SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Biologie & Santé

<figure>

<figcaption> Plant de cannabis © Inserm</figcaption></figure>

Les effets immédiats et différés du cannabis sont principalement dus au delta9-tétrahydrocannabinol, le plus abondant des soixante cannabinoïdes recensés à ce jour dans la plante Cannabis sativa indica (le chanvre indien). Sa concentration est d’environ 8% pour l’herbe et 10% pour la résine mais elle peut varier selon les préparations et la provenance du produit. Depuis quelques années, des échantillons fortement concentrés (jusqu’à 22% pour l’herbe et 31% pour la résine) ont fait leur apparition.

En savoir plus

Le cannabis entraîne une faible libération d’un neurotransmetteur, la dopamine, selon un mécanisme encore à l’étude. Les récepteurs cannabinoïdes sont présents en forte densité dans le système limbique (noyau accumbens, cervelet, hippocampe, cortex). Leur distribution est corrélée aux effets du cannabis sur la mémoire, la perception sensorielle et le contrôle des mouvements.
Il ne semble pas que le cannabis entraîne une dépendance physique, même si un phénomène de tolérance (qui se caractérise par le besoin de quantités de plus en plus fortes pour obtenir l’effet recherché) a été observé chez certains consommateurs. En revanche, une dépendance psychique (les préoccupations sont centrées sur l’obtention du produit) peut être constatée lors d’une consommation régulière et répétée de cannabis.

En savoir plus

La syphilis réapparaît en Amérique du Nord, mais aussi dans des pays européens comme la France. Constatation inquiétante, car elle indique un relâchement dans la prévention des maladies sexuellement transmissibles et du sida.

En savoir plus

Au sein de l’Union européenne, le cannabis est le produit illicite le plus consommé. Mais sait-on réellement quels sont ses effets sur le comportement et la santé ? À la demande de la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie, l’Inserm a réalisé une expertise collective

En savoir plus

Il est de plus en plus certain que LE gène de l’autisme n’existe pas mais que ce trouble psychiatrique serait probablement causé par un ensemble de facteurs et, au plan génétique, par plusieurs gènes. Des chercheurs ont découvert deux gènes qui augmenteraient la prédisposition à l’autisme. L’identification de ces gènes de prédisposition est une étape essentielle dans la compréhension de cette redoutable pathologie.

En savoir plus

À quoi servent donc ces petits filaments qui forment les extrémités de nos chromosomes ? À première vue, ils seraient impliqués dans les mécanismes du vieillissement cellulaire, mais ils pourraient aussi jouer un rôle dans le développement des cancers. Peut-on alors prendre le risque d'intervenir sur leur longueur ?

En savoir plus

L’hypertension fait partie des dix principaux facteurs de risque retenus par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). En France, environ 8 millions de personnes seraient concernées, mais près de la moitié ne le savent pas.

En savoir plus

Si la variante humaine de l'ESB a été largement médiatisée, les autres formes de la maladie de Creutzfeldt-Jakob passent quasiment inaperçues. Elles sont pourtant beaucoup plus meurtrières et l'une d'entre elles est associée à une affaire médico-judiciaire.

En savoir plus

82,9 ans pour les femmes et 75,6 ans pour les femmes, soit en moyenne 1 an et demi de plus qu'en 1992. L'espérance de vie à la naissance mesurée en 2002 indique que nous serons de plus en plus nombreux à atteindre des âges avancés. Faut-il pour autant s'attendre à voir le nombre de personnes dépendantes augmenter dans des proportions inquiétantes, au point de faire peser sur nos sociétés une charge insoutenable ?

En savoir plus

La maladie d'Alzheimer est la plus répandue des affections neuro-dégénératives. Face à cette maladie, pour l'heure incurable, se pose la question de la charge qu'elle fera peser sur nos sociétés et plus particulièrement sur les proches des malades.

En savoir plus
Retour en haut