SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Innovation & Technologie

Des chercheurs américains ont réussi à mettre au point un nouveau type de biocapteur basé sur l’analyse moléculaire de la sueur. Souple et portable, ce système permet d’obtenir des informations sur la santé d’un individu en temps réel.

En savoir plus

L’Ifremer dispose désormais d’un modèle 3D d’une source hydrothermale située à 1 700 mètres de profondeur au large des Açores. De quoi mieux connaître l’évolution de ces environnements exceptionnels.

En savoir plus

Grâce à un robot, deux ingénieurs sont capables de résoudre un Rubik's Cube en un peu plus d'une seconde !

En savoir plus

Des étudiants de l’université d’Eindhoven s’attaquent à un projet vieux de plus de cinq siècles : un pont conçu en 1502 par Léonard de Vinci. Construit en Finlande, ce pont est réalisé dans un matériau fait de glace et de papier.

En savoir plus

Une équipe de neuroscientifiques de l’université de Newcastle a inventé la première paire de lunettes 3D pour mante religieuse. Malgré un cerveau minuscule, l’animal est en effet le seul invertébré à disposer d’une vue en relief.

En savoir plus

Une nouvelle technique permet de photographier des protéines isolées.

En savoir plus

Le projet LS3 (Legged Squad Support System) est abandonné par le laboratoire scientifique de l‘armée américaine (DARPA) après cinq ans d’expérimentation. Conçu par Boston Dynamics, une société rachetée par Google en 2013, ce robot d’assaut était destiné à soutenir les soldats américains en cas de missions délicates. Agile et capable de porter jusqu’à plus de 180 kilogrammes, il n’a cependant pas convaincu lors des tests sur le terrain : trop bruyant et difficilement réparable en cas de panne, il pourrait mettre en danger la vie des soldats.

<iframe src="https://www.youtube.com/embed/40gECrmuCaU?rel=0" frameborder="0" height="405" width="720"></iframe>

En savoir plus

De la fin juin 1791 à la fin juin 1792, alors que la famille royale est en résidence surveillée aux Tuileries, la reine Marie-Antoinette et le comte de Fersen ont échangé une correspondance secrète. Une partie de ces lettres qui était codée a pu être déchiffrée. Mais sur d’autres lettres, le texte est incomplet car il a été en partie masqué par ce qu’il est convenu d’appeler un caviardage, c’est-à-dire de belles ratures. La difficulté pour découvrir ce qui se cache derrière tient à la similitude des encres utilisées. Des cartographies chimiques viennent d’être réalisées sur la lettre datée du 4 janvier 1792. Grâce à de légères variations dans les concentrations de cuivre entre les deux encres, la technique dite de « fluorescence de rayons X sous micro faisceau » a permis de distinguer les deux niveaux d’écriture et d’extraire le texte original. Ce qui a été biffé n’est pas un secret d’état mais des mots d’amour dont l’orthographe aujourd’hui surprend : « je vais finire non pas sans vous dire mon cher et bien tendre ami que je vous aime a la folie et que jamais jamais je ne peu être un moment sans vous adorer ».

...

En savoir plus

Sur les rives du lac Ontario, une société canadienne teste une solution inédite de stockage d’énergie électrique.

En savoir plus
Retour en haut