SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Biologie & Santé

Biologie de synthèse : quelles promesses ?

Depuis une dizaine d’années, les progrès du génie génétique associés au potentiel de l’informatique ont ouvert la voie à la création de nouveaux micro-organismes. Avec de multiples applications à la clé, mais aussi des risques de dérives.

Évolution du génie génétique, la biologie de synthèse vise à concevoir et à fabriquer de nouveaux systèmes biologiques. Cette forme d’ingénierie de la biologie, au carrefour de la chimie, de l’informatique et de la génomique, a ouvert de nouvelles pistes de recherche, mais est aussi à l’origine du développement d'applications industrielles, comme la production de médicaments, de biocarburants ou de biomatériaux. Ce sont notamment les progrès des techniques de lecture et d’écriture de l’ADN, devenues beaucoup plus accessibles depuis une dizaine d’années, qui ont permis la diffusion de cette discipline auprès des chercheurs, des industriels et des biohackers. À l’instar du génie génétique à ses débuts, cette forme de manipulation du vivant suscite de nombreuses questions. En témoigne le récent rapport sur les enjeux de la biologie de synthèse remis à l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST).

Retour en haut