SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Espace & Astronomie

La découverte d’ondes gravitationnelles par les équipes du détecteur LIGO confirme non seulement la théorie de la Relativité générale émise il y a tout juste cent ans par Albert Einstein, mais elle ouvre également aux scientifiques tout un pan de l’Univers jusque-là inaccessible aux télescopes. Explications de Pierre Binétruy, physicien au laboratoire Astroparticules et cosmologie (APC) de l’université Paris Diderot.

En savoir plus

Le survol de Pluton au cours de l’été 2015 par la sonde New Horizons avait révélé une activité géologique insoupçonnée. Des images plus précises dévoilées le 4 février confirment la dynamique géologique de cette planète naine. On peut y apercevoir des structures semblables à des icebergs, constituées de glace d’eau et mesurant quelques kilomètres de large. Elles proviendraient des terrains accidentés (rugged uplands) et seraient entraînées (hill chains) par les glaciers d’azote jusque dans le Sputnik Planum, une vaste plaine en forme de cœur formée de plaques d’azote glacé. Contrairement à la Terre, ces icebergs ne flottent pas librement, mais sont repoussés aux abords de ces plaques par de possibles phénomènes de convection, formant ainsi des amas atteignant 20 km de large (hill clusters). Enfin, « Challenger Colles » (en l’honneur de l’équipage de la navette éponyme) serait une zone où s’échouent ces amas lorsque la mer glacée est trop peu profonde. Les clichés proviennent de...

En savoir plus

Au terme de quinze ans de présence humaine ininterrompue sur l’ISS, les points de vue divergent sur le bilan scientifique de la Station spatiale internationale : outil irremplaçable de travail en microgravité ou plate-forme dispendieuse de recherche ?

En savoir plus

Les équipes de l’instrument LIGO situé aux États-Unis viennent de confirmer avoir détecté des ondes gravitationnelles émises par la fusion de deux trous noirs. Envisagées par la théorie de la Relativité générale il y a tout juste cent ans, les ondes gravitationnelles devraient permettre d’étudier des évènements astronomiques invisibles aux autres instruments.

En savoir plus

Attendue depuis des décennies, la découverte d'ondes gravitationnelles, prédites par les lois de la Relativité générale, pourrait faire l'objet d'une annonce le 11 février.

En savoir plus

Deux ans après avoir envoyé une mission sur la Lune, l’agence spatiale chinoise vient de rendre publiques des centaines d’images inédites de notre satellite.

En savoir plus

En étudiant les orbites de six corps lointains, des astronomes américains émettent l’hypothèse de l’existence d’une 9e planète dans notre système solaire. Le point de vue d’Alain Lecavelier des Étangs, astrophysicien à l’IAP.

En savoir plus

Rumeur dans la communauté scientifique... Le cosmologiste Lawrence M. Krauss soutient que des ondes gravitationnelles ont pour la première fois été détectées par l'interféromètre aLIGO. Si l'information était confirmée, elle constituerait une grande avancée scientifique et conforterait la relativité générale d'Einstein.

En savoir plus

C’est un point de vue inhabituel que nous offre la sonde LRO (Lunar Reconnaissance Orbiter) qui gravite en orbite autour de la Lune depuis 2009. Le 12 octobre dernier, à 134 kilomètres au-dessus de la surface lunaire (dans la région du cratère Compton (face cachée de la Lune) la sonde américaine a pu immortaliser la Terre posée sur l’horizon lunaire. Pour autant, il ne s’agit pas d’un lever de Terre au sens strict du terme. Notre satellite présentant toujours la même face par rapport à notre planète, la Terre est toujours fixe dans le ciel lunaire. L’image, livrée par la Nasa fin décembre, a été réalisée à partir de clichés pris par une caméra noire et blanc haute résolution (Narrow Angle Camera) combinés à ceux d’une caméra couleur à basse résolution (Wide Angle Camera).

En savoir plus

C’est une page qui se tourne pour l’agence spatiale russe Roscosmos. Wladimir Poutine, président de la Russie, l’a dissoute sans surprise le 31 décembre 2015. Cette fin, annoncée depuis plusieurs mois, est le résultat de nombreux scandales, soupçons de corruptions, ratages qui avait entaché la réputation de Roscosmos. Mais les Russes ne sont pas prêts pour autant à abandonner la conquête de l’espace. La création d’une nouvelle agence prendra le relais leur permettant ainsi de rebondir. Toujours gérée et financée par l’État, elle sera cependant semi-indépendante. Ce nouveau mode de fonctionnement lui permettra de rivaliser plus facilement avec les sociétés privées américaines comme la fameuse Space X, et de proposer des vols commerciaux dans l’espace.

En savoir plus
Retour en haut