SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Espace & Astronomie

Au beau milieu de la Voie lactée, une étoile laisse les astronomes perplexes. Ses variations lumineuses, qui ne correspondent à rien de connu, inspirent les amateurs de science-fiction...

En savoir plus

Rendues publiques par la Nasa, ces images en haute définition de Jupiter ont été réalisées le 19 janvier 2015 par le télescope spatial Hubble qui est resté pointé sur la planète géante durant dix heures, le temps d’une rotation complète. On y retrouve notamment la fameuse tache rouge, un anticyclone repéré par les astronomes depuis plus de trois siècles. Les dernières observations montrent qu’elle a tendance à rétrécir avec le temps. Longue de 40 000 kilomètres à la fin du XIXe siècle, elle est moitié moins longue aujourd’hui et sa forme tend à devenir de plus en plus circulaire. Fait nouveau : elle a tendance à s’éclaircir et à devenir orange en raison d’un filament de couleur claire qui se répand à sa surface, sous l’effet de vents soufflants à plus de 150 mètres par seconde. Ces nouvelles images de la plus grosse planète de notre Système solaire seront bientôt suivies par d’autres images de Neptune, Uranus et Saturne. La Nasa a en effet entamé un programme annuel d’observation de...

En savoir plus

Fin septembre, les fans de la planète rouge étaient en effervescence : l'Agence spatiale américaine (Nasa) entretenait plusieurs jours durant le suspens sur sa dernière découverte, la présence d’eau liquide à la surface de Mars. Une observation qui soulève (au moins) autant de questions qu'elle n'apporte de réponses. Le point avec François Forget, planétologue au CNRS.

En savoir plus

Grâce à ses fusées à bas coût, SpaceX, une entreprise privée, est devenue en quelques années l'un des grands noms du spatial. Son fondateur, Elon Musk, excelle à vendre le rêve de l'espace à un large public, quitte à choquer, comme en septembre, lorsqu'il a proposé de réchauffer Mars en lançant des ogives nucléaires sur les pôles de la planète rouge...

En savoir plus

Deux ans après avoir été lâchée dans la stratosphère grâce à un ballon-sonde, une caméra élaborée par un groupe d’étudiants refait surface dans le désert de l’Arizona...

En savoir plus

Depuis le 4 septembre, la sonde New Horizons consacre l’essentiel de son temps à envoyer vers la Terre les données scientifiques qu’elle a récoltées lors de son survol de Pluton en juillet dernier. Des images en très haute résolution et quelques surprises...

En savoir plus

La sonde américaine New Horizons poursuit sa mission déjà longue. Lancée depuis la Terre en janvier 2006, elle a voyagé pendant plus de neuf ans avant de survoler, en juillet dernier, les paysages de la planète naine Pluton et de ses satellites. Pluton s’est révélé être un astre complexe aux paysages variés, avec de grandes zones lisses et d’autres très montagneuses. Le 31 août, la Nasa a annoncé que la sonde irait observer un petit astre récemment découvert, qui porte le joli nom de 2014 MU 69, un des nombreux petits corps qui forment la ceinture de Kuiper. À la vitesse de près de 14 kilomètres par seconde, elle devrait y parvenir le 1er janvier 2019. Après 2014 MU L9, News Horizons devrait disposer d'encore assez de carburant pour explorer un autre de ces petits corps. On pense qu’il s’agit d’objets primitifs et très froids, n’ayant guère évolué depuis la formation du Système solaire : de véritables fossiles, qui pourraient aider à comprendre la formation de notre système...

En savoir plus

Des chercheurs viennent de montrer que les novae, ces explosions à la surface des naines blanches, produisent le lithium nécessaire à l’enrichissement de jeunes étoiles. Un résultat qui confirme enfin les modèles.

En savoir plus

Composés organiques inédits, terrains variés et surface granuleuse : le module Philae révolutionne l’idée que les scientifiques se faisaient d’une comète.

En savoir plus

C'est la première fois que des scientifiques observent – de manière indirecte, grâce à des signaux radio – les indices d’une aurore en dehors du Système solaire. Elle a eu lieu sur une étoile de très faible masse, à 18,5 années-lumière de notre Soleil. Dix mille fois plus énergétique que celles visibles sur Jupiter, cette aurore obéit sans doute à un mécanisme similaire, différent du phénomène terrestre qui résulte de l’interaction entre le vent solaire et l’atmosphère : elle serait alimentée par l’étoile elle-même selon un processus encore mal compris.

En savoir plus
Retour en haut