SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Homme & Société

Attention, le cynisme peut nuire à votre compte en banque !

Le cynisme, défini comme un manque de confiance envers autrui par les chercheurs en psychologie sociale, limiterait l’augmentation des revenus au cours du temps. Cependant, son impact varie selon les valeurs et le climat socio-économique des pays étudiés.

Un cynique est « une personne qui connaît le prix de toutes choses, et la valeur d’aucune », écrivait Oscar Wilde. Peut-être avait-il pressenti les résultats de cette récente étude allemande mettant en évidence une progression des salaires moins importante chez les personnes les plus cyniques.

Les rapports entre cynisme et revenu ont déjà été scrutés par différentes études, mais beaucoup d’interrogations restaient en suspens. Par ailleurs, personne n’avait encore étudié l’évolution du revenu des individus cyniques au cours du temps. Pour trancher cette question, les Dr Olga Stavrova et Daniel Ehlebracht, de l’Institut de sociologie et de psychologie sociale de l’université de Cologne, ont réalisé une méta-analyse à partir des données de cinq études différentes portant sur plusieurs milliers de personnes à travers différents pays.

Beaucoup d’hypothèses, peu de conclusions

Des études plus anciennes ont montré que les traits de caractère négatifs comme le cynisme pouvaient avoir un impact négatif sur la santé. D’autres soulignent que le cynisme est plus fréquent dans les catégories de la population ayant de bas revenus et chez les personnes dont le réseau social est peu développé. D'autres encore montrent que les personnes dites cyniques ont souvent un niveau d’éducation plus faible (un autre facteur associé à de faibles revenus). Les cyniques seraient généralement moins satisfaits dans leur travail et auraient des comportements professionnels moins productifs. Enfin, l’attitude cynique serait liée à une estime personnelle moins bonne et à un risque plus important de dépression, deux autres éléments corrélés à des salaires moins élevés...

S'agissant de l’équipe de Cologne, l’hypothèse de départ était que si un comportement méfiant associé au cynisme permettait d’éviter d’être abusé, il avait surtout tendance à faire rater des opportunités professionnelles liées à la coopération entre individus. D’où une médiocre progression professionnelle et un revenu inférieur à terme parmi les gens les plus cyniques et méfiants.

Êtes-vous cynique ?

Les psychologues définissent le cynisme comme un état d'esprit caractérisé par une faible confiance dans les motivations et les objectifs d'autrui ; un manque de foi dans l'humanité. Ils se servent d’échelles comme celle-ci pour mesurer le degré de cynisme. Le nombre et la tournure des questions peuvent varier légèrement d’une étude à l’autre. Pour connaître votre niveau de cynisme, cliquez sur ce test...

Des liens forts entre cynisme et faible niveau d’éducation

En se basant sur les données d’une enquête américaine achevée en 2014 et portant sur 1 146 adultes (Americans’ changing lives survey), les chercheurs allemands ont commencé par vérifier les liens entre le cynisme et différents paramètres tels que le niveau d’éducation, la santé, l'estime de soi et le revenu.

Ils ont montré que le cynisme est associé de façon négative à tous ces paramètres. Les individus les plus cyniques ont des revenus moyens plus bas au début et à la fin de l’étude. Des niveaux de santé perçue ou d’estime personnelle faibles sont associés à des scores de cynisme élevés. De la même manière, un faible nombre d’années d’études est plus fréquent chez les personnes cyniques.

Le niveau d’éducation et l’estime personnelle sont les facteurs qui entretiennent la relation négative la plus forte avec le cynisme. La santé et le revenu, eux, ont une corrélation plus faible. Mais attention, la corrélation statistique entre certains paramètres et l’intensité du cynisme n’implique pas qu’ils en soient la cause ni la conséquence.

Corrélations statistiques entre le cynisme et différents paramètres psycho-socio-économiques . Une corrélation entre deux variables est notée r. Elle va de -1 à 1. Les valeurs extrêmes (-1 et 1) signifient qu’il existe une relation directe entre les deux données mesurées, appelée fonction affine. Si elle est égale à 0, il n’y a aucune liaison entre les données. Plus elle est proche de -1 ou de 1, et plus la liaison entre les paramètres est intense. Si elle est négative, cela signifie qu’un des paramètres diminue quand l’autre augmente. Si elle est positive, c’est que les deux paramètres évoluent dans le même sens.

Une perte sèche de 240 euros par mois

L’étape suivante a consisté à vérifier que le lien entre le cynisme et l’évolution du revenu se vérifiait toujours lorsque l’influence propre de ces paramètres était prise en compte. L’objectif était de prouver qu’il n’existe pas seulement des rapports indirects entre le cynisme et l’évolution des revenus, liés à des facteurs qu’on appelle confondants, mais bien une relation directe.

Les chercheurs allemands ont ainsi observé, grâce à des données recueillies auprès de 15 698 Allemands de 2003 à 2012 (German socio-economic panel), que la corrélation entre cynisme et revenu existait en dehors des facteurs confondants examinés (santé, estime, éducation…). Les personnes les plus cyniques ne connaissent pas d’augmentation significative de leurs revenus sur les neuf ans de l’enquête, alors que les moins cyniques voient leurs revenus augmenter de 240 euros par mois !

Ne pas confondre facteurs de risque et facteurs confondants

Des statistiques montrent, par exemple, que les hommes ont plus souvent des cancers du poumon que les femmes. Ce qui pourrait être interprété comme une sensibilité plus grande au cancer du poumon pour les hommes. En réalité, les hommes fument plus que les femmes. C'est donc à cause de leur tabagisme que les hommes ont plus de risques de cancer, pas parce qu’ils sont des hommes. La cigarette est donc un facteur confondant dans le lien entre le sexe et le risque de cancer du poumon.

Un handicap en Italie, un avantage en Russie

Soit. Le cynisme ne semble apporter que des désagréments. Mais ce constat vaut-il dans tous les pays, et en particulier dans d’autres populations que celles étudiées au cours des premières études (allemande et américaine) ? Pour répondre à cette question, l’équipe a analysé les données d’une cohorte européenne de 41 pays (European Value Study). Cela lui a permis de mettre en évidence un phénomène assez surprenant, mais plutôt logique. L’impact du niveau de cynisme sur les revenus dépend du pays, de sa culture et de ses valeurs.

Source : Olga Stavrora, Daniel Ehlebracht, "Cynical Beliefs About Human Nature and Income: Longitudinal and Cross-Cultural Analyses", Journal of Personality and Social Psychology, 25 mai 2015

Un fort cynisme engendre globalement une réduction du salaire moyen. Mais cette réduction est plus importante dans les pays où les valeurs humanistes (générosité, bienveillance, entraide…) sont fortes, comme en Italie ou aux Pays-Bas. En revanche, le niveau de salaire tend à être identique quel que soit le niveau de cynisme, dans les pays où cette attitude pourrait être considérée comme adaptée en raison d’un contexte socioculturel défavorable (criminalité élevée, bas taux de charité, fort individualisme…), tels que la Russie ou la Turquie. En effet, être méfiant dans un environnement hostile constitue un atout plutôt qu’un handicap...

Retour en haut