SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Biologie & Santé

Un des grands espoirs provoqués par les avancées de la génétique et le séquençage du génome humain est de voir naître de nouveaux médicaments. Ceux-ci ne seront plus issus des recherches traditionnelles sur les molécules mais proviendront directement de ces nouvelles connaissances. Nous vivons les premiers temps d'une réelle révolution dans les techniques de travail à laquelle les grands laboratoires pharmaceutiques doivent s'adapter rapidement. Mais quel en sera l'avenir ?

En savoir plus

Quasiment inconnu du grand public avant l'automne 2000, le prion a été propulsé sous les feux de l'actualité par la crise de la “vache folle”. Particule mortelle, et/ou nouveau concept qui pourrait révolutionner notre vision de la biologie, que sait-on exactement de cette protéine ?

En savoir plus

Les fièvres hémorragiques, le moindre risque ?

<figure>

<figcaption> Le virus de la fièvre Ebola © Institut Pasteur</figcaption></figure>

Les risques de contagion sont particulièrement liés au manque d'hygiène et à l'utilisation multiple du matériel de soin (seringues). Ces virus ne se transmettent pas par aérosol.
La possibilité d'une utilisation de ces virus comme armes de guerre est peu probable. Ces virus ne survivent que peu de temps à température ambiante et la contagion est faible dès que les mesures d'hygiène sont respectées.

Le terme “fièvres hémorragiques” désigne un ensemble de maladies transmises par des familles de virus de dangerosité différente. Certains se transmettent par les moustiques, d'autres par les tiques, les déjections de rongeurs. Le virus qui a donné son nom à la fièvre d'Ebola est encore d'origine inconnue.

En savoir plus

Allant de la simple démoralisation au désespoir le plus profond, les dépressions peuvent etre d'intensité variable. Elles sont liées à une perturbation des phénomènes chimiques au niveau du cerveau. Il est important de ne pas passer à coté d'une dépression car des médicaments existent pour la transgresser.

En savoir plus

L'exercice Piratox , première simulation de ce genre menée en France, a eu lieu pendant la nuit du 22 au 23 octobre 2003, dans la station de RER Invalides à Paris. Deux ans après le “11 septembre“, quels sont les risques chimiques ou biologiques liées à une éventuelle attaque terroriste et comment peut-on y faire face?

En savoir plus

Très répandue (environ 50 000 cas par an en France), la fracture du col du fémur est un accident grave qui marque bien souvent (une fois sur trois) le début d'un processus de dépendance. Mais c'est aussi la manifestation la plus visible de l'ostéoporose, une maladie qui se développe en silence au fil des années.

En savoir plus

Combien d'accidents de la route causés par une vision défaillante ? Impossible de le savoir avec précision, mais les travaux de l'Asnav* laissent penser que 700 000 conducteurs feraient mieux de s'abstenir de prendre le volant.

En savoir plus

Le séquençage du génome est achevé à 95%. Résultat: les hommes ne posséderaient que 30 000 gènes. Mais ce résultat est déjà remis en question par des scientifiques anglais qui estimeraient à 80 000 le nombre de gènes. Le séquençage, loin d'être une fin en soi, n'est que le début d'une longue série.

En savoir plus

La reproduction sexuée nécessite deux parents : un père et une mère.
Le clonage est une manipulation génétique qui, à partir d'une seule cellule, d'un seul individu, en produit une copie génétiquement identique, appelée clone.
Il existe deux types de clonage. Le clonage reproductif qui consisterait à implanter un embryon cloné dans un utérus afin d'obtenir un bébé qui s'y développerait normalement. Et le clonage thérapeutique, pour lequel on produirait un “clone-médicament”, qui servirait de réservoir de pièces de rechange humaines. Les Britanniques sont favorables à ce type de manipulation génétique à visée thérapeutique. Le Parlement européen a sollicité la proclamation par les Nations unies d'une interdiction universelle du clonage reproductif d'êtres humains.

Liens externes

En savoir plus

Des babouins ont survécu 81 jours après avoir reçu une greffe de reins de porcs génétiquement modifiés. Malgré ce résultat, annoncé en décembre 2003, les xénogreffes à l'usage des humains ne sont pas encore pour demain.

En savoir plus
Retour en haut