SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Biologie & Santé

Depuis janvier 2004, le dépistage sytématique du cancer du sein est étendu à tous les départements français (sauf en Guyane) et concerne les femmes de 50 à 74 ans. En parallèle, des tests génétiques peuvent repérer les femmes qui présentent un risque accru de développer cette maladie. Ensemble, ces deux programmes visent à sauver jusqu'à 3000 vies par an.

En savoir plus

Le clonage reproductif a pour but de produire des organismes complets (animaux, plantes…) génétiquement identiques. Le clonage thérapeutique, lui, vise principalement à cloner des cellules embryonnaires en vue de produire des tissus, voire des organes destinés à être greffés. Dans les deux cas, la p

En savoir plus

Médecine occidentale, génomique et médecine traditionnelle chinoise semblent en passe de conjuguer leurs efforts dans la lutte contre le paludisme. Quelles retombées attendre de ces avancées dans la lutte contre une maladie à laquelle les individus exposés vivent pour la plupart dans des pays pauvres ?

En savoir plus

12 janvier 1998##Signature à Paris du protocole additionnel à la Convention d’Oviedo du Conseil de l’Europe, interdisant le clonage reproductif. Seulement 13 des 44 pays membres de l’institution l’ont ratifié à ce jour.####25 novembre 2001 ##Ad

En savoir plus

Même si aucune preuve scientifique n’a encore été apportée, l’annonce, le 26 décembre 2002, de la naissance du premier clone humain par le Mouvement des raéliens a provoqué une avalanche de réactions. A ce jour, bien que cette technique soit condamnée par toutes les instances de bioéthique au monde, aucune convention internationale ne l’interdit.

En savoir plus

Il y a deux ans, le risque de mutation et de transmission à l'homme du virus de la grippe aviaire était déjà dans tous les esprits. Et les scientifiques s'y préparaient… (9')

En savoir plus

Le test consiste en une prise de sang (pour laquelle il n’est pas nécessaire d’être à jeun). On va ensuite rechercher dans l’échantillon sanguin la trace du passage du virus, c’est-à-dire la présence d’anticorps dirigés contre les deux types de virus du sida, VIH-1 et VIH-2.
Le dosage des anticorps se fait par une technique appelée Elisa et il est effectué par deux laboratoires différents pour chaque échantillon sanguin.

Si les deux résultats sont négatifs, la personne est séronégative.

Si, en revanche, l’un des deux résultats ou les deux sont positifs, un test de 2e intention est alors pratiqué pour pouvoir infirmer ou confirmer ce résultat. Un nouvel échantillon de sang est prélevé et analysé cette fois par une technique appelée Western Blot. 

          - Soit le test est négatif et, s’il n’y a pas eu de risque pris dans les trois derniers mois*, on est certain de la séronégativité.
          - Soit le test est positif : la personne est séropositive. Avec ce deuxième test, on a...

En savoir plus

Chaque année, plus de 800 personnes ne découvrent leur séropositivité qu'au stade du sida et ce nombre n'a quasiment pas diminué depuis l'arrivée des nouvelles associations d'antirétroviraux. Tel est le constat rendu public par l’Institut de veille sanitaire le 20 novembre dernier. Comment expliquer ce phénomène malgré le dépistage gratuit proposé depuis quinze ans et les campagnes régulières d’incitation ?

En savoir plus

Vingt ans après le début de l'épidémie de sida, la pilule reste le moyen de contraception privilégié des Françaises. C’est ce que révèle une étude publiée par l’Institut national des études démographiques (INED).

En savoir plus

Plus de 3 millions de morts en 2002, selon le dernier rapport d’Onusida… Alors que l’épidémie entre dans sa troisième décennie, le sida gagne du terrain en Asie et continue de décimer l’Afrique. Pendant ce temps, les essais de vaccin piétinent. Prévention et dépistage restent donc, plus que jamais, à l’ordre du jour.

En savoir plus
Retour en haut