SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Nature & Environnement

Tout comme les mammifères et les oiseaux, les reptiles connaissent des phases de sommeil paradoxal.

En savoir plus

Doté d’une seule cellule, le Physarum polycephalum serait toutefois doué d’une forme simple d’apprentissage, selon une étude de l’université de Toulouse.

En savoir plus

Panama, ses plages, son soleil, ses évadés fiscaux… et ses galathées ! Des océanographes ont eu la surprise de découvrir un gigantesque groupe de ces petits crustacés rouges dans la réserve marine d’Hannibal Bank.

En savoir plus

Le tilapia, poisson d’élevage consommé partout dans le monde, est menacé depuis plusieurs années par une maladie mystérieuse. Des chercheurs américains et israéliens ont réussi à identifier la cause de ces mortalités massives.

En savoir plus

Et ce, malgré une altitude réévaluée de seulement 6 263,47 mètres.

En savoir plus

Des comportement observés chez la raie manta géante semblent dénoter une forme de conscience de soi. Une aptitude cognitive jusqu’ici réservée à un très petit nombre d’espèces animales…

En savoir plus

Contre toute attente, cet animal proche des méduses semble doté d'un anus.

En savoir plus

Ce sont les enfants !

En savoir plus

L’impact de la fonte des glaces en Antarctique pourrait avoir été sous-estimé par les prévisions les plus pessimistes. Une nouvelle étude publiée dans Nature prédit une montée du niveau des mers de deux mètres d’ici à la fin du siècle, soit le double de ce que prévoit le rapport du Giec – le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat – publié en 2013. Selon les auteurs de ce nouveau modèle, les glaces de l’Antarctique pourraient contribuer de moitié à la montée globale des eaux, soit un mètre de plus d’ici à 2100 et 15 m d’ici à 2500. Cet écart avec les prédictions antérieures s’explique par l’incorporation de facteurs nouveaux, notamment l’impact d’un réchauffement atmosphérique sur la surface de la banquise. Ce type de fonte des glaces n’étant pas encore observable, les modèles précédents se sont concentrés jusqu’ici davantage sur la fonte causée par le réchauffement des eaux sous la glace.

En savoir plus

Pourquoi certains oiseaux choisissent-ils de nourrir les plus gros oisillons en priorité, même quand les plus chétifs réclament davantage ? Une étude publiée dans la revue Nature apporte un élément de réponse à cette question de longue date : ils s’adaptent à la dureté de leur environnement et parient sur la survie du plus fort.

En savoir plus
Retour en haut