SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Espace & Astronomie

Annonce de la NASA : de l’eau sur la Lune...

Le 13 novembre, la NASA annonce avoir détecté d'importantes quantités d'eau sur la Lune. Des résultats qui pourraient avoir un impact sur les prochaines missions lunaires.

Un panache de poussières… et d’eau

La fusée et la sonde à l’approche Sur cette vue d’artiste, l’étage Centaur s’approche de la Lune, suivi par la sonde Lcross, chargée d’analyser le nuage de débris produit par l’impact. © Nasa

Rappelez-vous, le 9 octobre dernier, la NASA « bombardait » le pôle Sud de la Lune pour déceler des signes de présence de glace d'eau. Un étage de fusée Centaur s'écrasait dans la région du cratère Cabeus, suivi quelques secondes après d'une sonde appelée Lcross, chargée d'analyser le nuage de débris soulevé par le premier impact.

Le panache photographié par la sonde Lcross Sur cette image en infrarouge prise par la sonde Lcross quelques secondes avant l’impact dans le cratère Cabeus, on aperçoit le panache de débris dégagé par l’impact de l’étage de fusée Centaur sur le sol du pôle sud lunaire. © Nasa

Un mois plus tard, l'analyse des données de la sonde montre que le panache de poussière lunaire était accompagné de divers matériaux dont de l'eau gelée en quantité significative, puisqu'on estime qu'une centaine de litres d'eau ont été vaporisés au moment de l'impact. Imaginée ou fantasmée depuis des dizaines d'années, la présence d'eau sur notre satellite n'avait jusqu'à maintenant jamais été prouvée.

Pourquoi ce cratère ?

Le cratère visé est situé près du pôle sud, car on suppose que c'est dans les régions froides de la Lune que migrent les molécules d'eau apportées par les comètes. C'est aussi dans ces régions que l'eau, sous forme de glace peut se conserver durant des milliards d'années.

Une découverte qui tombe à pic

Le module d’atterrissage Altaïr Le module lunaire Altaïr devait déposer quatre hommes sur la Lune pour une mission d’une semaine à partir de 2020. © Nasa

Initié par G.W. Bush, le programme Constellation d'envoi d'hommes vers la Lune est critiqué pour son manque de réalisme et son budget trop faible. Effectué début octobre, le tir expérimental de la première fusée Arès 1, qui doit à terme emmener l'équipage, n'a pas été totalement satisfaisant, et des voix s'élèvent pour demander une remise à plat du programme. Lancé en 2004, il prévoyait de faire atterrir quatre personnes sur la Lune en 2016 et d'établir une base permanente au pôle Sud en 2030. Aujourd'hui, après cinq années de travail, le programme a pris du retard. Le retour vers la Lune ne se ferait plus que vers 2020 avec trois astronautes, et la base lunaire est renvoyée aux calendes grecques.

A ce jour, l'administration Obama n'a pas encore décidé si elle allait poursuivre ce programme. La NASA insiste sur le fait que cette découverte d'eau pourrait faciliter l'installation d'une base au pôle Sud de la Lune et redonnerait par là-même une légitimité au programme Constellation. On attend la réaction de la Maison Blanche...

Retour en haut