SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Biologie & Santé

Qu’elles forment la structure d’un organe ou participent aux différentes fonctions de régulation de l’organisme, les protéines constituent les molécules complexes essentielles du vivant : les hormones, les enzymes en font parties.

En savoir plus

C’est la molécule sœur de l’ADN. Elle lui est complémentaire. Sous la forme dite d’ARN messager, elle recopie et transporte du noyau vers le cytoplasme de la cellule l’information génétique portée par l’ADN. Elle permet ainsi à la machinerie cellulaire de produire les protéines codées par les gènes.

En savoir plus

Deux équipes américaines ont prouvé cet été que l'ARN pouvait prévenir l'infection de cellules humaines par les virus de la poliomyélite et du sida. Retour sur ces travaux très médiatisés, l'ARN interférent ayant été élu molécule de l'année 2002 par la revue Science.

En savoir plus

Contient les instructions permettant la synthèse des acides aminés, unités élémentaires constitutives des protéines. Le programme de fabrication d’un acide aminé dans l’ADN est représenté par une succession de trois bases (un codon). Or l’ADN contient quatre type de bases (A, T, C et G) donc soixant

En savoir plus

Processus qui permet, grâce à des enzymes, de copier l’information génétique porté par l’ADN en une molécule à un seul brin : l’ARN messager.

En savoir plus

Processus qui permet de transformer l’information génétique portée par l’ARN messager en une protéine.

En savoir plus

La maladie de Creutzfeldt-Jacob a du nez

Pour la première fois, des chercheurs italiens ont détecté la présence du prion responsable de la forme sporadique de la maladie de Creutzfeldt-Jacob dans l’épithelium nasal. Leur analyse a été effectuée chez neuf patients décédés de la maladie. Ils ont également retrouvé le prion dans la zone du cerveau chargée du système olfactif. Cette découverte pourrait permettre la mise au point d’un test de dépistage. Pour l’instant, la forme sporadique de la maladie ne peut être diagnostiquée qu’après la mort du malade.
Source : New England Journal of Medicine, 348-8, 711-719, 20 février 2003.

Rythme cardiaque troublé par un gène

Une équipe franco-américaine vient de découvrir un gène responsable du trouble cardiaque le plus fréquent : la fibrillation auriculaire. Ce gène code une protéine, appelée ankyrine B, localisée dans la membrane du muscle cardiaque, qui régule les échanges d’ions à travers celle-ci. Pour identifier ce gène, l’équipe a travaillé sur...

En savoir plus

Pour la première fois, des chercheurs japonais ont réussi à créer de nouvelles bactéries jusqu'alors inconnues sur notre planète. Comment ? En modifiant leur ADN. Véritable avancée scientifique ou bricolage de démiurges ?

En savoir plus

Historiquement, le cannabis (chanvre indien) est originaire des contreforts de l’Himalaya. Il est cultivé par l’homme depuis des millénaires : ses fibres servaient à la fabrication de cordages, papiers ou tissus et sa résine était autrefois utilisée comme médicament pour soulager la douleur, les spasmes ou les troubles du sommeil.
Aujourd’hui, la Grande-Bretagne et certains États des États-Unis autorisent la prescription de cannabis pour certaines affections (propriétés anti-douleur et anti-vomissements du delta9-tétrahydrocannabinol).

En savoir plus

Ils se présentent essentiellement sous deux formes :

  • l’herbe (marijuana), qui est un mélange de feuilles, tiges et sommités florales de la plante ;
  • la résine (haschich) qui est obtenue à partir des sommités florales de la plante.

 

Depuis 1998, deux nouveaux produits ont fait leur apparition en France :

  • le “skunk”, une variété de fleurs de cannabis originaire des États-Unis ;
  • le “pollen”, les étamines des plants mâles.

Ils contiennent des concentrations en delta9-tétrahydrocannabinol beaucoup plus élevées.

En savoir plus
Retour en haut