SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Biologie & Santé

L'Académie de médecine présentera les conclusions d'un questionnaire, diffusé sur Quotimed, lors d'une conférence de presse le 13 mars à 10h. Elles seront proposées notamment au gouvernement sur la base de trois grandes questions d'actualités :

1. L'impact sanitaire des centrales nucléaires en fonctionnement normal, en cas d'incident ou d'accident et l'impact sanitaire des déchets radioactifs.

2. Le transport de l'énergie électrique produite de manière centralisée (centrales nucléaires ou thermiques, grands barrages, grandes fermes éoliennes) par des lignes à très haute tension.

3. L'utilisation des énergies fossiles, principalement pour les transports et le chauffage a des conséquences sanitaires à travers la pollution atmosphérique et le réchauffement lié aux émissions de gaz à effet de serre.

En savoir plus

Un reportage de Sylvie Allonneau (12 min)

En savoir plus

La France présente des taux de cancer particulièrement élevés, de 10 à 25% supérieurs chez les hommes à ceux des autres pays européens. C'est le cas notamment des cancers des voies aéro-digestives supérieures et du cancer de la prostate. Les cancers du sein chez la femme présentent en France des taux d'incidence élevés.

Les hommes meurent davantage du cancer que dans les autres pays européens : en France, 90 décès pour 100 000 habitants sont imputables au cancer contre environ 65 pour 100 000 en Grande-Bretagne. La mort prématurée par cancers des voies aéro-digestives, des poumons et par cancer en général est la plus élevée d'Europe pour les hommes.

A contrario, chez la femme, l'incidence des cancers se situe parmi les taux européens les plus bas. La France présente un taux de mortalité pour l'ensemble des cancers parmi les plus faibles en Europe : environ 85 décès par cancer pour 100 000 habitants contre 140 pour 100 000 toujours au Danemark. Et un taux de mortalité prématurée...

En savoir plus

A l'heure où l'Assemblée nationale vient d'interdire toutes formes de clonage dans son projet de loi relatif à la bioéthique, le point sur les connaissances acquises sur ce dossier mais aussi sur les zones d'ombre ou d'incertitude.

En savoir plus

Après cinq années de discussions, des ministres et délégués officiels de 138 pays ont adopté , le 29 janvier 2003, le protocole de biosécurité, un texte légal officiellement nommé « Protocole de Carthagène sur la prévention des risques biotechnologiques relatif à la Convention sur la diversité biologique ».

Ce document porte sur les organismes vivants modifiés (OVM), c’est-à-dire sur « tout organisme vivant possédant une combinaison de matériel génétique inédite obtenue par recours à la biotechnologie moderne ».

Son objectif est de contribuer à assurer « un degré adéquat de protection pour le transfert, la manipulation et l'utilisation sans danger des organismes vivants modifiés résultant de la biotechnologie moderne qui peuvent avoir des effets défavorables sur la conservation et l'utilisation durable de la diversité biologique, compte tenu également des risques pour la santé humaine, en mettant plus précisément l'accent sur les mouvements transfrontières ».

Le texte complet du...

En savoir plus

Pourquoi cloner des animaux ? Chez l'homme, que peuvent apporter le clonage thérapeutique et le clonage reproductif ?

En savoir plus

Que clone-t-on aujourd'hui ? Quelles sont les conséquences de la récente annonce des raéliens ? Que disent les lois en matière de clonage ?

En savoir plus

Quels sont les problèmes médicaux, éthiques, sociétaux soulevés par la technique de clonage ?

En savoir plus

Du possible usage des embryons surnuméraires aux xénogreffes et cellules souches adultes…

En savoir plus

Depuis janvier 2004, le dépistage sytématique du cancer du sein est étendu à tous les départements français (sauf en Guyane) et concerne les femmes de 50 à 74 ans. En parallèle, des tests génétiques peuvent repérer les femmes qui présentent un risque accru de développer cette maladie. Ensemble, ces deux programmes visent à sauver jusqu'à 3000 vies par an.

En savoir plus
Retour en haut