SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Espace & Astronomie

Andromède : mission accomplie

La spationaute française Claudie Haigneré, ingénieur de bord de la mission Andromède, a touché terre le 31 octobre 2001 à 4h59 TU après dix jours dans l'espace dont huit passés à bord de l'ISS.

Les astronautes ont été extraits de la capsule qui les ramenait sur Terre emmitouflés dans des sacs doublés de fourrure et placés dans des fauteuils spéciaux pour se réhabituer à la gravité terrestre. © Cnes

En compagnie de ses deux équipiers russes, elle a atterri sans encombre avec le module de descente Soyouz-TM-32 à 180 km au sud-est de la ville kazakhe de Djegazkan par 46° de latitude Nord et 69° de longitude Est.

Il s’agit du second séjour spatial de Claudie Haigneré qui a déjà passé seize jours sur la station Mir en 1996. Elle est la première femme européenne à se rendre sur l’ISS, la première femme non russe à voler dans une capsule Soyouz comme ingénieur de bord et la seule femme française à avoir séjourné dans l’espace.
Globalement, la mission s'est déroulée avec succès. L’équipage franco-russe a acheminé le nouveau module Soyouz-TM-33 qui servira de capsule de secours à l’équipage permanent et réalisé la quasi-totalité du programme scientifique (cf. Deux Français dans l’espace) malgré quelques problèmes de transmission des données.

Depuis l’espace, Claudie Haigneré a pu faire participer des lycéens à certaines expériences grâce à Internet et dialoguer au téléphone avec sa famille : une nouveauté sur l’ISS et un grand progrès par rapport à la station Mir où le problème de communication avec les équipes au sol était permanent.

Le prochain Français à se rendre sur ISS sera Philippe Perrin sur la navette américaine Endeavour. Pour sa première mission, il sortira deux fois dans l’espace afin de réaliser l’assemblage de nouveaux modules de la Station qui devrait être terminée en 2006… à moins que la diminution des budgets américains consacrés à l’espace en décide autrement.

Question à Claudie Haigneré

Retour en haut