plus depuis 10 ans. En cause : des outils de prévention parfois insuffisants et mal adaptés aux groupes les plus à risque. De nouvelles solutions émergent, notamment le traitement antirétroviral préventif (PrEP), le premier à offrir la même efficacité que le préservatif contre le VIH.

En savoir plus

L’utilisation d’une nouvelle technique d’imagerie en trois dimensions offre un nouvel élan à la taxonomie. Elle est au cœur de la découverte de quatre nouvelles espèces de fourmis, identifiées en Papouasie-Nouvelle-Guinée et aux îles Fidji.

En savoir plus

Pourquoi y a-t-il si peu de mammifères vivant dans les arbres et se nourrissant de feuilles ? Une nouvelle étude vient confirmer la théorie selon laquelle il n’est pas si aisé de survivre là-haut. Ce qui explique notamment la nonchalance du paresseux...

En savoir plus

Cela fait 10 ans que l’épidémie ne régresse plus à l’échelle mondiale. Une nouvelle étude publiée dans The Lancet HIV, et discutée lors de la 21e conférence sur le sida signale une stagnation du nombre de nouvelles infections par le VIH. En 2015, 2,5 millions de personnes ont été nouvellement diagnostiquées séropositives, soit sensiblement le même nombre que durant les 10 dernières années. De 2005 à 2015, seule une légère baisse de 0,7 % par an est enregistrée. À titre de comparaison, de 1997 à 2005, elle atteignait 2,7 %. Le nombre de décès, en revanche, continue de diminuer de manière consistante. En 2015, 1,3 million de personnes sont mortes du sida, contre 1,8 million en 2005. Une baisse en partie attribuée à un important accroissement du nombre de personnes suivant une thérapie antirétrovirale. En 2005, seuls 3,3 % des femmes et 6,4 % des hommes séropositifs en bénéficiaient. En 2015, leur proportion a atteint 42,4 % chez les femmes et 38,6 % chez les hommes.

En savoir plus

Une équipe américaine vient de dresser une cartographie mondiale des zones où se développent les maladies transmises à l’Homme par les mammifères sauvages. Leur objectif : pouvoir prévoir leur émergence afin de lutter contre leur progression.

En savoir plus

En France, 19 personnes donnent leur sang chaque minute, pour 114 malades soignés chaque heure. Ces gestes altruistes sont célébrés aujourd’hui dans le cadre de la Journée mondiale du sang. En effet, depuis 2004, l’OMS l’a instauré le 14 juin, jour de naissance de Karl Landsteiner, biologiste autrichien qui a défini les groupes sanguins en 1900 selon le système ABO. Actuellement en France, la mobilisation des donneurs est faible et les réserves en produits sanguins sont très tendues. L’établissement français du sang (EFS) tire la sonnette d’alarme depuis le 2 juin dernier, car elle doit reconstituer rapidement ses réserves.

En savoir plus

En comparant des ADN anciens et contemporains, une équipe européenne a réussi à préciser le parcours du bacille de la peste de l’Europe vers l’Asie, du Moyen-Âge au XIXe siècle. En outre, ils ont établi qu’une seule souche du bacille, celle de la peste bubonique, est à l’origine des pandémies et épidémies contemporaines.

En savoir plus

On connaissait déjà le « Human Genome Project », ce projet qui a abouti en 2003 au séquençage complet du génome humain. Des scientifiques américains ont annoncé dans la revue Science (lien) vouloir passer à la vitesse supérieure. L’objectif de ce nouveau projet intitulé « Human Genome Project-Write » est de synthétiser le génome humain : c’est-à-dire créer de l’ADN de manière artificielle en laboratoire. Le projet a déclenché des réactions contrastées, dont une vague de critiques concernant les enjeux éthiques que pose une telle démarche.

En savoir plus

Des essais cliniques portant sur la greffe de cellules souches chez des sujets ayant subi des séquelles suite à un accident vasculaire cérébral (AVC) ont obtenu des résultats spectaculaires. Après l’opération, certains des patients en fauteuil roulant ont de nouveau pu marcher. Par ailleurs, malgré la durée de vie très courte des cellules souches une fois implantée dans les parties endommagées du cerveau, les signes de rétablissement ont persisté plusieurs mois chez les sujets.

En savoir plus

Les Français seraient les plus petits mangeurs de légumineuses de la planète : seulement 1,7 kg de lentilles, pois chiches, fèves, haricots secs par personne et par an. Emboîtant le pas à la FAO qui a déclaré 2016 « Année internationale des légumineuses », l’Inra souhaite convaincre consommateurs, producteurs et industriels des bénéfices de ces aliments avec pour cela quelques arguments de pois !

En savoir plus
Retour en haut